leral.net | S'informer en temps réel

Mimi Touré: "Les bons citoyens doivent être donnés en exemple pour le retour de l'esprit civique"

L'Etat doit pouvoir récompenser régulièrement les bons citoyens et bons fonctionnaires, pour les donner en exemple dans le but de promouvoir l'esprit civique, a plaidé l'ancien Premier ministre Aminata Touré.


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Décembre 2014 à 20:04 | | 4 commentaire(s)|

Mimi Touré: "Les bons citoyens doivent être donnés en exemple pour le retour de l'esprit civique"
"Je pense que l'Etat doit régulièrement récompenser les bons citoyens, les bons fonctionnaires, ceux qui se sont illustrés par leurs comportements citoyens pour créer un effet d'entraînement", a déclaré Mme Touré, dans une interview parue dans le dernier numéro (25 décembre-2 janvier) de l'hebdomadaire sénégalais "La Gazette".

Dans cette perspective, les chefs religieux doivent être mis à contribution, pour un "retour à nos valeurs positives, car on ne peut rien construire de solide si les valeurs ne sont pas mises en œuvre", a déclaré l'ancien Premier ministre, parti de la Primature en juillet dernier, au profit de Mahammed Boun Abdallah Dionne, actuel titulaire du poste.

"Dans beaucoup de pays, a argumenté Aminata Touré, la crise des valeurs a entraîné une déliquescence des institutions qui mène à l'instabilité sociale". "Si chacun se permet de violer la loi, d'être indiscipliné, d'être corrompu sans qu'il y ait de conséquence, la nature humaine est ainsi faite que chacun va y aller de son droit et on finit par avoir une société complètement désarticulée", a-t-elle relevé.

"Il faut revenir à l'éducation civique, à l'éducation citoyenne, faire de grosses campagnes d'éducation, mais aussi appliquer la sanction quand c'est nécessaire", a-t-elle ajouté, se disant favorable à la création d'un "Service national de volontariat obligatoire qui fasse que pour passer à la classe supérieure il faut vingt-cinq heures de volontariat".

"C'est pour apprendre aux jeunes le don de soi comme dans beaucoup de pays", a souligné Mme Touré, qui voit dans l'implication des mouvements citoyens dans les dernières élections, un indicateur "la fin des partis politiques", tels qu'ils fonctionnent actuellement avec des bureaux politiques.

"On va aller de plus en plus vers une expression plus libre des citoyens", prédit-elle, estimant que son parti, l'Alliance pour la République (APR, au pouvoir), va de son côté "devoir évoluer vers quelque chose de supérieurement plus intéressant".

"Vous savez, moi je crois au grand rassemblement avec des associations professionnelles qui en feraient partie, avec des mouvements de femmes qui se reconnaîtraient et avec des politiques qui sont déjà là. Pour ensemble travailler autour d'un programme de développement pour les dix, quinze et vingt ans à venir", a déclaré Mme Touré.

"Beaucoup de gens veulent soutenir la politique du gouvernement, du président de la République, mais ne veulent pas aller à l'APR. Il faut leur trouver un réceptacle. C'est un peu cela la refondation politique", a indiqué l'ancien Premier ministre.

"Il faut trouver de nouveaux instruments pour recueillir l'engagement de groupes d’individus qui souhaiteraient contribuer au débat politique et à la construction du pays", a insisté Aminata Touré.
APS






Hebergeur d'image