leral.net | S'informer en temps réel

Nommé ministre des Affaires étrangères : ABC est-il bien à sa place ?

Me Alioune Badara Cissé, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a privé son parti d’une voix éclairée pour porter la contradiction à l’opposition. Question : ABC est-il à la position politique idéale ? Apparemment non !


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Août 2012 à 15:02 | | 9 commentaire(s)|

Nommé ministre des Affaires étrangères :  ABC est-il bien à sa place ?
La voix de stentor de Me Alioune Badara Cissé ne résonne quasiment plus dans les chaumières. ABC, coordonnateur national, numéro 2 de l’Alliance pour la République (Apr) est aphone depuis quelque temps. Et ses responsabilités de ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur n’y sont pas étrangères. Loin s’en faut ! La position de patron de la chancellerie qu’il occupe est certes prestigieuse. Mais, l’idée qu’il se soit « trompé » de station fait son chemin. Le bâtiment blanc aux parements ocre de la chancellerie où il se trouve commence à l’éloigner de la politique au quotidien. Les débats, les répliques à chaud, les interviews dans la presse, les plateaux sont autant d’instance où ABC brille par son absence. Avocat, ABC est un tribun talentueux comme on en a toujours besoin dans l’espace politique. D’ailleurs combien sont-ils au Sénégal à se voir tailler dans l’opinion les habits de grand monsieur rien que pour leur habileté à manier la langue de Molière. L’expert, c’est celui qui a la rhétorique dans le sang, le bon fabricant de concept.

ABC en est-il conscient ? Sans aucun doute. Pourtant, depuis quasiment qu’il est nommé aux Affaires étrangères, il n’est pas allé sur un plateau de la bande FM ou de la télévision. La seule fois qu’il a rompu le silence et s’est attiré les médias c’est lui-même qui en a pris l’initiative. Me Cissé faisait le bilan de ses 100 jours à la tête de la diplomatie sénégalaise. Un prétexte qui lui a permis de se faire l’écho d’une promesse de campagne de Macky Sall : rationnaliser la carte diplomatique du pays. Il s’est également permis une incursion dans la crise casamançaise. « (…) Si nous devions rendre le tablier demain sans régler ce conflit de la Casamance, je peux vous assurer que nous aurions échoué », a-t-il lancé. Auparavant, Me Cissé a tenté de plonger dans le bref débat agité par quelques apéristes au sujet de la volonté de Macky Sall de ramener son mandat de 7 ans à 5 ans. On ne sait d’où est parti le ballon de sonde, mais Moustapha Cissé Lô a essayé de tordre la main à Macky Sall. L’argument : le Président est élu pour 7 ans et non 5 ans. Pour autant, Me Cissé s’est vite ravisé, conscient, sûrement, du désastre moral d’un éventuel revirement. Depuis lors plus rien du côté de l’ex-adjoint au maire de Saint-Louis. Ah si ! Plongé dans un monde où le raffinement langagier, la retenue, la réserve, l’équilibre, etc., sont portés au rang de religion, ABC sait que son paradigme -comme disent les linguistes- n’est plus le même. Il manipule des questions qui débordent du cadre national. La Mauritanie avec la sempiternelle épreuve des pêcheurs Guet-Ndariens (Saint-Louis), la Gambie et la Guinée Bissau où des éléments du Mfdc battant retraite après des forfaits, le Mali et son nord explosif, la Guinée qui nous a pris il y a quelques semaines deux douaniers, sont à nos portes et surveillent le profil politique du chef de file de la diplomatie sénégalaise. Va-t-en guerre, pondéré, sincère, fin négociateur, adepte du bon voisinage, sont autant de qualités guettées par l’entourage immédiat. Et le corps diplomatique présent accrédité au Sénégal. En quoi la voix métallique qui frémissait dans les studios, portait la contradiction aux libéraux alors aux affaires s’est ramollie, voire tue. Désormais, c’est un homme politique façonné aux valeurs d’habileté, de délicatesse et de sagesse qui commence à prendre forme en lui. A l’image de son prédécesseur, Me Madické Niang, dernier ministre des Affaires étrangères de Wade. Courtois et raffiné, Me Niang a dû voir ces qualités acérées lors de son passage à ce ministère.

En dépit de la mauvaise qualité des rapports entre Wade et son opposition, l’ex-patron de la diplomatie sénégalaise est resté élégant vis-à-vis de la classe politique. Ce jeu d’équilibre a fini par lui attirer la confiance de Wade qui aurait dit au khalife général des mourides, à l’entre-deux-tours de la dernière Présidentielle, sa volonté de céder le pouvoir à Me Niang, trois ans après son élection. Avant Madické, Cheikh Tidiane Gadio passe pour un exemple intéressant. Ministre des Affaires étrangères pendant 9 ans, Gadio, alors porté vers les idées de gauche dont il ne se privait pas de partager dans la presse, a complètement modifié son « logiciel » sous Wade. Discrétion, efficacité, entregent, étaient sur son tableau de bord. Communicant de talent, il s’est gardé de dire son mot dans les grands débats « pourris » de l’époque. La dévolution monarchique, l’affaire Segura, la recevabilité de la candidature de Wade, rien « n’intéressait » Gadio.

Et ses succès étaient là : le premier cessez-le-feu en Côte d’Ivoire, la paix en Casamance, le dénouement de la crise en Mauritanie. Cette dernière affaire semble lui valoir son amitié avec l’actuel chef de l’Etat mauritanien. La chronique va jusqu’à lui prêter un rôle décisif dans le rapprochement entre Dakar et Nouakchott dont le ciel était embruni par cette affaire de « terroristes » arrêtés à Dagana. C’est dire que n’eût été son divorce brutal avec Wade, le candidat de Mpcl/Luy jot jotna aurait sûrement réorienté sa carrière dans la diplomatie. Et hérité d’une position prestigieuse dans les institutions internationales. Comme l’a si brillamment réussi le Pr Ibrahima Fall, candidat à la dernière Présidentielle. En fait, nombre d’anciens ministres des Affaires étrangères restés dans le champ politique ont eu du mal à y combler leur ambition. C’est le cas de Moustapha Niasse, secrétaire général de l’Afp, pour la première fois ministre des Affaires étrangères de 1979 à 1983, puis de 1993 à 1998. En juillet 1998, il est nommé représentant du Secrétaire général de l’Onu. En 2002, il devient l’envoyé spécial de l’Onu pour aider à la paix en République démocratique du Congo. Une carrière qui l’a souvent éloigné du champ politique national et « civilisé » son opposition à Wade. Très peu de marches, pas de bagarres sur le terrain, en somme pas de politique spectacle, un genre dans lequel excellait Wade face à Diouf. ABC est quasiment sur cette voie. Une voie où l’idée de faire carrière dans la diplomatie prend toujours le dessus. N’est-ce pas réduire la présence politique de l’Apr si elle devait se contenter de voir son numéro 2 prendre goût à la chancellerie ? D’autant d’ailleurs que son camarade, Mbaye Ndiaye, ministre de l’Intérieur, directeur des structures de l’Apr est tenu à l’équidistance. Sitôt porté à la place Washington, Ndiaye a été contesté en raison surtout de son engagement partisan jamais pris à défaut. La seule façon de mériter sa position de ministre de l’Intérieur est de se démarquer du discours partisan. Seydou Guèye, devenu secrétaire général du gouvernement est parti pour perdre le fil de la bagarre sur les plateaux de la bande Fm ou des télévisions. Que reste-t-il à l’Apr pour porter la contradiction à l’opposition ? Question à mille balles adressée à Me Alioune Badara Cissé.

Hamidou SAGNA



1.Posté par le citoyen le 21/08/2012 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voila ce qu'on appelle de la manipulation et l'on voit tout de suite venir gadio et ses gros sabots.ABC est bien à sa place et il la remplit bien mieux que gadio sans avoir cependant les memes grandes compétences qui entouraient ce hableur et que ses pairs afriacins de l'union africaine avaient baptisé G3 c'est à dire gadio la grande gueule.Il vait comme secrétaire générale claude absa diallo une grande dame de la vieille école diplomatique de l'époque senghorienne et comme dirceteur de cabinet mankeur ndiaye un surdoué que le pt mac ky sall a bien fait de nommer comme ambassadeur à Paris.
On a bien vu gadio à addis abeba jouant des coudes pour se faire voir et accréditer la thèse de celui qui a rapproché la mauritanie et le sénégal.
pour ceux qui savent il n ya pas plus léger que ce gadio qui du temps de sa spendleur aux affaires étrangères avait mis ses copains et coquins dans les postes les plus juteux dont l'inde,l'afrique du sud,washington etc,sans compter ses nombreuses maitresses qu'il avait dans les chancelleries.Gadio est un vrai nakhatékate.Il sait tromper son monde.

2.Posté par big le 21/08/2012 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c pas l'homme qu'il faut à la place qu'il faut il ne m'inspire pas confiance et ce depuis qu'il a fait une fausse déclaration sur le coût de l'avion présidentiel à l'époque aussitôt j'ai dit à un ami qu'il risque d’être débarqué et ce fut le cas.

3.Posté par Cato le 21/08/2012 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Citoyen connait bien Gadio, le raspoutine senegalais, manipulateur hors-pair pr ses interets.
Pour rappel, Gadio a eu moins de 10 votes aux USA ou il a vecu et a parachuter son copain Lamine Ba comme ambassadeur. Cela en dit long sur le gars.

4.Posté par schwarzeraal le 21/08/2012 21:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo abc de mon coté j´ai senti que vous faites du bon travail.

5.Posté par laawol le 21/08/2012 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis content de ABC il est humble bien et sympas
un homme modeste qui parle couramment anglais , français,allemand et portugais
Abc va amener loin la diplomatie senegalaise

6.Posté par Mbagnick le 22/08/2012 01:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Monsieur Sagna
A votre interrogation « ABC est il à la position politique idéale ? », vous avez répondu : « Apparemment non ».
Après vous avoir remercié d’ouvrir un tel débat, permettez-moi de finir votre réponse car vous l’avez bien commencé. En effet il ne serait pas incongru de répliquer : « Apparemment non, mais réellement oui. » Il est vrai que ABC reste l’un des hommes qui incarne aujourd’hui, aux côtés du Président Macky Sall, l’Etat et la République et de la manière la plus brillante. Sa nomination à la tête du ministère des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur apparait effectivement pour certains comme une mission l’éloignant de la politique au quotidien. Sa présence dans les débats pendant la dernière campagne présidentielle au nom de l’APR et des coalitions Macky 2012 puis BBY, ses différentes interventions et répliques ont été, il est vrai, d’une participation très importante dans la conquête des suffrages des sénégalais au profit du candidat Macky Sall. Sa prestance et son verbe ont eu raison de tous ces avocats du diable qui voulaient démontrer que Wade restait l’unique voie du salut pour ce beau Peuple. Il les a tous démonté sans effort apportant ainsi au Président Macky Sall et à BBY le coup de main qu’il fallait.
Cependant, il faut savoir que la politique, selon les périodes, revêt des couleurs différentes. Les échéances électorales ne sont pas les seuls forts moments pour un homme d’Etat de la trempe de Maître ABC. Le Sénégal avait soif de retrouver ses dignes enfants pour le porter haut à travers le pays et au-delà, hors de nos frontières. Même si ABC brille par son absence sur les plateaux de télévision ou les ondes depuis la formation du nouveau gouvernement, il ne l’est pas pour autant dans l’espace politique. La gestion de la cité n’est elle pas le véritable objectif d’un homme d’Etat ? C’est pour dire que ABC, par sa présente mission, est entrain de nous gérer nos affaires étrangères et de nous veiller sur la vie de nos compatriotes à l’étranger. Il met en ce moment sa prestance et son verbe au profit de l’Etat pour aider le Président Macky Sall à bâtir le véritable développement. Il s’est donné la mission de l’accompagner sur ce chemin plébiscité par les sénégalais le 25 mars dernier. En plus du français, ABC manie à la perfection l’anglais et l’espagnol, deux langues indispensables pour percer les frontières et nouer les relations.
Le bilan de ses cent jours à la tête de la diplomatie sénégalaise est édifiant de l’efficacité de sa démarche pour redessiner la carte diplomatique du Sénégal. Cette conférence de presse faite dans une totale rupture présage de lendemains meilleurs pour notre pays. En outre, ses talents insoupçonnés de négociateur font de ABC le ministre des affaires étrangères qu’il faut à un grand pays.
Enfin, les sénégalais attendent beaucoup du Président Macky Sall et de son gouvernement. Le temps des débats et des agoras est derrière nous. Nos hommes politiques sont aujourd’hui, au-delà de la rhétorique, des victoires ou des échecs électoraux, appelés au travail quotidien. Même si une communication maîtrisée participe d’une bonne gouvernance, il faut se résoudre au TRAVAIL jusqu’à l’approche des prochaines joutes car la campagne électorale permanente est abolie. Le moment venu ; ce sénégalais de type nouveau saura faire la part entre ceux qui bavardent et ceux qui travaillent.
Merci quand même Monsieur SAGNA pour la question qui permet à tous de réfléchir sur la POLITIQUE.

7.Posté par Pape le 22/08/2012 03:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Surpris de voir certains commentaires sur gadio qui n a ren a voir avec cet article savamment commandite par les tendances de votre propre parti! ABC n a qu a faire ses preuves, au lieu de nous pomper de l air. La diplomatiie ne se resume pas aux langues! Les chantiers sont nombreux en ce moment, le cas du Mali en atteste, que fait notre diplomatiie fort silencieuse! L heure est au travail! au lieu de deverser votre bile sur gadio qui par ailleurs a déjà fait ses preuves, get busy!

8.Posté par gadioiste le 22/08/2012 08:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gadio est le meilleur MAE dans l'histoire du Senegal et un des meilleur dans l'histoire d'Afrique, qui dira le contraire est simplement mechant et jaloux. Vous senegalaise sont des jaloux perminent et prefere des mediocres comme ABC et Madicke.. c'est gravement triste.. pauvez Senegal....

9.Posté par Meissa Teinde Dior le 22/08/2012 08:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article nul !!!
Laisser Mr Cissé faire son travail. Un peu de déontologie bon sang !!!!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image