leral.net | S'informer en temps réel

Mouhamadou Mbodji sur les affaires Arcelor Mittal et Petro Tim : "Est-ce qu'il y a eu commission à la signature et si oui combien Wade ou son gouvernement ont reçu"

Les affaires Arcelor-Mittal et Petro-Tim sont, autres autres, les sujets abordés par le Coordonnateur du Forum civil. De même, Mouhamadou Mbodj, analyse les accusations qui fusent çà et là, mais s’inquiète que Wade n’en ait jamais parlé quand il était président et se demande s’il y a eu des commissions distribuées à la signature et si c’est le cas combien Wade a reçu ou le gouvernement sous Wade. Voici un extrait du dernier jet de l’entretien qu’il a accordé au Populaire.


Rédigé par leral.net le Mardi 3 Mars 2015 à 13:35 | | 21 commentaire(s)|

Mouhamadou Mbodji sur les affaires Arcelor Mittal et Petro Tim : "Est-ce qu'il y a eu commission à la signature et si oui combien Wade ou son gouvernement ont reçu"
Le Forum civil soulève souvent des scandales. Les affaires Arcelor Mittal, Petro Tim et récemment Africa energy défrayent toujours la chronique…

C’est le Pds, Abdoulaye Wade qui l’a soulevé et je trouvais qu’il était dans son rôle, mais il aurait dû laisser les députés de son camp prendre des initiatives. Ils auraient même pu installer une commission d’enquête. On aurait pu institutionnaliser la démarche. Si on ne l’institutionnalise pas, le danger c’est qu’on soupçonne que tout ça est à des fins d’instrumentalisation politique. Le deuxième élément, ces dossiers ont éclaté pendant qu’Abdoulaye Wade était président. Pourquoi en tant que président, il n’en avait pas parlé surtout que lui-même avait proposé au pays une Constitution qui a été votée en 2001 qui, dans l’article 8 dernier alinéa prévoyait le droit à l’information plurielle et citoyenne ? Pourquoi à l’époque lui qui a fait voter cette loi ne l’avait pas appliqué en la matière en publiant les contrats signés avec Koumba ressources et Arcelor Mottal. C’est comme je disais pour les droits-de-l’hommistes, c'est-à-dire on est transparent quand on a quitté le pouvoir. Macky est arrivé dans le contentieux à la fin du contrat. Arcelor Mittal comme on le fait dans ce genre de contrat, ils ont dû donner des commissions à la signature. On s’attendait à ce qu’on nous dise est-ce qu’il y a eu commission à la signature et si c’est le cas combien Wade a reçu ou le gouvernement sous Wade comme il interroge une enquête pour qu’on dise dans la transaction de clôture du contentieux Arcelor-Etat, Macky a reçu de l’argent. Mais souvent à la signature on en reçoit. Il aurait été plus équilibré, si Wade dit : au début j’ai reçu, quand j’ai signé, maintenant je demande à Macky Sall combien il a reçu. On l’aurait pris au sérieux. C’est ça le drame d’un risque d’une instrumentalisation politique d’une question sérieuse.

Mais dans ces conditions comment il aurait fallu agir ?


Wade porte une partie de cette responsabilité, mais Macky Sall en porte une nouvelle parce que lui-même, en décembre 2012, a proposé au pays le vote d’une loi qui s’appelle Code de transparence sur les finances publiques. Il y a deux articles dans cette loi qui obligent le gouvernement à rendre publics tous les contrats passés entre l’Etat et des tiers et liés aux ressources naturelles du Sénégal : pétrole, minier, Petro Tim. Donc, Macky Sall est obligé. Ce qui a été publié, ce sont des extraits, ce ne sont pas tous les contrats alors que le texte dit tous les contrats. Le Premier ministre a dit que ce serait long et fastidieux, mais qu’il laisse aux citoyens le soin de le dire parce qu’il y a des pétroliers parmi les citoyens, ils savent bien lire un contrat. Ceux qui sont très compétents en la matière pourraient simplifier et rendre intelligible la compréhension de ces contrats et la presse pourrait l’utiliser. Donc, ce n’est pas à l’autorité de dire c’est complexe. Non ! Il faut laisser à la citoyenneté qui a pu déjouer les pièges de Wade et installer Macky à la tête du pouvoir - c’est une citoyenneté très mature -, accéder à cette information et décider comment elle va l’exploiter ; droit que lui reconnaît la loi. Il y a dans le Code de transparence une autre disposition qui oblige l’Etat à publier toutes les ressources financières tirées des contrats sur les ressources naturelles. C’est une obligation de l’Etat, il ne devrait pas attendre Abdoulaye Wade. On ne devait pas répondre à Abdoulaye Wade, mais répondre à l’exigence légale de rendre publiques les ressources tirées des contrats passés entre l’Etat des tiers sur les ressources naturelles. Ce n’était pas nécessaire de polémiquer avec Wade, l’Etat devrait faire son devoir. Jusqu’à aujourd’hui, il est interpellé pour faire totalement son devoir au regard de la loi parce que le Président Macky Sall a prêté serment pour observer la loi lui-même et faire observer la loi.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image