leral.net | S'informer en temps réel

Meeting du 21 novembre ou plaidoyer pro-domo d'un octogénaire voyoucrate englué dans la surenchère ! - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Novembre 2014 à 09:50 | | 0 commentaire(s)|

Meeting du 21 novembre ou plaidoyer pro-domo d'un octogénaire voyoucrate englué dans la surenchère  ! - Par Alioune Badara Niang
C'est un secret de polichinelle. Le voyoucrate Abdoulaye Wade est un homme jaloux et envieux de son illustre successeur, son Excellence le Président Macky Sall. C’est pourquoi l'exercice de la démocratie est une véritable torture pour cet éternel vieil agitateur sans scrupules. Mais rien de désobligeant car tout l’activisme de ce père très coupable, on le sait, n’est motivé que par la situation difficile que traverse son fils Karim, le voyoucrate junior, justement et logiquement emprisonné. Et ce 21 novembre, lors de ce simulacre de meeting à la place de l’obélisque, on a eu par mille, toutes les preuves. On le voit bien donc, Abdoulaye Wade a abordé assurément la partie la plus délicate de sa période post-présidence. Pathétique tout ça !
Fort de ce postulat, c’est sans surprise, qu’il a donné aux médias des sujets croustillants pour « animer » leurs journaux, écrits et parlés. Aux politiciens, il a soulevé les mêmes lièvres qu’il a toujours réveillés. Juste pour dire que le chef de gang, n’a servi que du réchauffé et sans plus. Dommage pour notre démocratie car annoncé en grande pompe et soutenu par un gigantesque battage médiatique, ce meeting du PDS et ses alliés, n’a finalement été qu’un tristounet plaidoyer pro-domo d’un père dont la culpabilité à l’égard de son rejeton, lui démange toute la conscience ou ce qui en reste.
Prosaïquement, Wade a discouru sur des sujets anecdotiques, se perdant dans des contrevérités du genre : Enseignement et université détruits, non-respect des chefs religieux, mécaniciens et marchands ambulants déguerpis, famine, Karim Wade, corruption, népotisme et nous en laissons même, plutôt que de s’exprimer sur des projets politiques et socio-économiques. Mais son manège est très vite décelé. Ses initiatives aux contours des plaidoyers pro-domo, pérorées à longueur d’un ennuyeux meeting, ont fait ombrage aux discours réfléchis. Le peuple Sénégalais qui n’est pas dupe, sait dénicher le faux, même s’il brille de mille feux. Pardon 700.000 feux !!! Et ce peuple a vu sur la scène de l’obélisque, un vieux bouffon marqué par l’âge, imbu de lui-même, enivré de ses propres réparties et de sa capacité à amuser la galerie, mais finalement inapte à tenir un discours sensé.
D’ailleurs pour la métaphore, c'est un discours creux comme un tambour, ça fait beaucoup de bruit mais il n'y a rien dedans. Mieux, un discours préempté par le « libérez mon fils ou je ne vous laisse pas gouverner en paix ». Lamentable!
En pur voyoucrate, Wade sait que le populisme se nourrit de l’aveuglement de ceux qui n’ont plus grand chose à perdre. Et elle est là, la véritable attitude « méprisante » en réalité dans tout son cirque. Aussi, Wade penserait naïvement que la juxtaposition des phrases mielleuses pourrait avoir de l’effet dans l’imaginaire collectif des Sénégalais. Mon œil !
Ce serait prendre tout le monde pour des amnésiques. Son passé ne peut pas s’effacer aussi facilement comme de la craie blanche sur un tableau noir. Il a été un peu de tout : Volontariat dans l’enseignement et généralisation des bourses, « diplomatie » des chefs religieux bombardés de passeports diplomatiques, aussi c’est sous son magistère qu’on a vu le développement des inégalités, la grande pauvreté réapparaitre et le chômage bondir. Le Sénégal immergent quoi !
C’est pourquoi en 2012, le Peuple s’est dit pourquoi prolonger le supplice ? Pourquoi continuer avec de si piètres résultats ? Pourquoi poursuivre dans un sens qui n’est pas le bon et avec une méthode qui est la pire ? Voilà comment on a pu tourner la page, clore la parenthèse, fermer le ban…… et ouvrir l’ère émergente de Macky Sall.
Le vieux Wade, tout ce qu’il sait faire, c’est gesticuler, jouer, agiter … Il donne l’illusion d’une mobilisation en s’agitant tel un harangueur sous caféine, mais son discours vindicatif et incohérent ne va attirer personne. Du moins personne de réfléchi, et il va se retrouver bien vite, avec beaucoup de militants au profil de colleur d’affiches ou gardien de nuit, mais peu de gens capables de réfléchir car Wade est juste un brasseur d’air, un maître chanteur, un voyoucrate qui vise à attirer des esprits faibles vers un combat politique cul de sac.
Donc qui mieux que lui incarne la panne, le vide idéologique du PDS car obsédé qu’il est, par l’emprisonnement de son fils, qu’il a lui-même à son corps défendant, foutu dans ce pétrin? N'est-il pas le seul à cumuler le ridicule, le double langage, l'imposture, l'invective automatique, la détestation des institutions démocratiques et autre boutinade. Avec lui, toujours les mêmes composantes négatives.
Qu’Abdoulaye Wade aide son fils, personne n'y voit rien à redire. Quel père n'aiderait pas son fils quand celui-ci est dans le trou, dans la galère ? Mais que l’ancien Président de la République opte pour le rapport de force, cela nous pose problème ! C'est beau l'esprit de famille mais Karim doit apporter les preuves de la licéité de son insolente richesse. C’est le jeu démocratique qui le veut.
Comique non ? Macky Sall est dans une situation insoluble dixit Wade : s’il libère Karim, c’est une catastrophe, s’il le garde en prison, c’est aussi une catastrophe. C’est une ineptie totale et surtout une insulte faite au peuple sénégalais. A l’inverse, jusqu’à maintenant seule l’existence du protocole de rebeuss est connue des Sénégalais. C’est ça qui est insoluble !
Plus comique, ce 21 novembre, nous avions la tête en feu, à force de voir tous ces imposteurs se succéder sur la scène de l’obélisque. Des personnes qui ont détruit la république en voulant forcer un troisième mandat anticonstitutionnel du chef de gang Abdoulaye Wade (Allez demander au M23), et qui veulent se présenter aujourd’hui en défenseurs de cette même République. Mais on est où là ?
Heureusement que le peuple Sénégalais commence à devenir mâture. Il peut de lui-même comprendre qu’il ne sert à rien de se rallier derrière une certaine opposition qui ne plaide que pour ses propres intérêts (la libération du fils du patron), en lieu et place de l’intérêt supérieur de la population. Une Opposition qui veut le pouvoir pour le pouvoir, mais qui n’a pas un projet de société clair, capable de recueillir l’adhésion de la population Sénégalaise.
Une chose est sûre, la mise en place d’une commission transitoire est d'une effrayante stupidité visant à divertir les sénégalais, les détourner des vraies questions. Et le fait d’entretenir la polémique, même si Wade ne se privera pas de le faire, sera malgré tout plus difficile, et à tout le moins, moins efficace. La Sénégal n’a absolument pas besoin d’un tel improbable schéma. Sur ce coup, Wade pousse le bouchon trop loin et dans le symbole - cela restera insignifiant car sans portée. L'orgueil rend aveugle mais à ce point-là c'est incroyable !
On voit bien que la question des valeurs se pose plus que jamais avec « Mame boye* » ! Et le plus triste est qu'il n'y a personne pour lui dire en face. Les thuriféraires de son clan, de leur côté, ne cherchent qu’à dédouaner le chef de leur bande.
A vrai dire, Wade déclenche tellement d’écrans de fumée que ses partisans ne se rendent même plus compte de la réalité !!! Mais pour qui connait l'individu, ce n'est pas une surprise. Le Président Macky Sall, en vrai Homme d’Etat saura répondre par le mépris qui correspond, aux interpellations absurdes de ce vieillard irrespectueux des usages et autres bienséances.
Une autre chose est sûre, le Parti Démocratique Sénégalais est accroché à une branche pourrie. Il butte décidément sur un problème de relève mais le Sénégal a ceci de particulier que les politiciens sont comme des fonctionnaires avec une carrière à vie. Une réalité sans tabou dirons-nous. Aucun échec ne les affecte bien longtemps et, contrairement aux pays les plus démocratiques, ils continuent à afficher leurs ambitions comme si de rien n’était au lieu d’être remplacés par des postulants plus novateurs. Seul leur âge finit par les évincer de la vie politique, en général fort tardivement d’ailleurs.
Donc, visiblement avec tout ce qui précède, l’on est tenté de penser et de croire que les choses sont désormais claires, les temps ont changé et pas seulement. Car malgré le flon-flon persistant dans la rue et sur les plateaux de télévision, le rapport de force est toujours en faveur du parti au pouvoir, l’Alliance pour la République.
Comme le dit l'expression consacrée, le PDS "touche le fond et creuse encore". Le moins que l’on puisse dire est que le discours de Wade au meeting populaire de la Place de l’obélisque est un grand fiasco. Seront-ils sincères pour le reconnaître ? Nous ne le pensons pas.
Mais avec un rire homérique, disons tout de go que c’est une honte comme on n’en a jamais vu de toute l’histoire politique du Sénégal. Le résultat est à la hauteur de la forfaiture et le spectacle à mourir de rire, voilà ce qu’on peut retenir de ce grand cirque d’un PDS sans boussole et de ses insignifiants alliés.
En conclusion, et sans risque de nous y méprendre, Wade le voyoucrate est bon pour la poubelle de l’histoire et l'heure est aux funérailles sans fleurs ni couronnes du PDS et de ses acolytes. Immanquablement !

badaraniangjunior@gmail.com

*Papy






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image