leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Michel Sidibé, Directeur Exécutif Onusida: « Le Sénégal reste un modèle dans la lutte contre le Sida »

Le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé a salué la rigueur et la continuité du programme « Elimination de la transmission de la mère à l’enfant » au Sénégal, qui est devenu une réalité à l’hôpital Principal de Dakar. En effet, cet établissement de santé depuis 14 ans, a enregistré 83 femmes gestantes vivant avec le VIH/Sida et 78 enfants nés de ces grossesses ont présenté 0% de transmission du VIH/Sida.


Rédigé par leral.net le Lundi 19 Juin 2017 à 16:39 | | 0 commentaire(s)|

Le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé a effectué une visite à l’hôpital Principal de Dakar, ce lundi 19 juin 2017. Cette visite entre dans le cadre du programme « Elimination de la transmission de la mère à l’enfant à l’hôpital Principal de Dakar » et confirme selon M. Sidibé, l’idée selon laquelle on peut éliminer la transmission du Sida de la mère à l’enfant.

De l’avis du directeur de l’Onusida, cette acquisition doit être partagée avec le reste du continent. « L’hôpital Principal de Dakar aujourd’hui, démontre qu’il n’y a plus de bébé qui naît avec le sida et il l’a fait sur les 14 dernières années », s’est réjoui M. Sidibé devant le directeur général de ladite structure, Bakary Diatta.

Très optimiste Michel Sidibé pense que « cette nouvelle vision de zéro nouvelle infection chez les enfants, est une vision qui est possible ». Avant d’ajouter que la lutte contre le sida au Sénégal a été une lutte de leadership en commençant par les leaders religieux et politiques.

« Le Sénégal reste un modèle dans la lutte contre cette maladie. Le Sénégal aujourd’hui a atteint l’objectif de l’élimination selon les critères du plan global », a-t-il informé, sous les applaudissements des autorités administratives de l’hôpital Principal de Dakar.

A en croire M. Sidibé, on ne peut atteindre l’objectif qui semblait être du domaine du rêve, qu’à travers l’engagement et la rigueur. « Et cela ne manque pas dans cet hôpital où l’organisation du travail qui se fait entre les différents groupes est une vraie synergie entre sage-femme, docteur et pédiatre, entre autres », a-t-il constaté pour s'en féliciter.

En ce qui concerne l’Afrique de l’Ouest, il reste beaucoup de défis à relever Selon toujours M. Sidibé, « On a un problème particulier avec l’Afrique de l’Ouest. On a besoin d’un plan de rattrapage.

Aujourd’hui, trois quart des personnes infectées en Afrique de l’Ouest n’ont pas accès au traitement. On a plus de 1 400 000 personnes qui sont infectées par le VIH/ Sida et ces personnes savent qu’elles sont infectées et elles ne sont pas sous traitement
», regrette M. Sidibé.

Poursuivant son propos, il a par ailleurs, déclaré qu’« on ne pourra pas briser le cycle de l’infection si on n'emmène pas ces personnes vers les services de traitement. Et si on n’assure pas que ce traitement soit disponible pour nos malades et qu'on puisse faire de telle sorte que cette accélération devienne une réalité en Afrique de l’Ouest ».

Cheikh Makhfou Diop Leral.net