leral.net | S'informer en temps réel

Mouridoun-Mouridisme: Lien ou parallélisme ?


Rédigé par leral.net le Vendredi 5 Décembre 2014 à 12:53 | | 4 commentaire(s)|

Mouridoun-Mouridisme: Lien ou parallélisme ?
Le mouvement Mouridoun est né avec son fondateur, Ahmad Ben Quessi, prés d’Almeria, en Espagne. C’était la fin du règne des Almoravides et le début de celui des Almohades.
Ben Quessi fonda, alors, un Etat Mouride qui battit monnaie.

Cet Etat englobait le Portugal et l’Espagne Méridionale. Il s’étendit sur l’ensemble du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie). L’un de ses disciples, Al Mahd Ibn Toumort, fonda la ville de Mahdiya, en Tunisie, après s’être proclamé Mahdi.

Auparavant le fondateur du mouvement s’était distingué par l’un des livres phares du soufisme, KHALAA NAHLAYN. Cet ouvrage dont l’intitulé signifie ôter ses chaussures rappelait l’ordre donné à Moise par le Seigneur sur la vallée sacrée de Touwa.

Ibn Araby, considéré comme l’un des principaux pôles soufis, commença par paraphraser et commenter ce livre des Mouridounes. Lequel livre a, visiblement, influencé le fameux FOUTOUHAT. Qui avec sa vingtaine de tomes demeure, à nos jours, la référence obligée de tous les soufis. Devanciers ou contemporains.

Dés ses débuts, le citoyen d’Almeria, Ahmad Ben Quessi, reçut, en guise de Adiya, un pur sang immaculé qui lui avait été envoyé par le fameux Roi Afonso, Roi du Portugal.

Certaines recherches voudraient qu’il s’agisse de l’ancêtre d’un autre saint dont nous ne connaissons que le nom à travers les écrits de Cheikh Ahmadou Bamba, le fondateur de notre Mouridisme. Parce qu’il le désigne comme étant son propre ancêtre. Il s’agit d’Abiboulah.

Si c’est le cas cela confirmera l’enracinement et l’ancrage de la famille du fondateur du Mouridisme Ndiaremo-Toubaique dans l’histoire du soufisme. Et, ce, depuis prés de mille ans.

Avant de former l’Etat des Mouridounes, Cheikh Ahmad avait séjourné à Marrakech où il fut l’hôte du fils du fondateur de la cité, Youssouf Ibn Tachfin. Abiboulah serait, aussi, né dans cette ville, des siècles après. Le livre phare d’Ahmed Ben Quessi ne doit-il pas être enseigné à nouveau, pour que nul n’en ignore ?

Toutefois, il y a parallélisme. En ce sens que les révoltés d’Almeria s’opposaient à l’Etat Almoravide. Ce qui fait des Al Muridun un groupe politique et non un groupe confrérique.

Il y a aussi lien. Même si ce lien est à confirmer par la minutie de la recherche pour savoir s’il y a eu parenté, consanguinité ou non. Un autre lien à travers le livre de Ben Quassi sur le soufisme dont le calibre est si important que les odes du fondateur du mouridisme senegalensis les rendent si retentissantes.

C’est, donc, à l’endroit du Colloque sur le Soufisme, organisé par notre ami et frère Cheikh Bachir Abdou Khadre, que
s’adresse cette note en guise de contribution et d’orientation par rapport au thème central.

Pour dire qu’au début du soufisme, il y avait les Mouridounes d’Almeria. Aujourd’hui le Mouridisme Ndiaremien porte le flambeau. Pour la fierté de l’Islam et des musulmans.

AHMED KHALIFA NIASSE






Hebergeur d'image