leral.net | S'informer en temps réel

Nombre de migrants sénégalais décédés dans les eaux méditerranéennes : Le gouvernement donne sa langue au chat

Les autorités étatiques n’ont pas le nombre exact des migrants sénégalais décédés dans les eaux méditerranéennes en tentant d’atteindre les côtes européennes. De l’avis du ministre des Forces armées, Augustin Tine, qui assurait l’intérim de son homologue des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur hier, jeudi 23 avril, lors de la rencontre du gouvernement avec les parlementaires, aucun bilan officiel n’est disponible pour le moment. Les raisons sont dues, selon Augustin Tine, au fait que l’identification des victimes se fait difficilement car les migrants décédés en haute mer restent souvent coincés dans les débris de leurs embarcations. Pis, au moment d’aller en haute mer, a renchéri Augustin Tine, les migrants se débarrassent de toutes pièces administratives pouvant faciliter leurs identifications.


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Avril 2015 à 11:52 | | 3 commentaire(s)|

Nombre de migrants sénégalais décédés dans les eaux méditerranéennes : Le gouvernement donne sa langue au chat
« Avoir le nombre exact de Sénégalais ayant péri en mer n’est pas chose aisée », a dit le ministre des Forces armées dans les colonnes de Sud Quotidien. D'après lui, « les seules informations disponibles sont acquises par l’entremise de témoignages de rescapés ou de personnes ayant assisté au départ des migrants ».

Revenant sur les solutions à apporter au phénomène des drames migratoires, Mahammed Boun Abdallah Dionne a fait remarquer, pour sa part, que le gouvernement mise sur une solution à long terme tout en agissant dès maintenant. Lutter contre l’immigration clandestine revient ainsi, selon le Premier ministre, à promouvoir l’emploi. Il informe que le gouvernement compte lancer, dans les prochains jours, un domaine agricole de 1450 emplois à Kédougou. Le Président Macky Sall et son équipe comptent également, selon le journal, sur la relance des industries en difficulté pour stopper le départ des jeunes sénégalais. Il faut aussi, a indiqué le PM, un partenariat entre les pays développés et les Etats africains pour faciliter la migration.

Pour rappel, l’immigration clandestine a repris de plus belle occasionnant la mort de centaines de jeunes africains, dans les eaux méditerranéennes, qui tentaient de rejoindre les côtes européennes.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image