leral.net | S'informer en temps réel

Mody Niang placé en garde à vue !

Dans le collimateur du pouvoir depuis belle lurette, Mody Niang a été placé en garde à vue. Ainsi en a décidé la Division des investigations criminelles. Après plusieurs heures d’audition, il a été retenu. Le procureur qui avait envoyé un soit-transmis à la Dic a été informé de la situation.


Rédigé par leral.net le Vendredi 18 Septembre 2009 à 04:22 | | 4 commentaire(s)|

Mody Niang placé en garde à vue !
Mody Niang passe sa première nuit entre les mains de la police. Certaines sources policières annoncent qu’il va passer la nuit au commissariat central. D’autres planchent sur la police du port. Toujours est-il qu’on lui a notifié sa garde à vue.

Une autre audition est prévue ce vendredi 18 setembre, avant que le dossier ne soit bouclé et transmis au procureur qui a commandité l’enquête sur plainte de Cheikh Amar, patron de Tse. Nos sources révèlent que Mody Niang sera déféré au parquet au terme de sa garde à vue.

Convoqué depuis avant-hier, ce n’est que ce jeudi que Mody Niang a répondu à la Division des investigations criminelles. Il a été entendu des heures durant. Il a, tout au long de son audition, révèlent nos sources, nié avoir tenu les propos qu’on lui prête. Il a expliqué qu’il a même envoyé un démenti à "Rewmi.com" qui lui a fait dire ce qu’il n’a jamais dit.

Des dénégations qui n’ont pas convaincu les enquêteurs, vu la tournure des événements. Les enquêteurs ont décelé "des indices graves et concordants de nature à motiver sa garde à vue." Le procureur de la République a été informé de la mesure.

Tout est parti d’une plainte déposée par Cheikh Amar devant le procureur de la République, après une sommation interpellative envoyée à Mody Niang. Le patron de Tse explique que Mody Niang l’a accusé d’avoir "bénéficié de 26 milliards pour les maisons présidentielles qui sont toujours virtuelles."

Aussi qu’"il avait gagné un marché de 310 tracteurs et 800 motopompes, pour un coût de huit milliards, distribués dans la vallée du fleuve Sénégal le 12 Avril 2006. Mais le matériel était jugé inadapté par les cultivateurs aux terres de la vallée."

Des accusations, selon lui, ne sont que des "imputations constitutives d’une diffamation et d’une diffusion de fausses nouvelles."

Des propos que Mody Niang aurait tenus, la semaine dernière, à l’occasion d’une conférence sur la gouvernance économique organisée par l’Alliance nationale des cadres du progrès (Ancp) au siège de l’Afp dirigée par l’ancien Premier ministre Moustapha Niasse.

- Par TAFSIR DIAGNE -
NETTALI.NET-



1.Posté par Waw le 18/09/2009 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel courage !

http://www.xalimablog.com/ModyNiang/note/639/le-combat-continue.html
LE COMBAT CONTINUE

Ils ont décidé finalement, hier, aux environs de 23 heures, de me laisser aller passer la nuit chez moi et de me présenter à nouveau à la Dic aujourd’hui à 9 heures. Des quatre coins du monde, des parents, des amis, des sympathisants et des démocrates m’ont témoigné leur amitié, leur soutien et leur solidarité. Ne pouvant pas répondre individuellement à chacun d’eux et n’en ayant pas pour le moment le temps, qu’ils trouvent ici l’expression de mon infinie reconnaissance. Je les rassure en tout cas sur un point : rien, ni personne ne peut me faire renoncer à l’exercice de mes droits citoyens. Personne ne m’empêchera d’avoir un regard appuyé sur la manière dont nous sommes gouvernés, surtout sur celle dont nos maigres deniers publics sont dépensés. Quelle que soit l’issue de cette affaire, je continuerai de plus belle ce combat.

Un quotidien a raconté dans son édition de ce matin des histoires, des mensonges grossiers me concernant. Il a raconté en particulier que j’ai passé la nuit d’hier dans les violons du Commissariat de police du Plateau. C’est un mensonge éhonté : j’ai passé la nuit chez moi. Le quotidien a ensuite prétendu que je suis revenu sur toutes mes déclarations, me réfugiant derrière un hebdomadaire, le Nouvel Horizon, dont un journaliste interrogé a formellement démenti mes « allégations ». C’est encore un mensonge. J’ai confirmé avec force tout ce que j’ai dit et toujours écrit, tout en donnant des précisions à propos de certaines amalgames malhonnêtement entretenues par des gens comme le directeur de ce « journal » à qui il ne reste plus un seul brin d’honneur, de dignité et de crédibilité. Je joins d’ailleurs à ce texte copie de la mise au point que j’ai envoyée à cet autre quotidien « Reewmi » de qui tout est parti. Sa rédaction a choisi de ne pas la publier pour des raisons évidentes sur lesquelles je reviendrai plus tard.

J’ai appris aussi ce matin, que j’ai été libéré sur instruction du président Wade. Je précise avec force que je n’ai rien demandé à cet homme, je n’attends rien de lui, je n’ai pas besoin de ses faveurs. Je n’ai surtout pas besoin qu’on vienne à mon secours : je n’ai commis aucune faute, aucun délit. Je n’ai diffamé ni calomnié personne. Que le président Wade garde ses faveurs pour les mille courtisans qui l’entourent et qui le portent constamment aux nues, ainsi qu’à ces individus sortis de nulle part et qui sont devenus aujourd’hui riches comme Crésus. Cet homme est responsable de tous nos malheurs, de la mal gouvernance dont nous vivons les affres depuis bientôt dix ans. Cette mal gouvernance que je dénonce et que je continuerai de dénoncer de toutes mes forces, tant que j’en aurai la force.

Je répète avec force que les tortures (morales) et les tentatives d’intimidation n’auront aucune prise sur ma volonté de mener mon combat de tous les jours contre la mal gouvernance libérale.

Je remercie les uns et les autres.

Je m’excuse des éventuels coquilles : je ne me suis pas relu.

Le combat continue !

2.Posté par georges le 18/09/2009 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les accusations gratuites et diffamatoires, il faut les assumer. Allez, M. Niang, du courage, quand même; vous êtes un grand garçon! Vous n'êtes pas encore à "100 mètres" que vous commencer à vous dédire et à pleurnicher. Du courage!

3.Posté par ALIOUNE BADARA le 18/09/2009 18:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle mouche a donc piqué Cheikh Yérim SECK pour qu’il se fasse l’avocat du diable ?

Les lecteurs avisés ont compris c’est sûr, que cet article est plus une opération commerciale futile qu’une prise de position assise sur le respect de soi - même, la vérité et le professionnalisme.

En effet, pas une seule fois Cheikh Yérim SECK n’a infirmé clairement les propos de Monsieur Mody NIANG, pas une seule fois.

Non plus, pas une seule fois il n’a prouvé que Cheikh Amar n’a pas bénéficié de l’ANOCI donc de l’état, d’un marché de 26 milliards afférent à la construction de villas présidentielles en violation de toutes les règles qui organisent la passation des marchés publics.

Pourquoi ?

Je pense que Cheikh Yérim SECK doit prendre conscience qu’il a mis d’accord le Sénégal en entier sur son incorruptibilité, son professionnalisme, et sa liberté de ton et c’est en cela que l’on reconnaît toute la beauté de ce noble métier.

Je pense aussi que Cheikh Yérim SECK est suffisamment informé pour savoir que si Nouvel Horizon a été mis sur une fausse piste par sa source, il n’en demeure pas moins que la réalisation de villas présidentielles avait bel et bien été retenue par l’ANOCI et comme tous ses autres projets soumis au ’’Conseil de surveillance de l’ANOCI ?’’ qui l’a adopté.

Pourquoi Cheikh Yérim SECK parle t-il de connaître Cheikh AMAR depuis son séjour estudiantin en France sans dire la formation qu’il suivait et le métier auquel elle l’a conduit aujourd’hui ?

Pourquoi ?

Pourquoi Cheikh Yérim SECK ne dit pas pourquoi Cheikh AMAR emprunte 40 milliards à une Banque de la place pour... un projet immobilier ? De quel projet immobilier s’agit - il ?

Pourquoi Cheikh Yérim SECK ne dit pas les raisons de la réticence de la Banque dont il fait allusion ?

Pourquoi Cheikh Yérim SECK ne dit pas pourquoi Abdoulaye DIOP Ministre des finances a refusé de signer un prêt destiné à la même destination des 26 milliards qu’il avait déja décaissés et remis à l’ANOCI pour la réalisation de villas présidentielles sur le Site de l’aéroport Léopold Sédar SENGHOR ?

Pourquoi Cheikh Yérim SECK ne s’interroge pas sur la destination de ces 26 milliards ?

Non Cheikh Yérim, tu ne peux entoner de telles intonations dont le lyrisme charrie l’avilissement.

Non ! Cheikh Yérim SECK Tu ne peux pas !

Tous les avocats qui ont plaidé la cause du diable ont fini par être dévorés par le diable.

Cheikh Amar est bel et bien un prête – nom. Lui, c’est un pauvre type qui est aussi fauché qu’un ras d’église.

Ses employeurs ont son nom et sa signature et son obeissance contre le salaire qu’ils lui paient.

Non ! Ce n’est pas lui qui emprunte 40 milliards à une Banque de la place.

Non ! Ce sont ses employeurs et vous le savez Cheikh Yérim SECK puisque vous êtes certainement mieux informé que moi.

Les 26 milliards destinés à la réalisation des villas présidentielles qui ont été versés à Cheikh AMAR par l’ANOCI suite au décaissement de la somme par le Ministre des Finances Abdoulaye DIOP, sont revenus en définitive aux bandits après que ces derniers aient versé les fonds, à leur prête – nom Cheikh AMAR.

Depuis, plus trace de cet argent destiné à la réalisation de villas présidentielles et pas de villas présidentielles du tout.

Cheikh Yérim SECK trompéttiste du Bembéya Jazz National de guinée, embouche l’embouchure de son instrument et lache ses notes discordantes que bien évidemment personne n’écoute.

Aboubacar Demba CAMARA lui a toujours été dans les mesures musicales comme Dadis d’ailleurs depuis son avénement.

En attendant la fausse note amenée par le mauvais Conseil de qui vous savez.

Pape Ngagne NDIAYE le poulain, doit être petit dans ses souliers.

L’inventeur de PENCCO dont se gaussent de petits journalistes le plus souvent protégés et incapables de créer et qui équilibrent ce déficit par le verbe haineux des vaincus.

On ne peut se vautrer dans la propriété intellectuelle d’autrui et l’injurier.

Cela s’appelle lacheté.

Bon vent à Pape Ngagne NDIAYE ! Le talent est inné voilà pourquoi il n’a pas de limites.


4.Posté par bb le 19/09/2009 18:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ALL AFRICA ET WALFAJRI ARTICLE DE 2007. LAISSONS MODY NIANG TRANQUILLE ET ALLONS VERS SA SOURCE QU'IL A NOMMEE.

http://fr.allafrica.com/stories/200711130500.html

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image