leral.net | S'informer en temps réel

Moustapha Cissé Lô : "A mon âge, je ne vais plus m'engager dans le débat politicien"

Démissionnaire du poste de coordonnateur de l’Alliance pour la République, dans le département de Mbacké, Moustapha Cissé Lô précise qu’il n’a pas tourné le dos à la politique dans son fief. Le vice-président de l’Assemblée nationale, « après avoir reculé pour mieux sauter» dit être engagé dans la politique de développement aux côtés du chef de l’Etat, mais il souligne avoir tourné le dos au débat « politicien ».


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Novembre 2014 à 09:49 | | 1 commentaire(s)|

Moustapha Cissé Lô : "A mon âge, je ne vais plus m'engager dans le débat politicien"
Depuis quelques temps, vous semblez être en retrait par rapport au débat. Pourquoi ce recul ?

Je n’ai pas pris du recul par rapport à la situation politique. J’ai préféré ne pas me mêler des débats politiciens qu’on alimente et qui ne nous mènent à rien. J’ai préféré être pragmatique.

Je suis en train de faire de la politique à ma manière, en faisant de bonnes actions, en assistant les couches vulnérables. Au moment où je vous parle, je suis en contact avec Touba pour les talibés de Serigne Cheikh Saliou qui vont dans les champs.

Pour le Magal de Darou Khoudoss, nous sommes en train de préparer des repas pour le Khalife. Ce sont des actions politiques. Je laisse le bavardage aux gens qui ne font rien.

Je ne peux pas me retirer de la vie politique. J’ai fait près de 20 ans d’actions sur le champ politique. Depuis les années 90, je me suis engagé résolument à défendre la cause des populations, principalement celles de ma localité. J’ai été élu deux fois député. J’ai été conseillé de la République. J’ai été élu deux fois à la chambre de commerce. Je suis au Parlement de la Cédeao où j’ai fait deux mandats.

A la chambre consulaire de l’Uemoa, je viens de boucler un second mandat. A Mbacké, de Doudou Thiam à nos jours, je n’ai pas vu quelqu’un qui a fait autant d’actions positives que moi au profit des populations.

J’ai toujours été à leurs côtés pour les assister. C’est cela la politique. Aujourd’hui, je prends de l’âge. Des jeunes montent et la politique a changé dans la manière de faire.

Qu’est-ce qui caractérise cette façon de faire ?

Les gens s’insultent, se battent. Je ne suis pas de leur âge. J’ai préféré ne pas être sur ce terrain. Mais je continue à aider les populations de Touba et je laisse les populations juger. Il y a quatre mois, des actions inacceptables se sont produites à Touba.

Des politiciens en- cagoulés ont utilisé les populations de Touba pendant un vendredi pour brûler mes maisons. Il n’y a pas eu de réactions positives. Je ne suis pas convaincu de la tournure des affaires. J’ai préféré me taire et laisser la justice faire son travail.

Vous auriez quitté même Touba...

J’étais obligé de le faire parce que pendant que j’étais en mission parlementaire à Accra, on a voulu tuer ma famille. Il y avait association de malfaiteurs, vols en réunion sur ma famille qui s’est retranchée à Dakar pour sa sécurité.

Je suis à Dakar. Ce n’est pas un retrait volontaire que j’ai engagé, parce que je suis fervent talibé de Serigne Touba. J’ai mis tout ce que j’ai eu comme ressources à Touba. Si j’avais à déclarer ce que j’ai perdu, j’aurais dit un milliard.

J’ai tout investi à Touba. A 21 ans, j’avais déjà un million. Depuis, je n’ai cessé de travailler. Si on a tout brûlé, il est normal que je me retranche à Dakar pour voir ce qu’il faut faire après. Je suis venu pour ma sécurité et celle de ma famille.

Votre retrait du débat politicien n’est-il pas une action contre-nature si l’on sait que vous ne mâchiez pas souvent vos mots pour défendre vos positions ?

Il ne faut pas l’analyser sous cet angle. La vie n’est pas une chose statique. La vie bouge. On ne peut pas avoir un seul comportement. C’est comme en guerre. On attaque, on recule. Quand on attaque et on se rend compte qu’on est en position de faiblesse, on recule.

Mais cela ne veut pas dire qu’on a fui. Je suis toujours engagé aux côtés du président de la République qui m’a demandé de l’accompagner. C’est un frère et un ami. Nous avons un destin commun. Nous avons engagé la bataille du développement du Sénégal.

Nous avons un rôle à jouer à ses côtés. Je ne peux pas laisser la politique. Mais je ne peux pas continuer, à mon âge, de discuter de politiques politiciennes.

Vous avez démissionné de vos responsabilités à l’Apr dans le département de Mbacké. Cela ne vous éloigne-t-il pas des militants ?

Non. La base politique s’est élargie. Il y a des sensibilités et des tendances. Il y a des personnes qui se reconnaissent à l’Apr derrière moi. 75 % des militants de l’Apr du département de Mbacké sont derrière moi. Il y a 25 % qui s’agitent. Je ne pourrais pas continuer à prendre 25 % qui ne me sont pas favorables dans la coordination pour déstabiliser le parti comme ils l’ont fait lors des élections locales. Je ne peux pas tolérer cela.

C’est la raison pour laquelle, j’ai renoncé à la coordination. Je continue à coordonner ceux qui sont avec moi. Ceux-là qui ne se reconnaissent pas derrière moi peuvent créer leur sensibilité et travailler pour l’Apr.

Je ne les contrôle pas. Je ne peux plus continuer à leur donner mes moyens politiques. J’étais devant et au lieu de tirer sur nos adversaires, ils ont tiré sur moi. C’est cela la vérité. Je ne peux pas continuer à travailler dans ce sens.

Malgré votre retrait, on vous a entendu dénoncer l’insécurité à Touba...

Touba est un grand pôle qui est sur- peuplé où nous avons une police et une gendarmerie. Ce dispositif est insuffisant. Chaque jour, il y a des vols. Ce qui est dramatique, ce sont des vols en réunion, des agressions, des vols de véhicules.

Dernièrement, on a volé le véhicule de Serigne Mountakha Bassirou Mbacké. Il y a un manque de sécurité. Il faudrait que le président de la République et le Khalife travaillent ensemble à renforcer ce dispositif sécuritaire pour l’intérêt de la population de Touba.

Etes-vous satisfait de la déclaration de politique générale du Premier ministre ?

Très satisfait. Le Premier ministre est venu nous poser les jalons du développement du Sénégal qui sont définis par le chef de l’Etat et qu’il est en train de mettre en œuvre avec le gouvernement. On ne peut pas citer ce que le président Macky Sall a fait et ce qu’il projette de faire à court moyen et long terme. C’est un engagement devant les Sénégalais. Mon discours, je l’ai axé sur l’agriculture. J’ai relevé cinq points majeurs à travers trois pro- jets et deux programmes qui sont extrêmement importants.

Nous avons les domaines agricoles qui vont générer 500 000 emplois. Quand le président parle d’emplois, certains pensent la Fonction publique. Le président veut mettre sur orbite le secteur privé pourvoyeur d’emplois pour combler le gap que le secteur public ne peut pas absorber.

Pour la politique énergétique, les engagements de l’Etat sont à court terme. Pour l’hydraulique, les infrastructures, l’agriculture, la santé, je peux espérer qu’en 2017 ou 2019, le président Macky Sall aura en face de lui des candidats qui ne pourront pas développer les stratégies pour le démettre de ses fonctions. Nous avons un Premier ministre calme, mais qui maîtrise les dossiers.

L’opposition pense que les objectifs sont irréalisables...

L’opposition est libre de penser ainsi. Dans le domaine de l’agriculture que je connais, il faut mettre les moyens pour atteindre les objectifs. Il faut mettre en place des semences, des intrants de qualité, un matériel agricole adapté, l’aménagement pour le riz. Et l’on pourra atteindre l’autosuffisance alimentaire en 2017.

A un certain moment de l’histoire, les Américains disaient qu’ils vont atteindre la Lune. Les gens pensaient que c’était de l’imagination. Pourtant, ils sont parvenus à le réaliser. Il faut donc avoir des objectifs clairs pour réaliser ce qu’on veut faire. Le président de la République a la volonté ferme de faire de l’agriculture le fer de lance du développement économique du Sénégal.

Il a fait de l’agriculture le socle de son programme pour 2017. Il va mettre les moyens pour atteindre les objectifs qui seront la demande sociale. Les Sénégalais veulent une agriculture productive. Le pays en a les moyens. Il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas accélérer la cadence pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Pensez-vous que l’appareil politique du président peut accompagner les objectifs fixés ?

Le président Sall est un grand rassembleur. Il ne se base pas sur l’Apr pour rester au pouvoir. Il est en train de voir les forces vives démocratiques, responsables pour gouverner avec elles.

L’Apr est un parti très jeune qui n’est pas structurée, mais nous avons à côté d’autres forces qui pensent la même chose que nous. Elles sont prêtes à accompagner le président pour la réussite de son programme. Nous avons des ingénieurs, des techniciens et d’autres citoyens animés par l’objectif de réaliser le Pse.

La porte est-elle ouverte au Pds ?

Bien sûr. Thierno Lô était avec Abdoulaye Wade. Il est venu nous rejoindre. Me Ousmane Sèye était avec Abdoulaye Wade, il est aussi venu nous rejoindre. Je peux citer d’autres personnalités. Abdoulaye Wade avait un programme que les Sénégalais avaient apprécié en son temps.

Il a beaucoup fait mais il reste encore beaucoup à faire. Le problème est que si nous pouvons penser que le président de la République a un programme fabuleux, nous pouvons croire fermement pour qu’il puisse réussir ce programme, il lui faut des hommes et des femmes dynamiques, engagés à ses côtés et qui pensent comme lui, à la transparence, à la bonne gouvernance, à la justice, etc.

La tension avec le Pds ne va -t- elle pas freiner cette ouverture ?

Il n’y pas de tension. Pour qu’il y ait tension, il faut deux forces opposées. Cela n’existe pas. Le Pds et les autres forces de l’opposition ont peut-être le droit de dire ce qu’ils veulent faire : un meeting ou une marche. C’est leur droit. La Constitution leur permet d’avertir, d’informer l’autorité. Mais la responsabilité de l’Etat est de veiller à ce qu’il n’y ait pas de débordements.

Aucun Etat responsable ne saurait accepter des troubles à l’ordre public. Ce n’est pas nouveau. Quand on m’a renvoyé de l’Assemblée nationale, j’ai demandé à deux reprises à marcher, le préfet de Mbacké a refusé prétextant qu’il ne peut pas encadrer ma marche. Mais quand quelqu’un dit avec ou sans autorisation, je vais marcher, l’Etat doit prendre ses responsabilités.

L’Etat doit le convoquer pour qu’il dise s’il veut semer le désordre dans ce pays. C’est cela la vérité. Dans un Etat républicain, personne n’a le droit de dire de gré ou de force, je vais marcher. L’Etat détient des informations qu’ils ne détiennent pas.

Si j’étais à la tête de l’Etat ou du ministère de l’Intérieur, celui qui dit de gré ou de force, je marche et incite à la rébellion, je le convoque à la Division des investigations criminelles ou au commissariat. Ils doivent arrêter de dire qu’ils vont marcher sans autorisation. Ils ont saisi l’autorité et celle- ci avait déjà pris un arrêté pour dire qu’on ne peut autoriser des manifestations publiques à cette période, parce qu’il y aura une cinquantaine de chefs d’Etat.

J’ai entendu quelqu’un dire que ce n’est pas la diplomatie qui nous fait vivre. C’est faux. Nous sommes un pays pauvre qui a besoin de la diplomatie, qui a besoin de l’aide internationale.

Il faut qu’on nous laisse travailler. Les Sénégalais ont élu Macky Sall pour qu’il travaille pour eux. Il est en train d’exécuter son mandat. Pourquoi les laisser avec le président Wade qui a 90 ans et qui a fini ses deux mandats, faire des agitations, parce que son fils a été arrêté ?

Ce n’est pas possible. Si son fils n’est pas coupable, il sera libéré. Il est en toute sécurité. Et je souhaite qu’il puisse en sortir grandi.

Mais on ne peut pas supporter que le désordre soit installé dans ce pays. J’invite le président Wade à venir participer avec nous à la fête. Qu’il soit honoré avec le président Diouf, parce que le Sénégal a joué un rôle important dans la Francophonie qui est en train de faire un travail extrêmement important pour nos pays.

En tant que député de la Cedeao, quelle lecture faites-vous de la crise au Burkina Faso ?

C’est une situation regrettable. A la Cedeao, nous avons toujours dit qu’il faudrait que les Constitutions des Etats soient respectées. Le président Blaise Compaoré avait droit à deux mandats. Il lui restait un an pour terminer son dernier mandat. Il n’a pas voulu accepter. Il a voulu faire un coup de force pour demander une modification de la Constitution, les forces vives du Burkina ont refusé.

J’ai entendu certains dire qu’il y a eu coup d’Etat, tel n’est pas le cas. Il y a eu une vacance du pouvoir. Les militaires sont intervenus pour maintenir l’ordre. Il faut les féliciter parce qu’ils ont accepté de négocier avec le groupe de contact pour une transition. Je souhaite que le président intérimaire et le Premier ministre de la transition ne soient pas candidats.

Toute forme de prise du pouvoir par la force est condamnée par la Cedeao. Je dois féliciter le président de la République qui a été désigné président du groupe de contact et qui est en train d’abattre un travail extraordinaire. Les Burkinabé ont accepté le président Sall comme l’homme de la situation.

Des velléités de modifications constitutionnelles sont notées dans d’autres pays. Que doit faire la Cedeao ?

Les chefs d’Etat ont du pain sur la planche. Lors de la prochaine session du parlement, je vais proposer qu’on débatte de cette question et qu’on puisse proposer des changements pour le respect des Constitutions. Nous n’avons pas de pouvoir de décision, mais nous pouvons nous autosaisir sur certaines questions et faire des propositions à la commission.

MOUSTAPHA CISSE LO, VICE-PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE NATIONALE
Babacar Dione le soleil
b[






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image