leral.net | S'informer en temps réel

Mort de Bassirou Faye- « Que la lumière soit faite » (Ps)

iGFM- (Dakar) Selon une déclaration du Parti socialiste rendue public ce dimanche « Les récents incidents de l’Université Cheikh Anta DIOP, qui ont occasionné la mort de l’étudiant Bassirou Faye et de nombreux blessés, du côté étudiants comme du côté des forces de l’ordre, sont la conséquence d’une situation de tension sans rémission qui sévit depuis de longs mois, tant au campus social qu’au campus académique et qui, elle-même, trouve sa source dans la question de l’inscription des nouveaux bacheliers et dans celle de la perception des bourses et allocations.


Rédigé par leral.net le Lundi 18 Août 2014 à 10:05 | | 0 commentaire(s)|

Mort de Bassirou Faye- « Que la lumière soit faite » (Ps)
Le Parti socialiste déplore cette dégradation des relations entre pouvoirs publics et acteurs de l’espace universitaire et, suite à la mort de l’étudiant Bassirou Faye, présente ses sincères et affligées condoléances à sa famille du défunt, à ses camarade étudiants, aux autorités administratives et universitaires, et à tous les Sénégalais, en souhaitant par la même occasion un prompt rétablissement aux blessés.

Le Parti socialiste exhorte en outre les autorités compétentes, ainsi d’ailleurs que le gouvernement s’y est déjà engagé, à faire sans complaisance toute la lumière sur les circonstances de ce drame et à établir les responsabilités afin que les mesures qui doivent en découler soient prises et portées à la connaissance de l’opinion qui l’exige mais aussi pour que force reste à la loi de la république.

Au-delà de ce drame qui attriste tous les sénégalais, la situation de l’école sénégalaise en général, celle de l’université en particulier, appellent la recherche d’un CONSENSUS FORT sur quelques défis majeurs à relever, consensus accepté et respecté par tous les acteurs de ce secteur essentiel et stratégique pour la réalisation d’un développement durable, sans préjudice pour les libertés d’expression, de revendication et d’action des partenaires à un tel accord.

Le but est de donner à l’espace scolaire et universitaire la possibilité de sortir de cette sorte de menace de chaos qui le guette, le gangrène chaque jour un peu plus, éloignant notre pays des objectifs de formation et d’épanouissement intellectuel dont la part au développement est irremplaçable.

Il appartient aux acteurs d’en définir les termes de références, en sachant, bien sûr, qu’en la matière, réflexions et propositions antérieurement menées peuvent servir de base à cette recherche d’un consensus pour répondre aux questions récurrentes pour le bien de notre système éducatif, une réponse consensuelle :

- L’adoption de règles simples, rationnelles, équitables et transparentes, applicables en matière de paiements à temps des bourses et autres allocations (salaires des personnels et autres) indispensable à la poursuite des études et de la vie sur le campus.

- L’acceptation par toutes les parties de cette donnée irréfutable que l’université est en pleine expansion et que la maitrise de ses flux et de ses moyens doit être planifiée, connue et partagée par tous les partenaires

- Une bonne compréhension partagée de l’esprit et de la lettre des franchises universitaires : c’est là une des conditions de résorption des formes de violence et de recours à la force autant de la part des usagers de l’espace universitaire que des forces de l’ordre.



Gfm.sn






Hebergeur d'image