leral.net | S'informer en temps réel

Momar Ndiongue : Ce sont Tanor Dieng, Moustapha Niasse et… qui tirent les ficelles»

L’appel au dialogue lancé par le Président Macky Sall à son opposition ne semble pas sincère. C’est l’analyse de Momar Ndiongue qui pense que des voies plus solennelles se sont offertes au chef de l’Etat pour lancer cet appel. Ce qui aurait eu pour effet d’épargner aux Sénégalais le doute sur les tenants et aboutissants de sa démarche. Laquelle démarche, il soupçonne Ousmane Tanor Dieng et Moustapha derrière.


Rédigé par leral.net le Vendredi 6 Mai 2016 à 16:19 | | 7 commentaire(s)|

«Les circonstances dans lesquelles cet offre de dialogue a été faite ne me semblent pas les plus idoines. Je fais partie de ceux qui étaient restés sur leur faim lors du message à la Nation du Président Macky Sall le 3 avril». Ces propos sont Momar Ndiongue qui livrait à nos confrères de Sud fm, son analyse sur l’appel au dialogue du Président Macky Sall.

Cet appel est d’autant plus troublant, constate le spécialiste en politique qu’«on venait de sortir d’un référendum où il y avait une division qui était consacrée chez les Sénégalais entre les partisans et les détracteurs du projet qu’il avait soumis par référendum. Je crois qu’il n’y avait pas un cadre plus indiqué que celui-là pour faire un appel comme celui qu’il a eu à faire. Ça aurait eu un cachet solennel qui fait qu’on n’aurait pas eu à douter de la sincérité de cet appel».
Et l’autre facteur sur lequel il se base est qu’«il y a un certain nombre de contentieux politiques » entre le Pds et l’Apr qu’il faudrait évacuer avant de pouvoir s’asseoir autour d’une table : «Je crois que des contentieux comme celui relatif à la présidence du groupe parlementaire du Pds à l’Assemblée, comme la destitution récente de Aïda Mbodj de la tête du Conseil départemental de Bambey, ces questions éminemment politiques auraient pu être réglées au préalable».

Et de conclure : «Enfin, il y a un obstacle qui me semble majeur c’est qu’il y a trois personnes qui sont actuellement en train de tirer les ficelles et de diriger quasiment ce pays : c’est Macky Sall, c’est Ousmane Tanor Dieng, et c’est Moustapha Niasse. Ils sont tous les trois, les responsables des principales composantes de la coalition Benno bokk yaakaar. Or malheureusement, chacun d’entre eux a des ressentiments très forts vis-à-vis du Parti démocratique sénégalais. Macky Sall pour le parcours qu’il a eu à faire et des couleuvres qu’il a eu à avaler au Parti démocratique sénégalais, Ousmane Tanor Dieng n’a pas encore digéré la perte du pouvoir devant Abdoulaye Wade et Moustapha Niasse, après avoir aidé Abdoulaye Wade à être président de la République, a été dégommé de son poste de Premier ministre au bout de 11 mois. Donc tout cela pose problème».

pressafrik.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image