leral.net | S'informer en temps réel

Modibo Diop sur la défaite de Benno à Dakar : « Le syndrome du Pds est en train de guetter l'Apr »

L’OBS – Responsable politique à Fass-Colobane-Gueule Tapée, Modibo Diop, ancien Directeur général de l’Aser, proche du pouvoir, livre ses vérités sur la cuisante défaite de Benno Bokk Yakaar à Dakar, face à Khalifa Sall, à l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Modibo Diop, selon qui, c’est trop dangereux pour un Président de perdre une capitale, demande à Macky Sall de désormais personnellement, se charger du cas Dakar. Pour éviter le pire en direction des joutes électorales à venir.


Rédigé par leral.net le Jeudi 8 Septembre 2016 à 11:25 | | 18 commentaire(s)|

Modibo Diop sur la défaite de Benno à Dakar : « Le syndrome du Pds est en train de guetter l'Apr »
Khalifa Sall vient encore de briser l’envol du camp présidentiel à Dakar, avec l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales, alors que Benno Bokk Yakaar (Bby) pensait détenir toutes les cartes pour remporter la bataille dans la capitale. Comment analysez-vous cette cuisante défaite de la mouvance présidentielle ?

Il est temps que le Président Macky Sall prenne en mains le cas Dakar. En fait, Dakar, c’est trop sérieux et symbolique pour un régime. Un régime ne peut pas être en place et perdre une capitale. Voyez ce qui se passe aujourd’hui en Afrique du Sud. Le Président Jacob Zuma a perdu les grandes villes de son pays. Le Président Sall, lui-même, doit s’intéresser à Dakar. Il connaît bien la capitale, pour avoir été directeur de campagne sous Wade et avoir gagné en 2012, la Présidentielle. C’est le signal que je peux lui donner.

Que doit faire concrètement Macky Sall pour reprendre Dakar des mains de Khalifa Sall ?


Le Président Macky Sall connaît bien les forces en présence à Dakar. Il a été directeur de campagne de Me Abdoulaye Wade en 2007 et il a gagné Dakar. Personne ne connaît, mieux que lui, la sociopolitique de Dakar, notamment les forces de ses communes. Le Président Sall doit agir. On ne peut pas être au pouvoir et perdre la capitale. C’est grave.

Pensez-vous que Khalifa Sall risque d’être encore une force politique fatale au régime de Macky Sall en 2017 (Législatives) et 2019 (Présidentielle) à Dakar ?

Khalifa Sall aujourd’hui, avec ce problème du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), devient extrêmement fort dans l’opinion. C’est le symbole de Dakar qui lui donne cette force. Maintenant, si vous êtes au pouvoir, c’est à vous de prendre des mesures qu’il faut pour avoir des hommes qu’il faut dans une capitale comme Dakar et la gagner en 2017 (Législatives) et 2019 (Présidentielle). C’est dangereux de perdre une capitale pour un Président.
«Il est temps que le Président Sall se charge lui-même du cas Dakar»

Serait-il temps que le Président Sall change ses hommes de «confiance» actuellement en place dans la capitale ?

Pas fondamentalement. Mais, il lui faudra une équipe homogène et qui en veut. Cela nous était arrivé, à nous du Pds, à l’époque. Il n’y avait pas d’équipe sur Dakar, il y avait des hommes, chacun allait de son côté et manquait de générosité pour faire la place aux autres. Le même syndrome est en train de guetter l’Alliance pour la République (Apr) et ses alliés à Dakar.

Donc, Macky doit impérativement rectifier le tir, pour les joutes électorales à venir…


Vous savez, on gagne en équipe. En politique, ceux qui pensent pouvoir gagner seuls se trompent. Il faut une équipe homogène, soudée. Que chacun aussi reste à sa place. Car, les gens ne doivent point réclamer de choses dont ils n’ont ni la stature, ni la légitimité populaire.

Est-ce à dire que Benno Bokk Yakaar a commis une erreur fatale, en se présentant contre Khalifa Sall et Cie à Dakar, alors même que le Président Sall avait senti le coup venir et demandé à l’Apr de ne pas affronter le maire de Dakar ?

Le Président Macky Sall est un homme d’expérience. Quand il a demandé à ce que son équipe n’affronte pas Khalifa Sall à Dakar, il avait bien vu les choses. Les conseillers que nous avons aujourd’hui à Dakar découlent des élections locales de 2014. Là, Khalifa est majoritaire. Il s’est battu pour pouvoir gérer Dakar, côté conseillers. Maintenant, le pouvoir doit aller au-delà. Il n’est pas encore trop tard. On est à trois ans des élections présidentielle et législative, il est encore temps de bâtir une équipe solide. Mais, c’est au Président Sall de la gérer. Car, personne dans l’actuelle équipe n’aura la générosité d’ouvrir la porte aux autres. C’est la triste vérité. Chacun voudra se prévaloir d’une légitimité qu’il n’a pas. Ce qui est dangereux. Aussi dis-je que c’est au Président de prendre en charge Dakar. Il peut faire évoluer l’électorat en sa faveur.

Ne craignez-vous pas des frustrations, si le Président Sall venait à changer l’équipe politique actuelle à Dakar ?

Je ne parle pas de changer, mais d’organiser l’équipe. Dakar se gagne en équipe. Ce que Khalifa Sall a bien compris, du reste. Aujourd’hui, je vois que dans l’équipe du Président et ses alliés, chacun va de son côté. Et une hirondelle ne fait pas le printemps. Il faut une équipe qui gagne ensemble et qui travaille dans le respect de la hiérarchie.

Pour arracher Dakar des mains de Khalifa Sall, il faudra donc au pouvoir en place beaucoup de moyens…


Absolument ! Ça demande des moyens au niveau politique pour le positionnement des hommes capables de relever les défis et aussi pour gérer les stratégies. Parce que vous faites face à des populations dans des communes, il vous faut mettre des gens à même de régler les problèmes sociaux à la base. En politique, il n’y a pas de secret. Pour régler les problèmes sociaux à la base, il faudra une bonne équipe sur Dakar et qui sera sous la supervision du chef de l’Etat.

igfm






Hebergeur d'image