leral.net | S'informer en temps réel

Monsieur le Président, ne faîtes pas de la Casamance votre jouet !


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Février 2015 à 09:01 | | 6 commentaire(s)|

Monsieur le Président, ne faîtes pas de la Casamance votre jouet !
Monsieur le Président, j’ai constaté que vous n’avez pas encore renoncé à vos conseils des ministres décentralisés aux allures de campagne électorale. Et la région de Sédhiou est en passe de devenir une énième victime de cette mise en scène lourde de conséquences pour nos pauvres finances. Car notre budget se retrouvera une nouvelle fois écorcée pour soutenir les charges d’un gouvernement en excursion pour ne pas dire en tourisme. Sans aucun doute Sédhiou aussi aura droit à une pluie artificielle de milliards. Le concept de ces conseils des ministres décentralisés est une pure farce puisque le gouvernement dispose de tous les services et leviers capables de remonter les informations relatives au fonctionnement d’une région et surtout des problèmes auxquels font face sa population. C’est pourquoi il est difficile de croire au bien fondé de cette politique de rupture qui consiste à décentraliser une réunion pendant laquelle on parle des sujets qui concernent tout un Etat.

Mais, revenant à l’objet principal de mon adresse, je voudrai Monsieur le Président que vous reveniez un peu en arrière, en s’arrêtant sur les promesses déjà faites à ma chère Casamance, chère au Sénégal surtout. Au courant du mois de Juin 2012, lors du conseil des ministres décentralisé tenu à Ziguinchor, vous aviez promis 360 milliards pour financer 54 projets. La nouvelle c’était répandu comme une traînée de poudre, qui a enivré les populations de joie. Le président de la rupture mettait ainsi la Casamance sur de nouveaux rails et cette fois-ci pas de doute, Ziguinchor et ses alentours allaient sortir de leur morosité économique. Voilà ce que nous déduisions et dissertions sur ces promesses. Mais le président Macky Sall ne voulait surtout pas laisser place au doute sur sa politique de développement destinée à la Casamance. Et pour nous prouver qu’il était résolument engagé à faire de cette zone une région émergente.

Mars 2014, c’est le lancement du Projet Pôle de Développement de la Casamance (PPDC) pour un montant global de 23 milliards de FCFA dont 20 milliards de la Banque mondiale et une contrepartie de 3 milliards de l’Etat, se fiant au discours du chef de l’Etat, prononcé le jour du lancement du PPDC. Cette fois même les plus sceptiques s’étaient forcés de garder le silence face à cette nouvelle donne, véritable remède contre la pauvreté. Mais nous, nous sommes vite rendus à l’évidence car hormis l’annonce de la construction de quelques routes, la Casamance continue de s’engouffrer dans un trou béant qui a fini par réduire à néant les maigres efforts de développement initiés dans cette partie du Sénégal.

M. le Président, vous prônez la rupture, alors le temps des discours flatteurs et promesses électorales doit être révolu pour faire place au concret. «Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles», dit Sénèque le jeune. Une citation extraite de votre discours lu en marge du lancement du Projet Pôle de Développement de la Casamance (PPDC).

Pourtant M. le Président, nous souffrons d’un enclavement qui ne dit pas son nom et les deux bateaux en renfort ne sont qu’une goutte d’eau dans un fleuve. Nous voulons une voie de contournement pour nous libérer de l’emprise gambienne au bac de Faraféni. Il semble clair que l’Etat peut bien construire un tel ouvrage. Mais vous avait préféré faire les yeux doux à Touba en octroyant à la ville sainte une autoroute à péage évaluée à plus de 400 milliards de Fcfa. Cette autoroute à vrai dire est loin d’être une priorité comparée à l’axe Ziguinchor-Kaolack-Fatick-Mbour-Dakar. Voilà pourquoi j’émets des doutes sur votre volonté à sortir la Casamance de sa situation actuelle. Malgré tout, la Casamance, elle, comme à son habitude va vous recevoir avec les honneurs et les commodités dus à votre rang.

Tenter pour une fois de rendre aux populations la monnaie de leur pièce en respectant les promesses que vous leur avez faites. C’est des populations dignes qui, à l’image de la majorité des Sénégalais, ont cru en vous. Alors j’ai pensé qu’il était nécessaire de vous rafraîchir la mémoire pour vous éviter un discours fleuve devant ce même public qui vous avait ovationné lors de vos précédents voyages. Mais je reste optimiste que cette fois-ci vos allocutions vont être marquées par des dates qui annonceront le début de réalisation des projets de grande envergure, longtemps promis à la Casamance.

Aliou Sambou BODIAN
Journaliste
Membre de la Convergence pour le Désenclavement
et le Développement de la Casamance (CDDC)







Hebergeur d'image