leral.net | S'informer en temps réel

Menace Ebola : Le Sénégal ne compte pas encore fermer ses frontières avec le Mali

Lors de la cérémonie de remise de dons au Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), le ministre de la Santé et de l'Action sociale, Awa Marie Coll Seck, a annoncé que la fermeture des frontières n'est pas à l'ordre du jour suite au cas d'Ebola signalé au Mali.


Rédigé par leral.net le Mardi 28 Octobre 2014 à 12:00 | | 0 commentaire(s)|

Menace Ebola : Le Sénégal ne compte pas encore fermer ses frontières avec le Mali
Tenant à faire comprendre que les mesures qui s'imposent en cas d'épidémie, ce sont les contrôles, Awa Marie Coll Seck déclare : "Ce qui est vraiment recommandé en cas d'épidémie, c'est de renforcer le contrôle au niveau des frontières". Elle a indiqué que la fermeture n'est envisagée que quand la situation de crise se présente ou devient incontrôlable, comme ce qui se passe en Guinée Conakry. "Nous avons dû fermer la frontière parce qu'il y avait l'épidémie qui était partie de la forêt pour atteindre les villes du nord", a-t-elle rappelé avant de poursuivre dans les colonnes de EnQuête : "Aujourd'hui, avec le Mali, nous n'avons pas d'épidémie hors contrôle, nous n'avons pas d'épidémie qui vient vers nous. Kayes, bien sûr, c'est une ville qui n'est pas loin, mais nous sommes sereins par rapport à cela et nous avons renforcé les mesures au niveau de la frontière".

Dans les faits, le ministre de la Santé et de l'Action sociale renseigne que, pour rendre le travail plus complet, des fiches à remplir par des adresses et tout ce qu'il faut sont instaurées. De sorte que la personne qui passe et qui aurait un problème éventuel plus tard est déjà dépistée et connue à l'endroit où elle doit aller. Dr Seck annonce même, selon nos confrères, une mission pour renforcer le médecin-chef de la région de Tambacounda et les médecins-chefs de districts. "Bien avant ce cas Ebola, la relation entre le Mali et le Sénégal, en matière d'échanges d'informations, est très étroite. Ainsi, par rapport à Kayes et Kidira, c'est un travail quotidien qui se fait entre les deux districts", informe-t-elle assurant que "les choses sont vraiment prises d'une manière très précise et avec beaucoup de vigilance et, qu'en fonction de l'évolution de la situation, d'autres mesures peuvent être prises".






Hebergeur d'image