leral.net | S'informer en temps réel

NDEYE GUEYE DANSEUSE : « Le jour où je me marie, j’abandonne la danse... »



Loin derrière les tumultes et la vague qui avaient failli briser l’élan de sa jeune carrière d’artiste. Trouvée dans sa modeste demeure familiale à Guédiawaye, Ndèye Guèye, plus que jamais déterminée, continue à exercer sa passion. La danse, qu’elle dit n’abandonner qu’une fois plus âgée ou mariée...


Rédigé par leral.net le Lundi 22 Juin 2009 à 04:09 | | 3 commentaire(s)|

NDEYE GUEYE DANSEUSE : « Le jour où je me marie, j’abandonne la danse... »
Comment se porte votre groupe de danse les gazelles ? Ndèye Guèye : « Les gazelles existent toujours. C’est une école et toutes ses pensionnaires sont là et travaillent au quotidien. Chaque fois, nous créons des nouveautés dans nos chorégraphies, et l’été de cette année ne va pas déroger à la règle. Actuellement, le groupe compte même des hommes et nous travaillons sur de nouvelles chorégraphies. Nous répétons tous les jours, du lundi au vendredi, et nous nous reposons les samedi et dimanche. Nous nous produisons le plus souvent dans les concerts, les dîners de gala, les « Tanbër » (séances de sabar), les manifestations populaires..."

Des tournées sont-elles en vue ? Effectivement. Je viens d’une tournée en Suisse. J’avais accompagné un musicien blanc qui devait faire des prestations dans un festival. C’est un certain Scifo. Lui et sa femme gèrent une salle de danse là-bas. Après avoir exécuté mes engagements, j’ai rencontré ma « maman » Fatou Guéwel Diouf, que j’ai accompagnée lors d’une soirée qu’elle animait. D’autres tournées également sont en vue. Quand tout sera finalisé, vous serez au courant. Car comme dit un adage de chez nous, si les gens savent où vous allez, vous n’allez jamais arriver à destination (sourire-ndlr).

On voit que vous êtes très sollicitée pour des prestations... C’est le fait du Tout-puissant. Dieu a fait que les gens aiment ce que je fais.

Est-ce peut-être que vous êtes actuellement la meilleure danseuse du moment... Non (énergiquement-ndlr). Je trouve que les autres danseuses sont meilleures que moi (elle sourit encore à volonté-ndlr). Je ne fais qu’apprendre. Seulement, s’il y a un plus, c’est peut-être l’amour que les gens me portent par la grâce de Dieu. A ce propos, je dois préciser qu’il y a peut-être des gens qui considèrent que ce que je fais est nul. Je trouve leur opinion normale, parce qu’ainsi va la vie. Ce sont ceux-là mêmes qui nous donnent des raisons de persévérer. De plus, si je faisais l’unanimité, je devrais me poser des questions, puisque c’est impossible. L’essentiel est que la majorité des gens apprécient positivement ce que je fais.

Et est-il arrivé que des gens vous disent « ce que vous faites est nul » ? Pas encore, mais je suppose que cela ne doit pas manquer. Parce que même le prophète (Psl) avait des ennemis.

Quelles sont les modalités de vos engagements lors de vos tournées à l’étranger ? Je vous dis une chose. Avant de bouger, on négocie le montant de mes prestations sur lequel on verse un acompte. Après la prestation, je récupère le reliquat.

Quel est le montant de vos prestations au Sénégal et à l’étranger ?
C’est un secret. Est-ce que je peux savoir le montant de votre salaire ?

Mais quand même, vous vivez bien de votre art... Je n’ai rien, mais je rends grâce à Dieu. Si vous posez la question de savoir maintenant si j’ai de l’argent, je répondrai que je n’en ai pas, parce que dans ma compréhension d’un riche, c’est celui qui a des véhicules 4X4, des immeubles, des sociétés.

Quel est le musicien avec lequel vous vous épanouissez artistiquement ? Je sens la musique de tous les chanteurs du Sénégal.

Même les chanteurs de Salsa, de reggae ! Bien sûr. On est là pour travailler. Donc on doit pouvoir évoluer avec tout le monde.

Vous disiez innover en danse, quelles sont vos sources d’inspirations ? La plupart du temps, quand je suis seule, je regarde des clips réalisés ailleurs en étudiant la chorégraphie que j’essaie toujours d’adapter à notre contexte, à la culture sénégalaise. Dès fois, il m’arrive d’imaginer une chorégraphie dans ma tête. Aussitôt, je me mets à l’exercice jusqu’à ce qu’elle prenne forme. Quel regard portez-vous sur la multiplication des groupes de danse ? Ces gens veulent travailler et aider leurs parents. C’est peut-être ce qui explique la multiplication des groupes de danse. Et, aujourd’hui, tous les jeunes et enfants savent bien danser.

Est-ce que tous les groupes s’en sortent ? Dieu est miséricorde et il aide celui qui s’active et y croit.

On peut danser jusqu’à quel âge ? Tout dépend. Nous ne sommes pas si âgés que le pourrait laisser penser notre physique. Mais à un certain âge, nous ne pensons plus danser.

Quel est cet âge, 40, 50 ans... Non. Pas à cet âge. Si mon vœu est exaucé, à l’âge de trente ans, je dois pouvoir arrêter la danse.

Quel est votre âge ? Je ne vous le dirai pas. (Elle sourit)

Après la danse, que comptez-vous faire ? Je ferai du commerce. C’est la profession que ma mère exerce actuellement depuis des années. Donc, j’ouvrirai un magasin pour faire de l’import-export.

Si vous rencontrez un homme qui veut vous marier à la condition que vous arrêtiez la danse, est-ce que vous prête à faire ce sacrifice ? Si je l’aime, je dois pouvoir le rejoindre sur ses désirs. Le jour où je vais me marier, j’abandonnerai la danse sans attendre même que mon mari en fasse la demande.

Justement le mariage, est-ce un projet pour Ndèye Guèye ? J’y pense. Et le jour que je vais me marier, je me préparerai en conséquence. Et j’aurai exclusivement comme ambition de me consacrer à mon foyer, à mon mari jusqu’à la fin...

Vous n’avez pas encore rencontré l’âme sœur ou est-ce votre succès qui vous bloque ? Ce n’est pas cela. Je prends mon temps. J’étais mariée une première fois. Avant d’entrer à nouveau dans les liens du mariage, je vais mûrement y réfléchir.

A cause de l’échec de votre premier mariage ? Non. J’inscris mon divorce dans le registre de la volonté divine.

Des fans trouvent Ndèye Guèye souvent superficielle dans sa manière de s’habiller, de paraître ? On ne comprendra jamais les Sénégalais. Si je suis invitée à un plateau de télévision et que je m’habille simplement, il y a des gens qui diront toujours, elle pouvait mieux s’habiller ; alors que d’autres apprécieront positivement. Je me considère comme une référence. Donc, j’essaie toujours de soigner mon image. Il m’arrive, quand je sors à la télévision, que des filles et des femmes m’appellent pour apprécier mon habillement. Parfois même, parmi la gent féminine, il y en a celles qui se font coudre des modèles de nos habits. Je suis naturelle. Je ne porte pas de bagues, de bijoux, de chaînes, je ne me dépigmente pas.

Pourtant, vous portez des lentilles ? Vous m’avez vu porter des lentilles ? J’ai une fois porté des lentilles, c’était lors d’une émission de télévision. Mes yeux sont comme cela (rires). Mais si les fans trouvent que nous en faisons trop, qu’ils nous excusent et, la prochaine fois, nous essayerons de faire en sorte de mieux les plaire.

Parmi vos fans, il ne doit pas manquer de courtisans ? Ce sont tous mes amis. Je fais de mon mieux pour entretenir avec eux les meilleures relations possibles. C’est ce qui nous donne toujours le courage de persévérer. Cependant, j’ai un caractère qui me permet, à chaque fois qu’un de mes fans veut dépasser ce cadre, de l’arrêter aussitôt.

Est-ce que des hommes riches vous font la cour ? Je ne crois pas à ces choses. Si c’était seulement la fortune ou la notoriété, je serais déjà dans les liens du mariage. Il se trouve que j’ai une conviction forte, je me dis toujours que je dois faire les choses avec conviction. C’est essentiel dans la vie.

On a vu que certains artistes, dès qu’il commence à avoir une certaine notoriété, quittent le domicile familial. Ce qui n’est pas votre cas... Je ne connais que ma famille. Je pouvais actuellement louer un appartement dans des zones réputées plus chics et non rester dans une petite chambre comme la mienne. Mais je me sens bien là où je suis. Je ne connais que cette ambiance faite de bruit, de cris par-ci et par-là. Je vivrai avec ma famille quelle que soit ma réussite. Je ne la quitterai qu’en cas de mariage. Déjà, les gens disent que j’ai des appartements, alors qu’il n’en est rien. Quand j’ai une prestation dans les régions, même s’il fait tard, je rentre passer la nuit dans notre maison. Il n’y a que les voyages à l’étranger qui m’obligent à passer la nuit hors de notre domicile. De plus, je suis une banlieusarde et je suis fière de l’être.

Et vous arrive-t-il de cuisiner à la maison ? Non, mais ce n’est pas parce que je ne sais pas cuisiner. Au contraire, je le fais très bien. Seulement, ce sont mes sœurs qui m’empêchent, je dirai à la limite qu’elles m’interdisent d’enter dans la cuisine.

Vous arrive-t-il d’aller dans les boites de nuit en dehors de vos prestations ? Avant oui. Il m’arrivait d’avoir envie d’aller danser, mais plus maintenant. Depuis six à sept mois, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui m’empêche de sortir (sourire). Il arrive même que mes amies soient très remontées contre moi, surtout lorsqu’elles me proposent d’aller en boite, alors que je décline leur offre. Actuellement, à minuit, je commence à somnoler et j’essaie d’habituer mon corps à cela...

Dans votre jeune parcours de danseuse, quels ont été les meilleurs moments, mais aussi les pires... C’est vrai que dans une carrière, il y a des moments réjouissants, d’autres moins. Comme je le dis souvent, du moment que j’ai la bonne santé et que je fais plaisir aux fans, je ne peux que louer le bon Dieu. Concernant l’autre aspect, chaque jour j’entends des choses malveillantes. On vous accuse de tous les péchés ou on vous attribue des propos malveillants, a alors que vous n’êtes même pas au courant. C’est un proche qui vous appelle toujours pour vous demander si ce qui se dit est vrai ou faux. Il n’est pas gai d’entendre ces choses... »

Réalisé par Mamadou GUEYE et Omar DIOUF le soleil



1.Posté par pape diouf le 22/06/2009 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien a toi
n'deye, je crois que c'est le bon dieu qui veut te secourir moi je t'aime bien mais je ne te considere comme un talibe de serigne touba car ce que tu fais ne rime pas avec kou tedki



2.Posté par yande sene le 18/02/2010 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

slt a tous les fans de ndeye gueye et les autres peuvent dire ce qu'ils veulent ca ne nous regarde pas parce que dans tous les cas nous on aime ndeye gueye elle est dans notre coeur

3.Posté par loulou le 15/08/2014 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ndeye c loulou des usa

https://scontent-b-atl.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/t1.0-9/s110x80/1610784_1446175558996249_3738440477664369145_n.jpg

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image