leral.net | S'informer en temps réel

Moustapha Niasse: "Senghor fut un maître d'une discrète générosité"

Le président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a salué, lundi à Dakar, la mémoire du premier président sénégalais Léopold Sédar Senghor, ''un maître d'une discrète générosité'', adepte de l'ouverture, de l'échange, du dialogue et du métissage tant biologique qu'intellectuel.


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Novembre 2014 à 18:28 | | 3 commentaire(s)|

Moustapha Niasse: "Senghor fut un maître d'une discrète générosité"
"Jusqu'à sa mort, le 20 décembre 2001 à 16 heures, cet homme resta debout et semant avec hauteur et élégance la graine créatrice des fondamentaux de la culture et du dialogue, facteurs de paix, de concorde et d'entente entre les peuples, les nations et les ères de civilisations", a-t-il déclaré.

M. Niasse, ancien directeur de cabinet de Senghor (1970-1978), a salué la vie et l'œuvre de "l'homme exceptionnel que fut Léopold Sédar Senghor", dans un discours prononcé à l'ouverture d'un colloque international de trois jours sur le thème "Senghor l'universel". Cette rencontre se tenait à l'Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

"Senghor a exprimé le fond de ses options en matière d'échanges de données de base entre les peuples et civilisations comme éléments porteurs d'un dialogue fécond, dans la paix et avec générosité, mais aussi dans les situations de conflit ou de guerre, pour arriver à la civilisation de l'universel, par le biais du métissage biologique et culturel", a soutenu le président de l'Assemblée nationale.

"Je n'ai aucun doute qu'au terme de ce colloque, nous nous serons mutuellement dotés, les uns et les autres, de leviers nouveaux d'analyse des bases d'une inspiration et des composantes de l'œuvre de l’homme Senghor", a ajouté Moustapha Niasse.

Il a salué "le poète, l'écrivain, le philosophe et l'essayiste de talent" que fut Senghor, évoquant "des passerelles de rapprochement entre les formes de combat adoptées par Cheikh Anta Diop et Léopold Sédar Senghor pour la réhabilitation de l'homme noir […] afin de restituer à l'Afrique sa part dans l'histoire de l'humanité".

"Cheikh Anta Diop par l'égyptologie, le retour à l'histoire, la sociologie, la littérature et l'art, l'architecture. Senghor par l'exaltation des valeurs qui fondent l'extrême richesse du concept et de la réalité de la négritude", a dit M. Niasse.

Partant de son expérience dans différents gouvernements sous Léopold Sédar Senghor, M. Niasse a relevé le ''privilège'' et ''l'insigne honneur'' d'avoir connu et travaillé "avec un maître à la générosité discrète".

"Dans son travail quotidien, près de 200 fois, je l'ai accompagné lors de ses voyages à l'étranger, 198 fois exactement, du 4 mars 1970 au 31 décembre 1980", a indiqué M. Niasse, ministre de l'Urbanisme, de l'Habitat et de l'Environnement (mars 1978-septembre 1978), ministre des Affaires étrangères (1978-1984 et 1993-1998).

"Depuis que je l'ai connu, le 5 mai 1957 à Saint-Louis - je me trouvais alors en classe de seconde au lycée Faidherbe – je n'ai plus quitté Senghor. Aujourd'hui encore, je lui reste fidèle par l'amitié, par l'admiration, mais aussi par la lecture et par le souvenir, par la méditation et par la pensée", a relevé le président de l'Assemblée nationale.
APS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image