leral.net | S'informer en temps réel

Mort de Bassirou Faye : Pas de diversion Macky Sall est le seul responsable ( Penda Mbodj )

Voici un extrait du communiqué du conseil des ministres du 22 Mai 2014
« Reprenant la parole, le Président Macky Sall a félicité le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, « avant de l’engager à appliquer strictement les mesures requises par la situation ». Le chef de l’Etat, poursuit le communiqué, « a donné des instructions fermes au Gouvernement, en particulier au Ministre de l’Intérieur, pour une sécurisation convenable des espaces universitaires, afin de préserver les étudiants soucieux de suivre leurs études ». Le Président de la République a, en outre, demandé « l’application des lois et règlements, contre ceux qui s’adonnent aux actes de violence dans les campus universitaires ».


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Août 2014 à 01:40 | | 6 commentaire(s)|

Mort de Bassirou Faye : Pas de diversion Macky Sall est le seul responsable ( Penda Mbodj )
Commentant ce communiqué, le site actunet.sn titrait « En conseil des ministres, Macky Sall xeup na kani sur la situation à l’UCAD ».
Aujourd‘hui, visitant les étudiants blessés, Macky Sall se dit choqué.
Nous, nous sommes choqués par ses tâtonnements, son incompétence et surtout par son incapacité à faire face aux situations difficiles et à prendre les bonnes décisions, comme l’a révélé la première Dame Maréme Faye.
Macky Sall est le seul responsable de la mort de l’étudiant Bassirou Faye, de la perte de jambe, d’œil ou de doigts d’autres étudiants. Il est aussi le seul responsable du traumatisme causé à toute la communauté universitaire, de la perte de documents et de matériels importants, ainsi que de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons.
Macky Sall a voulu imposer une réforme impopulaire, truffée d’incohérences et pilotée par un ministre arrogant et manipulateur. Les acteurs de l’espace universitaire ont alerté mais il n’a rien voulu entendre et a tenté un passage en force. L’échec est là : il doit assumer au lieu d’essayer de désigner des boucs émissaires.
Le 14 Aout 2014, l’étudiant Bassirou Faye est abattu à l’université. Le président est en « visite vacances » en France. La délégation gouvernementale envoyée à Diourbel est renvoyée, rabrouée et huée. Les étudiants sont dans le désarroi. Certains d’entre eux décident d’aller voir Idrissa Seck. Il les reçoit, les réconforte, les appelle au calme et promet de saisir le premier ministre pour lui transmettre leurs doléances et lui proposer des solutions. Ce qu’il fait mais le premier ministre accepte de le recevoir puis se ravise. Que s’est il passé entre temps ? Aucune autorité gouvernementale n’a reçu les étudiants mais entre temps le président absentéiste est revenu de sa villégiature en France. Il ne pardonne surement pas à Idrissa seck d’avoir fait ce qu’il devait faire lui le seul président élu par le peuple. Il parle de politiciens qui attisent le feu. Il ne cite pas de nom mais la meute a compris. Le gibier est débusqué : il s’appelle Idrissa Seck. Toute la horde ( Diène Farba, Abdou Mbow le nain politique et nain intellectuel, Thérèse Diouf, l’étudiante nommée Dg et qui ne savait pas encore utiliser un Smartphone, Ameth Suzanne Camara, porte parole autoproclamée de la belle famille de Macky Sall, Moustapha Diakhaté le seul chef de majorité parlementaire dans le monde qui ne participe pas aux élections locales parce que n’ayant pas de base politique, etc…), toute la horde donc, perçût le signal et Idrissa Seck est devenu le principal responsable de la mort de Bassirou Faye. On veut noyer le poisson, toute la horde parle de politisation du dossier.
La vérité est pourtant simple. Nous avons élu un président qui n’est pas à la hauteur. Tout le reste n’est que charabia. Idrissa Seck est dans son rôle d’opposant : il critique et propose. S’il y avait un peu de sérénité du coté du pouvoir, le premier ministre l’aurait reçu et le Sénégal aurait encore donné au monde une belle image d’une démocratie apaisée. Cela aurait aussi pu permettre de détendre le climat politique et permettre aux autorités de faire face calmement aux périls qui nous guettent : université, monde rural, ébola. Mais Idrissa Seck en aurait tiré un bienfait pour son peuple et cela est inacceptable pour les apéristes. Quand on est apériste, ce qui est bon c’est pour nous et ce qui est mauvais pour les autres. L’apériste peut être riche mais tout autre riche est un voleur. Ils n’acceptent pas le mérite des autres car ils ont peu de mérite. . Comme quand Macky Sall remplaçant Idrissa Seck à la primature qui lui avait laissé des fondamentaux au vert avait fait table rase du travail de son prédécesseur. C’est leur méthode : ce qui est mauvais c’est les autres, ce qui est bon c’est nous.
Incapables de tenir leurs promesses, incapables de régler les problèmes des sénégalais, incapables de gagner des élections locales après deux ans de pouvoir, il ne leur reste que la calomnie et la médisance. Pour cela ils sont forts. Cependant il est facile de mentir pour prendre le pouvoir mais on ne peut pas gouverner un pays par le mensonge. Au travail waye.

Penda Mbodj
Une inconditionnelle de Idrissa Seck
Etudiante en Master 2 audit et contrôle de gestion
Jeunesse Rewmi Parcelles Assainies

Penda Mbodj Une inconditionnelle de Idrissa Seck Etudiante en Master 2 audit et contrôle de gestion Jeunesse Rewmi Parcelles Assainies
Penda Mbodj Une inconditionnelle de Idrissa Seck Etudiante en Master 2 audit et contrôle de gestion Jeunesse Rewmi Parcelles Assainies






Hebergeur d'image