leral.net | S'informer en temps réel

Moussa Ndao filme ses ébats sexuels avec sa copine et la fait chanter : Il encourt deux ans de prison ferme

Le nommé Moussa Ndao a été attrait, hier, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Il avait menacé de divulguer des images obscènes et formulé des menaces contre F. S. qui se trouve être sa copine. Il risque une peine de 2 ans ferme. Le tribunal a mis l’affaire en délibéré et le verdict sera rendu le 27 août prochain.


Rédigé par leral.net le Vendredi 21 Août 2015 à 13:16 | | 8 commentaire(s)|

Moussa Ndao filme ses ébats sexuels avec sa copine et la fait chanter : Il encourt deux ans de prison ferme
Le 29 juillet dernier, après une dispute, sa copine lui avait notifié sa décision de se séparer de lui. Voulant la retenir, Moussa Ndao, ayant épuisé tous ses arguments, a pensé pouvoir user du chantage. C'est ainsi qu'il réussit à convaincre la fille de venir chez lui « pour récupérer un portable qu'il lui a acheté ». Il avait déjà planqué dans un coin de la chambre une caméra miniature en marche, rapporte « Le Populaire ». « Quand elle est venue, j’ai entretenu des rapports sexuels avec elle et je regrette de l’avoir fait », dit-il devant la barre. Il a ainsi filmé tous leurs ébats sexuels. Après avoir assouvi sa libido, il a montré la vidéo à la fille en exigeant qu’elle lui rende tous les cadeaux qu’il avait achetés pour elle. Ne s'arrêtant pas en si mauvais chemin, il dit à F. S. que si elle le quitte, il publierait sur le net la vidéo de leurs ébats.

Désorientée, la fille s'en est ouverte à une de ses copines plus mature qui lui a conseillé de ne pas céder au chantage et de déposer une plainte. Ce qui a été fait. Moussa Ndao a été ainsi arrêté et envoyé en prison.

Devant la barre, il a juré qu'il aime la fille plus que tout au monde. Le Procureur, estimant que sa culpabilité ne souffre d'aucune contestation, a requis une peine de deux ans pour le délit de divulgation d’images à caractère personnel et 6 mois pour celui de tentative d’extorsion de fonds. L'avocat du prévenu a reconnu que son client a fauté certes, mais juste à cause de son esprit enfantin et il regrette son acte. Il a donc plaidé pour une application bienveillante de la loi. Reste à savoir ce que le juge va décider le 27 août prochain.






Hebergeur d'image