leral.net | S'informer en temps réel

Momar Seyni Ndiaye : « Macky Sall a créé un déclic dans la décrispation de l’espace politique et social »

Momar Seyni Ndiaye est formel. Si au plan symbolique, le président de la République a créé une décrispation du climat politique avec la cérémonie de lancement du dialogue national, il n’en demeure pas moins que le fond de cette rencontre pose problème. Interpellé, hier, sur les principaux enseignements à tirer de cette première rencontre entre Macky Sall et les forces vives de la nation, le journaliste formateur a déploré la prédominance des flagorneries de la part d’alliés du Président, rapporte Sud Quotidien. Toutefois, Momar Seyni Ndiaye reste persuadé que ceux qui ont boycotté la rencontre n’ont pas eu raison.


Rédigé par leral.net le Mardi 31 Mai 2016 à 12:07 | | 3 commentaire(s)|

"Au départ, j’avais émis beaucoup de scepticisme quant à l’efficacité de ce débat. Mon doute s’était fondé, effectivement, sur la forme, le format qui est très difficile et les conclusions qu’il fallait en tirer en fin de compte. Voilà où se situaient précisément mes craintes. Toutefois, je dois dire que, sur la forme, mes craintes n’ont pas été levées parce que, effectivement, il est difficile de tirer quelque chose après neuf heures de débats avec 56 orateurs. Cela me parait difficile d’organiser un débat dans ces conditions tout simplement parce que l’effet de longueur crée une certaine lassitude. Et quand il y a une lassitude, il n’y a plus d’efficacité. L’autre remarque que je devrais faire aussi porte sur le fond de cette rencontre. A part quelques propositions qui ont été faites, je dirais qu’on a plus assisté à de la flagornerie, des louanges, des félicitations, des encouragements de la part d’alliés du président de la République et des communicateurs traditionnels. Je crois que ces genres de propos n’avaient pas leur place dans un dialogue national", a-t-il dit dans le journal.

Il trouve cependant positif que le chef de l'Etat ait appelé à ce conclave. "Maintenant, si on va en profondeur dans l’analyse de ce dialogue, il faut dire qu’au plan symbolique, le président de la République a créé quand même quelque chose, il a créé un déclic, une sorte de décrispation avec cette cérémonie de lancement du dialogue. Pour moi, l’image la plus symbolique de cette rencontre est celle montrant le président de la République sourire en discutant, en taquinant, en chahutant avec Oumar Sarr, secrétaire général national adjoint du Parti démocratique sénégalais (Pds). Rien que cette image valait la tenue de ce dialogue national. On sent qu’il y a la décrispation entre la majorité présidentielle et l’opposition incarnée par le Pds. C’est un signe de la pacification de l’espace politique et social", estime-t-il.

A ceux qui ont décidé de bouder la rencontre, M. Ndiaye dira : "A l’arrivée, je pense que ceux qui ont boycotté n’ont pas eu raison. L’histoire ne leur a pas donné raison. Je le dis très clairement. Moi-même, j’ai été très sceptique sur l’organisation de cette cérémonie. Mais, à l’arrivée, je pense que le déplacement en valait le coup même si la formule me parait contestable. C’est mon point de vue, cette rencontre était nécessaire, la forme est contestable et cela ne peut-être qu’une étape. Voilà les trois choses principales que j’en tire. Je pense qu’on doit maintenant poursuivre l’expérience dans un cadre qui permette une véritable interactivité et à l’issue duquel il y aura des recommandations avec un plan de mise en œuvre. Pour conclure, je dirais que cette rencontre est quelque chose qu’il fallait faire même si dans la forme, on a constaté beaucoup de dysfonctionnements".






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image