leral.net | S'informer en temps réel

Nébuleuse autour du pôle urbain de Diamniadio : La municipalité se lave à grande eau


Rédigé par leral.net le Samedi 13 Juin 2015 à 07:05 | | 53 commentaire(s)|

Nébuleuse autour du pôle urbain de Diamniadio : La municipalité se lave à grande eau
Les autorités municipales de Diamniadio ont apporté un éclairage relatif à la désaffectation de 1644 hectares sis à Khoumbé. En conférence de presse hier, le premier adjoint au maire a soutenu que «cette superficie a été désaffectée par l’Etat du Sénégal dans un souci de décongestionner Dakar et de réaliser de façon coordonnée des programmes importants de construction de logements et d’équipements. Le président de la République avait par décret n°2013-1043 du 25 Juillet 2013, déclaré d’utilité publique, le nouveau pôle de développement urbain de Diamniadio». «Et dans le souci de rationaliser la gestion du pôle urbain, l’Etat a par décret n° 2014-968 du 19 août 2014, procédé à l’immatriculation en son nom de l’ensemble des terres comprises dans ce site qui s’étend sur une superficie de 1644 hectares dont les lotissements de Khoumbé et Khoumbé Extension de la commune de Diamniadio», poursuit Alioune Sané selon qui les promoteurs, frustrés ont réclamé leurs 46 hectares.

A en croire le premier adjoint au maire, la désaffectation de ces lotissements avait été prononcée par l’article 2 du décret n° 2014-968 et cela en application des dispositions des articles 36 et suivants du décret n° 64-574 du 30 juillet 64 portant application de la loi sur le domaine nationale. Pour le secrétaire municipal Abdou Ndiaye, la mairie de Diamniadio n’est pas l’auteur de cette désaffectation. Et d’argumenter : «Tout le monde peut constater l’effectivité de la désaffectation par l’Etat de la totalité des parcelles comprises dans ces deux lotissements et leur réaffectation par la Délégation générale au pôle urbain de Diamniadio, à l’entreprise Keyrode».

Selon lui, «contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, il faut savoir que dans cette affaire, la commune n’a même pas été informée ni son avis sollicité. Et c’était pareil à Dougar avec la Sn Hlm et à la Cité des fonctionnaires où les ouvriers travaillent sous escorte de la gendarmerie». Par ailleurs M Ndiaye révèle : « La mairie n’a pas compétence à désaffecter une zone immatriculée par l’Etat et que le maire n’a pas signé de convention avec le pôle urbain. Les lotissements de Khoumbé et Khoumbé Extension ont été effectués dans la légalité avec un procès-verbal d’attribution. Le maire s’est toujours battu pour que le site soit laissé aux ayants droit, en vain». Des propos rapportés par Le Populaire.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image