leral.net | S'informer en temps réel

Mourir pour Le Seigneur - Par Mourchid Souleymane Sy


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Mars 2015 à 09:26 | | 2 commentaire(s)|

Mourir pour Le Seigneur - Par Mourchid Souleymane Sy
Louange à Allah, Seigneur des mondes visible et impénétrable (nous faisons allusion, à celui des djinns, des anges, de l’âme…).

Que Ta grâce soit davantage sur celui qui a tout donné au Seigneur, le prophète Mohammed et sur tous les Gens de la Droite Sacrée (Ashaboul Yamine).

Mourir pour le Seigneur révèle, à la fois, la reconnaissance, la noblesse et la générosité. Dans cet acte on trouve le début et la finalité de la piété qui ouvre un retour volontaire vers la source de tout. Le serviteur sert ce qu’il a de plus précieux. C’est le martyr de première classe. Encore, faut-il pénétrer le secret de la mort, pour saisir que celle-ci n’existe pas. C’est une création de l’Homme. Allah dit : « Et ne dites pas de ceux qui sont tués dans le sentier d’Allah qu’ils sont morts. Au contraire ils sont vivants, mais vous en êtes inconscients. » Sourate 02 Verset 154.

Si la mort veut dire une fin en soi, où on passe au néant, toute la démarche est fausse. Toute créature est évolutive et la meilleure mutation va vers celle de rendre l’âme au Maître.

Yahya Ben Saïd raconte : le Messager de Dieu (PSL) était assis, alors qu’une tombe se creusait. Un homme regarda à l’intérieur en disant : « quelle malheureuse couchette pour le croyant ! ». Le messager de Dieu (PSL) lui signifia « c’est mauvais ce que tu as dit ». L’homme répliqua : « je ne voulais pas dire cela, mais qu’il est préférable d’être tué dans la voie d’Allah ». Alors, le messager de Dieu (PSL) dit : « Rien n’est pareil au fait d’être tué dans la voie d’Allah, et nul endroit ne m’est préférable à Médine pour tombe ».

Le généreux donateur de son âme fidèle au Seigneur ne souhaite pas mourir sur son lit ou sur celui de l’hôpital. Il sollicite le martyr pour se rehausser au rang des grands, notamment les prophètes, les véridiques (Salih), les martyrs et les saints. Le Saint Coran est révélateur de ces statuts à travers la parole suivante : « Quiconque obéit à Allah, et au Messager … Ceux-là seront avec ceux qu’Allah a comblés de Ses bienfaits : les prophètes, les véridiques, les martyrs et les vertueux. Et quels compagnons que ceux-là ! » Sourate 04 verset 69.

Le martyr est en troisième degré d’élévation et dépasse même le saint en mérite et en grade dans l’Au- delà. Il n’y a rien de plus alléchant. Cette dimension de vision touche le privilège du Seigneur.

Généralement, tous les grands hommes finissent dans le martyr. Parmi ces derniers, on peut citer les références les plus proches : le prophète Mohammed (PSL) est tombé sous l’épuisement de la vie trop remplie. Il n’y a eu aucun moment de repos durant son passage qui était commandé par une mission intenable de sacrifice. Il était pris en tenaille entre sa demeure et la mosquée, en passant par la rue qui lui était plus hostile. Il mourut plusieurs fois par la fatigue.

Abou Houraïra raconte qu’il a dit : « Par Celui qui possède mon âme, j’aimerai combattre dans la voie d’Allah, y être tué, puis ressuscité et encore tué » (Al Boukhari et Mouslim). Abu Bakr (R.A) a succombé au poison, suite à une invitation d’un noble juif. Oumar, Ousmane et Aly (R.A) ont péri par les armes. Zaïd Ben Aslam raconte qu’Oumar Ben Al Khattab disait : « Ô mon Seigneur, je Te prie de me faire mourir en martyr dans Ta voie, et dans le pays de Ton messager ». (Al Boukhari). Le martyr espère obtenir la récompense d’Allah, en mourant dans sa voie, même la blessure ensanglantée aura l’odeur de Musc dans l’Au-delà.

A chaque époque ses exigences pour se donner au Seigneur. On ne doit pas choisir la façon de mourir, ni le moment. La générosité et le courage de braver le martyr sont seuls admis dans le cœur et l’esprit par l’intention. On évolue au front du Djihad permanent, suivant le programme de l’heure du Seigneur. Tous les domaines qui font la promotion de l’Islam et des musulmans demeurent propices à la bénédiction du martyr.

Surtout, il ne faut pas mourir pour une cause qui ne fait pas le poids du martyr. C’est une perte que seul le Seigneur peut ranger dans sa miséricorde. On ne peut pas parler d’un sujet aussi sensible, non exploré par les savants musulmans, sans apprécier une récente forme d’acquisition du martyr. On veut dire le kamikaze porteur d’explosif. Ce dernier obéit à la demande d’une situation de guerre. C’est périr pour vaincre. Le musulman qui critique cette attitude est avare en foi devant le Seigneur ou un poltron ignorant. Par ailleurs, l’ennemi d’Allah, dans la partialité n’a pas à apprécier l’acte du djihadiste. Il fait pire et ne verra jamais du positif venant du martyr.

Le prophète Mohammed (PSL) envoya quelqu’un pour tuer Ka’b fils d’Aschraf, de qui il avait essuyé beaucoup d’injures. Ce satiriste avait de l’éloquence et était poète. A chaque instant il disait aux infidèles : pleurez en annonçant la mort du prophète (PSL), dans la ville. Un jour le prophète (PSL) demanda : « Qui donnera sa vie à Allah, en tuant cet homme ? ». Mohammed fils de Maslama se porta volontaire. Il fut remercié d’avance. Trois jours après, le prophète (PSL), n’ayant aucune nouvelle de l’exécution de l’engagement, l’appela pour en connaître la raison. Il répondit : je crains de ne pouvoir remplir mon dessein, parce que Ka’b habite un château fortifié. Le prophète (PSL) insista sur la requête et l’appuya par d’autres volontaires. Ils se dirigèrent vers le château, arrivèrent la nuit et exécutèrent leur engagement par une stratégie inspirée. Au retour, ils trouvèrent le prophète (PSL) occupé à prier et lui rendirent compte. Il fut très satisfait, rendit grâce au Seigneur et les remercia.

A travers ce fait de l’histoire guerrière et légitime de l’Islam, les musulmans ont toujours le devoir de punir sévèrement les ennemis de l’Islam s’attaquant au prophète. La boucherie de Charlie Hebdo en est une perle d’or autour du cou des djihadistes ayant choisi de mourir pour le Seigneur. Allah dit : « Mohammed est le Messager d’Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les infidèles, miséricordieux entre eux… » Sourate 48 verset 29.

Lorsque le cœur se livre, il pose un acte explosif qui écrase le simple esprit. C’est ainsi que la grandeur de mourir pour le Seigneur dépasse le sujet qui n’ambitionne aucun degré d’élévation. Cela suscite des critiques parce que les niveaux et les moyens diffèrent. Cependant, le martyr émerge dans une dimension de grâce et ne fait pas de compte avec les hommes. Il cherche la satisfaction du Seigneur. Et rien n’est plus grand et bon que de gagner la Face du Seigneur. C’est là où les serviteurs d’Allah doivent entrer en compétition pour donner du sens à leur existence. Tout le reste est périssable et voue à l’échec.

Gloire à Allah, Seigneur Héritier et source de retour de Tout. Que Ta Grâce soit davantage sur le meilleur serviteur qui T’a mille fois donné son âme, le prophète Mohammed et sur tous les Gens de la Droite Sacrée (Ashaboul Yamine).


Mourchid Souleymane SY
Guide de Ashaboul Yamine
Serviteur de la Ummah






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image