leral.net | S'informer en temps réel

Nafi Ngom Keita aux policiers de l’aéroport de Dakar : « Vous allez voir. Sous peu, le pays va changer ! »


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Octobre 2016 à 08:39 | | 52 commentaire(s)|

L’ancienne patronne de l’OFNAC a été interdite d’embarquer dans un vol Emirates il y’a de cela quelques jours. Pour la bonne et simple raison qu’elle n’avait pas un ordre de mission signé par le vérificateur général, François Collin. Nafi Ngom Keita a pu néanmoins voyager quatre à cinq jours plus tard, après s’être présentée avec le document réclamé par les policiers.
 
« Vous allez voir. Sous peu, le pays va changer ! » C’est la phrase lancée par Nafi Ngom Keita aux policiers en service à l’aéroport Léopold Sédar Senghor il y’a de cela quelques jours. Qu’est-ce qui a courroucé l’ancienne patronne de l’Office national de la lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) dont le limogeage brutal a été fortement commenté ?
Selon un témoin des faits, cette dernière s’était présentée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor afin de prendre un vol Emirates. Une fois sur place, elle a sorti son passeport diplomatique, mais les policiers lui ont expliqué qu’elle était fonctionnaire et, donc, elle devrait disposer d’un ordre de mission. Malgré ses explications, Nafi Ngom Keita sera bloquée puisque les policiers exigeaient le document.
 
Elle présentera plus tard un ordre de mission signé de sa propre main mais les agents du commissariat spécial de l’aéroport n’ont voulu rien entendre. Interdite de voyage, en l’absence dudit ordre de mission, l’ancienne patronne de l’OFNAC s’est mise dans tous ses états.
 
Le même témoin raconte qu’elle a lancé aux policiers qui se sont néanmoins gardés de lui répondre : «Vous allez voir, sous peu le pays va changer», avant de rebrousser chemin. Selon nos informations, Nafi Ngom Keita estrevenue à l’aéroport quatre à cinq jours après l’incident avec un ordre de mission signé par le vérificateur général François Collin. Elle a pu embarquer dans un vol sans le moindre problème. 

Source Libération






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image