leral.net | S'informer en temps réel

Moins de discours et plus de concret svp!

Cela fait presque sept semaines que le nouveau régime et son gouvernement ont été mis en place. Ce régime, par la voie de la coalition «Benno bokk Yakaar» a accédé au pouvoir de la façon la plus démocratique, car étant gage d’espoir et de réponses aux doléances, mais aussi et surtout parce que le peuple en avait marre de Wade et de ses alliés. Oui, nous avions voté pour vous. Ainsi, depuis le début de son mandat, le régime s’est fixé des objectifs bien précis entre autres la sobriété, l’efficacité dans le travail à défaut de l’efficience, la restauration de l’état de droit, la baisse du prix de denrées de premières nécessité, la résolution du problème casamançais, etc.


Rédigé par leral.net le Samedi 26 Mai 2012 à 12:36 | | 1 commentaire(s)|

Moins de discours et plus de concret svp!
À l’heure actuelle du bilan mensuel, ce qui est tout à fait en phase avec les normes comptables contrairement à ce que certains pensent : « le bilan ne doit se faire qu’après une année…» En effet, un bilan n’est rien d’autre qu’une photo d’une situation à une date donnée. Aujourd’hui, la montagne a accouché d’une souris dans la mesure où chaque jour qui passe nous confirme que ces nouveaux élus ne sont là que pour leurs intérêts et non pour ceux du peuple sénégalais qui a porté tout son espoir en eux. Les disputes entre le directeur de cabinet du président et la secrétaire générale de la présidence comme relatée dans la presse permettent d’en voir plus clair.

La bataille de positionnement à la présidence de l’Assemblée nationale entre le ministre conseillé du président (Moustapha Cissé Lo), Moustapha Niasse qui est censé aller à la retraite et éventuellement Youssou Touré coordonnateur national des enseignants de l’APR vient surenchérir cette remarque. Par ailleurs, de quelle sobriété nous parlent-ils si tous les dossiers auxquelles le nouveau régime n’est pas lié sont exhibés dans la rue et à la portée de tous, citons entre autres les meubles du palais, le parking automobile, les caisses vides de l’état, la pléthore de ministères de l’ancien régime sans parler de tous ces décrets annulés, etc.

Tandis que le peuple n’arrive toujours pas à trouver la réponse à ses questions à savoir : d’où provient cette fortune incommensurable du président Macky Sall? Que contiennent les accords de défense signés par le président en France avec une multitude de remerciements à l’endroit de Nicolas Sarkozy ? Quelle a été la réaction diplomatique du Mali eu égard au secours apporté à l’ex-président malien «ATT» (un général en fuite dans un champ de bataille) par l’État du Sénégal ? Pourquoi tous ces ministres conseillers sont-ils au rendez-vous du partage du gâteau et le pire dans cette histoire est que la nomination de certains d’entre eux soulève un problème de conflit d’intérêts entre leur nouveau poste et le domaine dans lequel ils évoluent, ce qui dérogerait aux principes d’éthique et de bonne gouvernance ? Pourquoi les nominations des membres de la famille présidentielle et certains fatickois à des postes aussi juteux à l’instar de la direction du port autonome de Dakar?

Oui, le peuple s’interroge et toujours pas de réponse. Malheureusement, on assiste à trop de discours et rien de concret de la part des gouvernants. En effet, les audits qui sont annoncés rappeler, les institutions et les commissions d’audits n’ont pas besoin de refaire les audits, car dans le jargon comptable, si l’auditeur a déjà fait l’audit d’une institution pendant des années, la mission qu’il devrait avoir c’est juste une mission de certification ou de vérification, car étant une reconduction à moins que l’État ait suffisamment d’éléments probants relativement à la dépendance des auditeurs et des clients; et dans ce cas, la morale exigerait tout simplement le limogeage de ces derniers qui sont des agents assermentés.

En outre, l’audit en son sens est trop poussé et trop couteux pour des ministères ou entreprises qui ont toujours fait l’objet d’audit de la part d’éminentes commissions à l’instar de la cour des comptes, de l’IGE, de la CENTIF, pour ne citer que celles-ci. En plus, jusqu’à présent, aucune lettre de mission n’a été adressée aux concernés afin de commencer ces missions de vérification, de certification voire d’audit alors qu’ils arrêtent ce bluff. D’ailleurs, cela devrait pousser à réfléchir sur la question de savoir : si le président lui-même ne serait pas interpellé une fois les audits lancés, car comme disait Ousmane Ngom je cite «Si Macky entame les audits, sa main droite attrapera sa main gauche» parle-t-il en connaissance de cause ou est-ce une simple intimidation? À Macky d’éclairer la lanterne…

Le forum civil a dévoilé la somme faramineuse de 430 milliards transféré dans les pays du golfe, et ce, entre les deux tours alors combien a été transféré depuis douze ans d’alternance? Édifiez-nous… Ce que nous attendons du nouveau régime, c’est bien sûr l’entame des auditions, le rapatriement immédiat de notre argent qui augmente la masse monétaire de ces pays plus nantis que le nôtre sans compter les montants thésaurisés dans leurs concessions et qui doivent être récupérés. Par ailleurs, le peuple vous attend de pied ferme sur le dossier de Me Babacar Séye et la suppression pure et simple de la loi Ezan. Nous attendons de ce régime qu’il réponde au cri de cœur de ces paysans qui nonobstant les premières pluies, n’ont pas encore reçu des semences.

Les sénégalaises et sénégalais attendent de vous que vous entamiez des actes concrets qui devraient freiner les inondations, car l’hivernage a déjà commencé. La réduction des trois denrées à savoir le riz l’huile et le sucre n’est que théorique, car le suivi fait défaut d’ailleurs la plupart des consommateurs payent jusqu’à présent le prix laissé par l’ancien régime. Alors à quoi sert une rection de prix si son application ne peut être respectée par les commerçants? Voici autant d’interrogations de la part de mon peuple, interrogations auxquelles il n’a pas encore eu de réponses. Souvenez-vous que la grâce n’est pas synonyme d’anesthésie citoyenne comme disait l’éminent politologue Babacar Justin Ndiaye puisque c’est de lui qu’il s’agit. Néanmoins, comme disait Confucius «Une petite impatience ruine un grand projet», j’espère que mon impatience finira par ruiner ce grand projet de trahison vis-àvis
de notre pays le «Sunugal».



Ababacar Thiam (canada)





1.Posté par Tonton DIOP le 27/05/2012 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Moins de discours? le tiens est très long!!!!!
Alors -----------------------------------> prends la porte svp!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image