leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Meurtre de Malick Bâ à Sangalkam : Le Procureur général dépoussière le dossier


Rédigé par leral.net le Vendredi 18 Août 2017 à 14:38 | | 0 commentaire(s)|


On croyait l’affaire Malick Bâ, le maçon tué à Sangalkam, définitivement classée. Que non. En effet, sur instruction du garde des Sceaux Me Sidiki Kaba, le parquet général s’est pourvu en cassation après le non-lieu prononcé par le doyen des juges, le 20 juin dernier.

Maçon de 35 ans, père de trois enfants, Malick Ba avait reçu une balle le 30 mai 2011, lors d’une manifestation contre le découpage administratif de la commune de Sangalkam et l’installation d’une Délégation spéciale. Le Doyen des juges, Samba Sall, avait prononcé un non-lieu en faveur de l’ex-commandant de la brigade et son ex-collègue Adama Sarr (à la retraite depuis le 20 juin 2017).

Un pourvoi a été introduit par le Procureur général Lansana Diaby. La Cour Suprême a trois mois à partir de la date de saisine, pour statuer. Pour la petite histoire, le jour des faits, une fraction de la population de Sangalkam avait pris d'assaut la brigade de gendarmerie avec l’intention d’y mettre le feu.

C’est durant les échauffourées que le maçon Malick Bâ a pris une balle, qui aurait été tirée par les gendarmes. L’enquête avait abouti à un placement sous mandat de dépôt des deux responsables susmentionnés, blanchis par la suite par le Doyen des juges.

La gendarmerie avait précisé que « la brigade de Sangalkam a été la cible de nombreux manifestants fortement armés et résolument déterminés à en découdre avec le personnel (…) les éléments de la brigade qui ont apporté une riposte graduée, ont été obligés de faire usage de leurs armes, conformément à la loi ».

La défense avait posé l’argument de l’imputabilité. Et de l’autre côté, la famille de Malick Bâ réclame justice. Aurait-elle été rendue 6 ans après les faits ?


L'As