leral.net | S'informer en temps réel

Mœurs: Le Sénégal et le Mali désormais contre l’excision et le mariage forcé

90 villages se sont mis d’accord pour radier ces pratiques de leur culture


Des communautés d’environ 90 villages sénégalais et maliens se sont mis d’accord pour radier l'excision de leurs habitudes culturelles lors d'une cérémonie solennelle dans l'est du Sénégal, frontalier du Mali. Cette cérémonie dite de déclaration d'abandon de l'excision et des mariages précoces et forcés des filles, a regroupé environ 1.500 participants représentant 70 villages sénégalais et 19 villages maliens à Gathiary, localité de la région de Tambacounda, a indiqué Ali Ba, de l'ONG Tostan qui lutte pour l'abandon des mutilations génitales féminines (MGF). Il s'agit de populations majoritairement mandingue et soninké, deux des communautés pratiquant le plus les MGF qui, selon Tostan, affectent deux à trois millions de filles et femmes chaque année en Afrique notamment.


Rédigé par leral.net le Jeudi 17 Mars 2011 à 10:09 | | 3 commentaire(s)|

Mœurs: Le Sénégal et le Mali désormais contre l’excision et le mariage forcé
90 villages sénégalais et maliens se sont mis d’accord pour radier l'excision
« Cette déclaration nous a fait atteindre 4.751 communautés sur les 5.000 ciblées par Tostan au Sénégal depuis 1997 », a ajouté M. Ba, selon qui des chefs religieux sénégalais et maliens ont été impliqués dans la campagne et ont animé des rencontres de sensibilisation intervillageoises dans les deux pays avant la cérémonie de Gathiary. Kalidou Sy, coordinateur national de Tostan, a précisé que la manifestation s'est déroulée en présence de responsables sénégalais mais également mauritaniens. Il s'agit pour Tostan d'accompagner les populations à faire la promotion de la stratégie transfrontalière en matière de lutte contre les MGF, a souligné M. Sy. Le Sénégal a adopté en 1999 une loi interdisant l'excision, mais la pratique persiste dans certaines communautés, où les filles sont excisées en cachette ou conduites dans des pays voisins où les MGF ne sont pas encore pénalisés pour y être excisées, d'après des acteurs de la lutte sur le terrain.

Le Mali est à la traine par rapport au Sénégal. Véritable problème de santé publique, l’excision concerne 85 % des femmes de 15 à 49 ans selon l’Enquête démographique et de santé au Mali (EDSM) de 2006. La moitié des cas sont pratiqués sur des fillettes de moins d’un an. Au Sénégal, les chiffres sont moins catastrophiques, « 35 % des femmes de 15 à 49 ans en milieu rural, et 22 % en zone urbaine » sont victimes de l’excision, d’après l’Enquête démographique et de santé au Sénégal (EDSS) en 2005. Les disparités restent importantes selon le milieu de résidence. Loin des villes, l’excision est plus courante, toujours très ancrées dans les pratiques traditionnelles. Selon Tostan, ce sont majoritairement les communautés mandingues et soninkées qui pratiquent les MGF. Lesquelles affectent deux à trois millions de filles et femmes chaque année en Afrique. Pourtant, le Gouvernement du Sénégal s’est fixé 2015 comme objectif pour un abandon total de la pratique de l’excision dans le pays, l’espoir devient permis. La 48e Déclaration Publique du Sénégal porte à plus de 4600 le nombre de communautés qui ont pris part à de tels événements. Si des résistances demeurent, ce type d’annonce publique reste primordiale car elle fait connaître la décision à l’ensemble d’un groupe et constitue en elle-même un outil de sensibilisation.



1.Posté par Bozz le 17/03/2011 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo,c'est un progrès.

2.Posté par feuz le 17/03/2011 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

khar daye wéssou mboté. c'est une bonne chose

3.Posté par la revolution senegalaise le 17/03/2011 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette idée de sortir le jour du 19 mars pour dénoncer les dérives du pouvoir a été agité avant l’appel de Sidy lamine Niass sur facebook mais pour des causes nationales (délestages, cherté de la vie, impunité, corruption, monarchisme, etc).
Alors avec ou sans ce faux type de Sidy nous sortirons le 19 mars pour demander le départ de Wade et de son clan.
Oui à une manifestation le 19 mars à la place de l’obélisque à 11 heures mais pour l'intérêt général et pour le départ du clan WADE.
Adhérez sur facebook aux 3 groupes suivants « REVOLUTION SENEGALAISE », « SORTIR ET FAIRE 1 MAXIMUM DE BRUIT POUR LE SENEGAL» et encore « YEN A MARRE »

Vive le Sénégal

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image