leral.net | S'informer en temps réel

Médoune Thiam, condamné à 10 ans ferme en première instance, le parquet demande à la Cour d’appel d’infirmer la décision

L’enseignant en Arabe Médoune Thiam, jugé en première instance par le tribunal des flagrants délits, a comparu hier devant la Cour d’appel. Il espère être relaxé après avoir été condamné à 10 ans de prison ferme, le 18 novembre 2013, pour tentative de viol, pédophilie et détournement de mineures.


Rédigé par leral.net le Vendredi 3 Octobre 2014 à 11:27 | | 0 commentaire(s)|

Médoune Thiam, condamné à 10 ans ferme en première instance, le parquet demande à la Cour d’appel d’infirmer la décision
« Je n’ai jamais regardé d’un autre œil mes élèves que de celui d’un maître », n’a cessé de dire hier Médoune Thiam. L’enseignant en Arabe a été condamné à 10 ans par le tribunal des flagrants délits pour pédophilie et tentative de viol. Parents et amis sont venus hier le soutenir pour « témoigner de sa bonne foi ». Il a été arrêté et jugé après les plaintes déposées par la mère de la jeune S. Diop 16 ans, et le père de B. Touré, 17 ans. Les deux filles l’avaient accusé de tentative de viol.

Devant les enquêteurs, les deux filles avaient affirmé que leur maître coranique avait tenté d’entretenir avec elles des rapports sexuels. Hier, coup de théâtre, l’une d’elles a servi d’autres versions. « Ce sont les garçons qui m’ont dit de l’accuser pour que le Daara ferme ses portes », a d’abord déclaré la jeune S. Diop, par ailleurs petite sœur de la femme du prévenu. Devant le feu roulant des questions du procureur, elle a changé de version. « Il a essayé d’entretenir des rapports avec moi. Mais, quand j’ai refusé, il a arrêté et m’a demandé pardon ». Par contre, sa camarade a tenu à maintenir les propos soutenus devant les enquêteurs. « Mon maître a tenté le coup en essayant d’enlever mon pantalon. Je me suis débattue », a-t-elle déclaré.

Dans ce procès en appel, les avocats de Médoune se sont évertués à tirer leur client d’affaire. Prenant la parole en premier, Me Sadio Diaw s’est plaint des déclarations divergentes des parties civiles. Son confrère Me Ndoumbé Wane, après s’être « attaqué » à la presse, a demandé l’infirmation totale des délits, car le doute, a-t-il plaidé, a trop plané dans le dossier. « Avant même que notre client ne soit jugé, plus de 10 articles le concernant ont paru dans la presse quotidienne pour parler de cette affaire », a lancé Me Wane avant de demander la relaxe de son client qui a assez souffert, après bientôt un an de détention.

Faisant sa réquisition, le parquetier a demandé au juge d’infirmer la décision qui a été rendue par le tribunal des flagrants délits, notamment en ce qui concerne le délit de pédophilie. Et cela, eu égard à l’âge des victimes au moment des faits. Cependant, le procureur est d’avis que l’enseignant a fait des attouchements sexuels sur S. Diop car, il l’avait reconnu devant les enquêteurs. Pour ce délit, le représentant du ministère public a demandé au juge de le condamner à la peine prévue par la loi. « Je n’entre pas dans la qualification des faits, car ils sont parvenus en famille à convaincre les filles à se dédire », a laissé entendre le procureur.

Médoune Thiam, handicapé de son état, qui est resté assis durant toute la durée de l’audience, est retourné au box des prévenus, l’air serein, en attendant d’être fixé sur son sort le 12 octobre prochain.

EnQuête






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image