leral.net | S'informer en temps réel

Moustapha Niass saisit Macky Sall sur les cas Modou Diagne Fada et Aliou Sow

Modou Diagne Fada va-t-il continuer à diriger le groupe parlementaire des libéraux et démocrates ? La question a tout son sens et mieux encore, va trouver une réponse d’ici peu.


Rédigé par leral.net le Lundi 13 Juin 2016 à 18:13 | | 4 commentaire(s)|

Après son exclusion du Parti démocratique sénégalais (Pds) et la création de son parti, Modou Diagne fada semblait désormais s’asseoir sur un siège éjectable. Car, la logique ne pourrait admettre que l’enfant de Darou Moukhty continue de diriger un groupe parlementaire dont-il n’est plus membre. Mais, le bureau de l’Assemblée nationale semblait perdu face à une telle situation. Pour trouver réponse à cette question, renseigne la Rfm, le président du Parlement, Moustapha Niass, a écrit au chef de l’Etat, Macky Sall, pour qu’il saisisse le Conseil constitutionnel aux fins d’interprétation des dispositions de la constitution et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale portant sur la question. La haute juridiction devra en effet se prononcer sur la légitimité de Modou Diagne Fada à la tête du groupe parlementaire des libéraux et démocrates.

Rappelons-le, cette affaire de légalité a fait couler beaucoup de salive au sein de l’hémicycle, lors du renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale. Une bonne frange du Pds avait déclaré que Modou Diagne Fada n’était plus apte à diriger le groupe parlementaire. Les libéraux avaient choisi à la place Aida Mbodj. Depuis, Modou Diagne Fada n’a pas lâché le poste, avançant comme argument qu’il n’a pas démissionné de son parti. Depuis lors, les choses ont beaucoup évolué. Le Président du Conseil départemental de Kébémer a créé son parti et lors de sa récente sortie, il a dit attendre la décision de sa formation politique par rapport à son avenir politique à la tête du groupe parlementaire des libéraux démocrates, mais celle-ci risque d’être devancée sur cette question par le Conseil constitutionnel.

Les sages ne se limiteront toutefois pas à cette affaire. Ils devront aussi se pencher sur le cas Alioune Sow qui se positionne pour le remplacement de Ousmane Ngom qui a démissionné de son poste de député. Faut-il le rappeler, Aliou Sow a lui aussi quitté le Pds et créé son propre parti. C’est pourquoi d’ailleurs les responsables du Pds soutiennent mordicus qu’ils n’accepteront pas de voir Aliou Sow siéger à l’Assemblée nationale au nom de leur formation politique. Ainsi, les juges du Conseil constitutionnel sont appelés à dire si oui ou non l’ex-ministre des Collectivités locales peut remplacer Me Ousmane Ngom.

BUZZ.SN






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image