leral.net | S'informer en temps réel

Monsieur le Président, rassurez-nous ! par Yaxam Mbaye

Le je – première personne du singulier – est détestable ; tout comme le moi est haïssable. Mais, ils siéent amplement au moment. Détestable et haïs- sable à souhait, mais surtout alarmant. Détestable et haïssable, car puant à mille lieues un mensonge pensé par d’autres et architecturé pour partie par un corps de métier auquel j’appartiens. Des conséquences de ce qui précède, il m’est aussi donné à voir que le moment est singulièrement alarmant, car projetant une insoutenable image d’une Autorité qui se cherche, pour ne pas dire faible, écartelée, livrée aux influences des théoriciens et exécuteurs du mensonge.
Et c’est ainsi depuis avril 2012. Depuis l’avènement du régime de la Deuxième Alternance et de Macky Sall, secondé par Abdoul Mbaye aux commandes du gouvernement.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Juillet 2013 à 16:27 | | 17 commentaire(s)|

Monsieur le Président, rassurez-nous ! par Yaxam Mbaye
Les milliards de Habré. La farine. Le sucre. Le Cio. Etc. Et un seul chef d’orchestre : Mamadou Diagna Ndiaye.
Quasiment, tous les mois, tous les prétextes sont exploités pour paralyser le fonctionnement de ce pays, ajouter à l’agacement des Sénégalais à qui nous balançons en pleine figure les métastases d’un conflit entretenu par des porteurs d’intérêts particuliers, qui, autre inquiétude, conseillent ou travaillent pour l’Autorité censée défendre l’intérêt général.
Les armes des belligérants ? Très souvent nous autres journalistes ! Les munitions du combat ? L’argent dans bien des cas, le mensonge très souvent, et en permanence l’intoxication qui profite de nos carences !
Abdoul Mbaye, nous dit-on, est un affreux qu’il faut dégager, car il a blanchi l’équivalant de seize (16) milliards de francs Cfa soutirés des chambres fortes de la Banque centrale des États de l’Afrique centrale (Bceac) au Tchad par Hissène Habré, présumé être l’auteur de crimes contre l’humanité, au moment de fuir un pays qu’il avait saigné. Il y a un peu moins d’un quart de siècle. Ceci est un quart de vérité et trois quarts de mensonge. Et ils sont légion à ne pas ignorer les faits dans cette affaire.
Oui, Habré a débarqué au Sénégal avec l’équivalant de plusieurs milliards de francs Cfa dont une infime part – un milliard et quelques poussières de millions – est allée à... plusieurs banques. Pas seulement la Cbao, qui a reçu environ trois cents (300) millions de francs Cfa.
Oui, d’autres banques – deux pour être précis – toujours bien présentes au Sénégal, et qui risquent d’être «démasquées» dans la foulée du procès Hissène Habré, étaient en compétition avec la Cbao dont le Directeur général était Abdoul Mbaye, pour capter les fameux fonds Habré. Et elles ont reçu leurs parts du magot de l’ancien Président tchadien.
Quid du reste des milliards de Habré ? Il a servi à entretenir ce dernier – le train de vie d’un ancien Chef d’État n’étant pas celui d’un retraité de la Poste. Et pour mieux huiler la «teeranga» (ndlr : hospita- lité), à graisser la pâte à nombre de nos chefs religieux et coutumiers, patrons de presse, leaders politiques, à acquérir des biens dont la gestion a participé à engraisser nombre de nos notaires.
En somme, si affreux il y a, Abdoul Mbaye devrait occuper une modeste position dans la chaîne des responsabilités. Derrière Abdou Diouf, qui, agissant sur instructions de l’Élysée, accueillait un Habré indésirable chez Paul Biya, avant d’avaliser le dépôt des milliards dans des banques sénégalaises, sans le moindre barrage de la vigilante (Bceao) ?
Derrière Habib Thiam, alors Premier ministre ??Derrière Moussa Touré, ministre de l’Économie, des Finances et du Plan ?
Last but not least, derrière... Jean Claude Mimran, alors Pdg de la Cbao et patron direct de Abdoul Mbaye ??Plus sérieusement, dans cette affaire, il ne peut être question d’affreux, en ce qui concerne la Cbao, ou les autres banques, ou l’autorité politique, pour la bonne et simple raison qu’en ces débuts des années 90, n’avait pas encore été votée la fameuse loi 2004-09 pour lutter contre le blanchiment d’argent sale. Elle ne naîtra que treize années plus tard.
Mais, aujourd’hui qu’il faille liquider Abdoul Mbaye, nécessité est de procéder par «simpi» (ndlr : ciblage), pour emprunter le langage de l’arène, pour ensuite inoculer dans les esprits l’impérieuse nécessité d’établir la rétroactivité d’une loi votée en 2004, qui s’appliquerait à des faits qui remontent à 1991. Si ce n’est insulter l’intelligence des Sénégalais...
Et si l’affaire Habré, en dépit d’un matraquage dégueulant, ne prospère pas, on tente d’enfariner Abdoul Mbaye en provo quant la deuxième crise gouvernementale sous l’ère Macky Sall : la fracassante démission du ministre du Commerce, El Hadji Malick Gakou, le 13 février dernier, après le remaniement du 29 octobre 2012. Mais, comme la farine ne produit pas tout l’effet escompté – Macky Sall s’abstenant de guillotiner son Premier ministre – on active le levier du sucre, provoque l’Unacois pour installer une pénurie artificielle au seuil du Ramadan. Échec encore ! Finalement, on se convainc à user de la grosse artillerie en projetant aux Sénéga- lais le film d’une trahison contre la patrie ourdie par Abdoul Mbaye, là-bas à Lausanne, au siège du Comité international olympique (Cio). Mensonge encore.
À Libération, j’ai surpris et continue de surprendre des Sénégalais qui n’ignorent pas les liens qui unissent ma famille à Jean Claude Mimran et Mamadou Diagna Ndiaye. D’autres ont justifié, continuent de justifier la «défense de Abdoul Mbaye» parce que Libération aurait été acheté. L’explication est ailleurs.
Abdoul Mbaye m’était indifférent, nous était indifférent. Mamadou Diagna Ndiaye me l’a rendu, nous l’a rendu... sympathique.
Mais, plus sérieusement, avec cette affaire, parce que n’étant ni un affranchi ni un serf, attaché – sans prétention aucune – à l’équilibre des institutions de ce pays, affleure un fait qui m’a révulsé. Qu’un seul homme, Mamadou Diagna Ndiaye, aussi puissant soit-il, puisse décréter que le Sé- négal et les Sénégalais – ceux-là qu’il regardait, impassible, sous les fenêtres de ses bureaux, investir la Place de l’Indépendance pour déloger Wade, s’il n’était pas aux côtés de ce dernier – doivent changer ce Premier ministre, potentielle menace aux intérêts qu’il porte. Ainsi, confrontés à la passivité de l’Autorité face à cette subversion permanente, porteuse de périls, l’on se met même à avoir la nostalgie d’un Wade sous le magistère duquel jamais pareil coup d’État permanent n’aurait prospéré.
«Dites-moi, est-ce que Abdoul Mbaye figure au Conseil d’administration de Libération», m’a lancé, il y a environ une année, un Diagna apparemment coi devant mon refus, du refus de ceux qui œuvrent à Libération, de porter son combat contre... une institution de la République. «Nous n’en avons pas de Conseil d’administration», lui ai-je rétorqué, avant de lui
poser la question de savoir en quoi ce combat participe au «Yokkutee» des Sénégalais, à leur mieux-être, à la résolution de leurs lancinantes préoccupations. J’attends toujours la réponse...?Autre question : que nous réserve demain cette subversion permanente ? Peut-être pire que ce que nous avons déjà vécu. Car, le volet du Cio nous apprend une autre chose peu rassurante : dans son combat, Diagna a un allié, une recrue de choix, «intoxiqueur», pollueur sans pareil des médias, qui a posé son premier acte public dans ce combat en promettant, le week-end dernier, Abdoul Mbaye aux enfers. Je veux parler de Souleymane Jules Diop.?Un virtuose du coup de Jarnac qui excelle dans l’art d’allumer, incognito, des bra- siers médiatiques pour ensuite proposer sa «science» pour les éteindre, et ainsi, en cas de réussite, se prévaloir du statut de sauveur auprès de son employeur. Lequel, hélas, n’est pas épargné par les coups du sicaire. En témoigne le grand meeting du Palais, lundi dernier, pensé, proposé et organisé, le week-end précédent, à l’insu de la totalité des Conseillers du Président, par Jules, qui s’est ensuite précipité devant la télé, une fois le brasier allumé, pour tenter de justifier une énorme gaffe, prenant naturellement le soin de ne pas revendiquer sa paternité.?«Ku fal Macky rek, xamal ni Marième Faye nga fal», nous apprenait Jules, en 2011. Aujourd’hui porteur de la sacoche de la Première Dame, à New York, s’il ne bouscule pas le protocole pour tenir la portière de sa voiture, comme ce fut le cas lors de la visite d’Obama à Dakar.?L’année précédente, il nous gratifiait d’un saisissant portrait de celui qui allait bouter Wade hors du pouvoir. Relisons Jules...?«L’autre jour, au cours d’une discussion, je faisais remarquer à un ami que lorsqu’une personne comme Macky Sall fonde son propre parti, ça signifie que le Sénégal est mal barré. Le Sénégal est mal barré. Parce que c’est Abdoulaye Wade qui fait et dé- fait les hommes. Véritablement, le Séné- gal est mal barré. Si Macky Sall arrive à être un leader de parti, c’est que le Sénégal est mal barré. Jamais, jamais durant toute sa vie, il n’a pensé, il ne s’est préparé psychologiquement à devenir un leader de parti. Jamais ! Aussi loin qu’il a pu imaginer son avenir, sa seule ambition se limi- tait à devenir Chef de Service à Petrosen
(ndlr : Société des pétroles du Sénégal). Abdoulaye Wade est celui qui fabrique un homme en l’espace de cinq ans en faisant de lui un Directeur général, un ministre, un Premier ministre, un Président de l’As- semblée nationale, pour ensuite décréter qu’il est un crack, le meilleur des managers, un génie. Seul Abdoulaye Wade est capable de cette performance. C’est pour- quoi il a détruit le Sénégal. Parce qu’il a fait naître dans la tête de cette personne (ndlr : Macky Sall) des ambitions dont elle n’a pas les moyens. J’y reviendrai...»
Il reviendra sur le sujet. En 2012. À 48 heures du premier tour de la Présidentielle. Au détour d’une adresse pour exiger des Sénégalais qu’ils votent Niasse. «Ce que nous devons faire. (Car) Niasse est, à n’en pas douter, dans cette multitude de candidats, le meilleur que nous puissions choisir», écrivait Jules. Puis, confessant avoir «observé (les) différents concurrents (de Niasse), revisité leur passé récent», Jules se résout à tenter un couplé gagnant. Et divine surprise, au favori – Niasse –, il flanque le tocard créé par Wade, à l’en croire : Macky. La volte- face est saisissante...
«Macky Sall est de tous (les concurrents de Niasse), celui qui correspond le mieux à l’idée que je me fais de la politique moderne. Il est sans doute le mieux organisé, le plus déterminé dans son combat contre Abdoulaye Wade, celui avec qui j’ai la plus grande correspondance de vues concernant la façon de conduire la lutte pour le départ du président sortant. Il a, je trouve, une qualité qui manque aux hommes de sa génération et qui est essentielle chez un leader, l’humilité et la capacité d’écoute. Il a entamé ces dernières années un travail remarquable qui ferait qu’il mériterait de devenir président de la République, avec une constance qui lui vaut mon admiration. Si je ne votais pas Niasse, sans doute l’aurais-je choisi. Ce sont des aspects de sa personnalité passée qui me préoccupent encore, sans que je sache vraiment s’il s’en est distingué. Et c’est ce qui justifie toutes mes réserves le concernant. Mais il est, contrairement au procès qu’on veut lui faire, le plus déterminé, le mieux organisé dans le combat contre Abdoulaye Wade, le moins sujet au mensonge et aux retournements de dernière minute. Pour tout dire Moustapha Niasse est le plus rassurant et le mieux placé pour diriger le Séné- gal pendant ces périodes d’incertitude. Il est aussi, du fait de son encrage dans la social-démocratie, dans les valeurs fonda- mentales de justice sociale, d’égalité et de solidarité envers les plus démunis, celui qui m’est le plus proche (...)»?Peut-être bien que Macky Sall aime les affreux. Mais, dans un système qui émane du peuple, par le peuple et pour le peuple, si le garant de l’intérêt général est entouré par ceux dont la mission est de sauvegarder des intérêts particuliers – par tous les moyens nécessaires – au détriment de l’intérêt de tous, aidés par un Raspoutine aux petits pieds stimulé par un bicéphalisme qui aurait cour au sommet, alors chaque citoyen est fondé à avoir peur. Et à exiger de l’Autorité qu’elle le rassure.

Yaxam Codou Ndendé Mbaye



1.Posté par le big le 08/07/2013 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

yakham do dara!! faro féénnn.
tu veux sans doute un poste à la présidence!!!

2.Posté par ahmadou le 08/07/2013 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yaxam YAA XARAM ! Tout ce que tu as dis ici ce n'est pas du journalisme ! C'est du "griotisme" de vendu !
Le PM que tu défends a lui même raconté des inexactitudes.
Il a dit qu'il n'est pas candidat, ensuite que sa candidature a été déposée avant celle du Sénégal portée par Diagna.
Il a torpillé la candidature du Sénégal au CIO uniquement pour faire la guerre à qu'elqu'un!
Il a tenté de détruire une industrie uniquement parce qu'il a une dent contre une personne !
Il a voulu faire perdre un emploi à plus de 6000 travailleurs pour favoriser 2 ou trois commerçants !
Depuis qu'il est premier ministre, il n'a laissé aucune trace !
Il a un agenda personnel pour être candidat à la Présidentielle en 2017 ! C'est son droit, mais,
il ne doit pas mettre en avant ses intérêts égoistes au détriment de l'intérêt national.
Ab "Doul" Mbaye ! Yaxam ! MBAYE

3.Posté par leuz le 08/07/2013 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce qu'il dit c'est vrai ou pas? la réponse est oui!!!!!! qu'il soit pro ou anti macky importe peu. Il faut avoir une analyse froide de son texte et constater avec lui que le wax waxeet est devenu une valeur chez nous!!!!!!

4.Posté par MADIODIO le 08/07/2013 18:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

YAKHAM COTOU DENDE MBAYE EST UN DOULNALISTE MENTEUR CALOMNIEUR UN IVROGNE CORROMPU QUI FAIT HONTE A LA NOBLE PROFESSION JOURNALISTIQUE.
YAKHAM COTTOU DENNDE THIMBAY EST UN DOULNALISTE MENTEUR ET CALOMNIEUR. UN IVROGNE VERITABLE DISCIPLE DE BACCHUS. LE PLUS GRAND CORROMPU QUI FAIT HONTE A LA NOBLE PROFESSION JOURNALISTIQUE. HONTE A CET AMI ET CONCUBIN DE YERIM SECK!

5.Posté par Massata le 08/07/2013 18:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yakham ton domou Baaye ta nekhal combien????

6.Posté par Yayi Ndack le 08/07/2013 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour cet article. L'intox pourrait malheureusement passer!!!! Merci de nous éclairer un peu plus sur cet obscur intrigant :Ndiagna Ndiaye. Vigilance Monsieur le Président!!!!

7.Posté par le citoyen le 08/07/2013 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DECEVANT!!! triste pour mon pays!! en quoi cet article pourrait faire l'affaire du Sénégal? et pourquoi un tel article? Méme si tu refuse l'évidence ( tu es vendu et acheté) ton texte te trahit " kou wax fégn!"
Si seulement il était possible de boycotter la presse sénégalaise! ils sont tous pareils: sidy lamine, yaham,leral....seul leur intéret particulier compte( leur poche)

8.Posté par doulab le 08/07/2013 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour le rappel,ce sont les sénégalais qui ont élu MACKY par conséquent il doit rassurer ,vous avez raison mon chér.Je vous encourage à faire parti de la presse non corrompue parce que notre est corrompue.

9.Posté par Babs le 08/07/2013 22:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est clair, c'est que payé ou pas payé, ce yaaxam dit ne peut souffrir d'aucune contestation. Le combat que mène Diagna contre Abdoul Mbaye ne fait l'ombre d'aucun doute, et Jules Diop la girouette en déclarant que le PR tirera toutes conséquences de la double candidature au CIO montre à quel point il est dangereux. Ce qu'il faut savoir c'est qu'au CIO, les états ne désignent pas de candidat, on est coopté comme dans la loge maçonnique (excusez la comparaison), par le biais des relations et de la connaissance des gens qui siègent. A ce titre l'élimination de Diagna provient de la grossière erreur de Macky d'avoir écrit pour le recommander. Le CIO est tellement jaloux de son indépendance que dès qu'un Etat recommande quelqu'un, il l'a sans le savoir condamné à mort. Si un sénégalais devait être élu au CIO, les plus chanceux ne sont Diagna, mais Abdoul Mbaye et Dia Ba. Le premier parce que son père feu Kéba Mbaye y a siégé et laissé des relations fortes. Le 2ème parce que ses copains champions olympiques qui y siègent vont voter pour lui. Mais au Sénégal, les journalistes tendent toujours le micro à ceux qui ne savent pas..........................Le combat détestable de Diagna à l'endroit du PM a culminé avec l'attaque sordide de son ami ASAK l'ivrogne qui a raté sa vie, par les coups en dessous de la ceinture en traitant feu Kéba Mbaye d'agresseur sexuel. Avec Diagna et Jules, Macky est en danger et le Sénégal avec.....................Li ci kanam rawul bët

10.Posté par bathie le 09/07/2013 00:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mon pays va mal mon pays va mal mon pays va mal mal mal mon pays va mal DIXIT tiken jah fakoly

11.Posté par zousarr le 09/07/2013 08:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

diagna ndiayo abdoul mbayo macky sallo yakham mbayo tous pareille doul rék défounioufi dara liguéyouniou danion teuleu ou é latif coulibaly ani penda bow gatayam mouyméni ndamarass senegaléyi nguiryalla yéwouléne sipoliticienyi dagni doulrék fénrék domoukharamyi ayworkat nguéne maky sall mom dateulé wade wakhone nak mouné macky il n'est pas capable macky doudara

12.Posté par ndiaye le 09/07/2013 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cet article si c'est vrais ou faux mais tout ce qu'il dit de souleymane jule diop est vrais il ne croit en rien c'est un bonimenteur, attendez d'ici 2 ans il n'a encore rien fait il va enduire le pays dans un bateau où personne ne connaîtra sa destination.

13.Posté par DEUG REK le 09/07/2013 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SINCÈREMENT LES SENEGALAIS PEUVENT COMPTER JUSQU'A PREUVE DU CONTRAIRE SUR CE JOURNALISTE QUI N'A FAIT ÉTAT QUE DE FAITS IRRÉFUTABLES (TEL QUE SON METIER DE JOURNALISTE LE LUI RECOMMANDE) , AVANT DE S'INTERROGER ET DE TIRER SUR LA SONNETTE D'ALARME...!
CET ARTICLE NE DÉFEND NI SAMBA NI DEMBA...SEUL L’INTÉRÊT GÉNÉRAL DES SENEGALAIS PRÉOCCUPE SON AUTEUR. C'EST MA CONVICTION.
QUANT AU PM ABDOUL MBAYE, L’ÉCRASANTE MAJORITÉ DES SENEGALAIS LE SOUTIENNENT ET PERSO JE SOUHAITE SON COMPAGNONNAGE AVEC LE PRÉSIDENT PENDANT AU MOINS SON PREMIER MANDAT AFIN D’EMPÊCHER LES LOBBIES DE TOUTES SORTES DE FAIRE MAIN BASSE SUR LE SENEGAL .

14.Posté par CROC le 09/07/2013 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TOUS DES CORROMPUS CES JOURNALISTES ALIMENTAIRES...DIS NOUS COMBIEN TU AS RECU POUR ACCEPTER DE MONNAYER TA DIGNITE...TU DIS QUE LES MILLIARDS DE HABRE ONT SERVI "à graisser la pâte à nombre de nos chefs religieux et coutumiers, patrons de presse, leaders ",TU VIENS DE REJOINDRE CE LOT CAR L'ARGENT QUE TU AS RECU POUR PONDRE CET ARTICLE PROVIENT CERTAINEMENT DES MILLIARDS DE HABRE

15.Posté par léral le 09/07/2013 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne peux pas comprendre l'attitude des journalistes sénégalais. On dirait que la communication de nos jours est une pièce qu'il faut monnayer sans scrupule au gré des boursiers. Pour revenir à l'essentiel, le PM ne pose aucun problème du moment qu'il est dépositaire de la confiance de celui en qui nous avons placé la nôtre. Et à mon avis, il incarne le poste avec beaucoup d'humilité et avec autant de responsabilité. Le hic est qu'au Sénégal, les hommes nains d'esprit tentent souvent de mener en bateau la population en oubliant que tous les sénégalais n'ont pas la même dimension intellectuelle. Ce qui fausse d'emblée leur prévision de régner en maître par des rocambolesques affabulations. Le mensonge et la méchanceté finissant par un toilettage professionnel d'une partie de la presse et non des moindres cognent au pilori la méritocratie sénégalaise dans la gestion de la cité au point que de vaillants fils s'en lavent les mains. Apprenons à faire taire nos clivages personnels, Diagna Ndiaye et ses laudateurs (jules Diop, Diambal etc.) doivent savoir que le Sénégal se fait par l'épreuve de la vérité et du temps aussi dure qu'elle soit. Finissons avec ces pratiques qui ont fini par faire perdre le nord au grand Wade. Nous avons élu Macky pour une rupture et non pour la continuité du festin des faucons du palais. Il vous serait utile de regarder se qui se passe dans le pays avec plus de décentrement pour rendre service à votre nation. La question de la précarité de l'emploi mérite une grande interrogation de nos jours avec le changement de régime. Tout DG venant avec sa cours limoge au gré en foutant du pied les règles élémentaires du droit. Le cas du DG Bocoum de l'Office du Lac de Guiers (OLAG) mérite l'attention de tout le monde.

16.Posté par malabar le 09/07/2013 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Yakham, l'acharnement médiatique à l'encontre du premier ministre était devenu trop suspect à mes yeux ,c'est dommage qu'une parie de "journalistes" dans notre pays soient devenus des mercenaires de la plume .Ils n'en ont rien à faire de la déontoligie ,de la morale ,de leur foi ,parce que dire des contre vérités sur commande dans le but de nuire,c'est gravissime ,on sera un jour seul dans sa tombe ,il ne faut jamais l'oublier

17.Posté par Fatoumata le 09/07/2013 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Abdoul Mbaye comme son illustre père est un de ces hommes qui servent de recours auxquels les nations pensent dans leurs moments de détresse. Il est notoirement compétent, loyal et entouré d'autres valeurs nationales au delà de tout soupçon ! Ceux qui ne veulent pas de lui comme ces petits salopards mangeant dans les mains des détenteurs de capitaux qui ne cherchent que le profit, sont tel que le dit Yaxam des "porteurs d'intérêts". Que Dieu les maudissent avec les multiples petits scandales qu'ils ne cessent de fabriquer contre l'un des plus dignes Premiers Ministres que le Sénégal ait jamais eu. Le Président Macky a intérêt à ne jamais les écouter comme il a su s'assumer jusqu'ici !
Quant à Yaxam, tous mes encouragements et dis toi que ceux qui essaient de te stigmatiser en parlant d’alcool, ont certainement dans leur veine quelques goutes d’alcool, s’ils visitent leur ascendance et que l’insulte est l’arme des faibles !!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image