leral.net | S'informer en temps réel

Non-candidature du Pds à la Présidentielle de 2017, non-lieu total de Karim Wade : les deux ralentisseurs des pourparlers Wade-Macky

Depuis quelque temps, on épilogue sur les pourparlers entre le Pouvoir et le Parti démocratique sénégalais. Précisément entre Macky Sall et son prédécesseur Abdoulaye Wade, qui discutent par l’entremise d’émissaires.


Rédigé par leral.net le Mercredi 8 Octobre 2014 à 23:59 | | 21 commentaire(s)|

Non-candidature du Pds à la Présidentielle de 2017, non-lieu total de Karim Wade : les deux ralentisseurs des pourparlers Wade-Macky
A cet effet, la presse s’est beaucoup épanchée sur ces discussions entre les deux camps, qui pourraient déboucher sur des retrouvailles.

Eh bien, Actusen.com est en mesure de vous dire ce que beaucoup ne savent toujours pas, jusqu’ici, au sujet des pourparlers entre le Palais de la République et la Résidence qui abrite l’ancien homme fort du défunt régime libéral.

Selon des sources concordantes et recoupées à plusieurs niveaux (l’Alliance pour la République et le Parti démocratique sénégalais), même si les deux parties ont trouvé plusieurs accords, il n’en demeure pas moins que les négociations connaissent, pour le moment, deux pommes de discorde.

La première, selon toujours les sources de Actusen.com, est liée au cas Karim Wade. L’ancien Président de la République, Abdoulaye Wade, et son successeur Macky Sall ne parlent pas, pour l’instant, le même langage.

Car le secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais exige un non-lieu total de son fils et ancien puissant ministre d’Etat sous son défunt régime, en lieu et place d’une quelconque condamnation suivie d’une grâce.

Macky pour une grâce en faveur de Karim, en cas de condamnation ; jamais, lui rétorque Wade plutôt favorable à un non-lieu total

Me Wade estimant qu’en cas de condamnation, Karim Wade pourrait être privé de ses droits civiques et ne pas plus être présidentiable , il reste que l’actuel locataire du Palais souhaite laisser la Cour de répression de l’enrichissement illicite finir son travail.

Même si, d’après des sources concordantes, Macky Sall ne s’opposerait pas, fondamentalement, à une grâce présidentielle en faveur de Karim Wade, si celui-ci était reconnu coupable des faits pour lesquels il croupit en prison, depuis bientôt deux ans, dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis.

S’y ajoute le fait que Macky Sall refuse un retour de flammes, en se mettant à dos une bonne partie du peuple sénégalais, s’il prenait le risque de négocier la faire libérer le fils de son prédécesseur.

D’autant que le Pds, dans son ensemble, a toujours crié sur tous les toits que l’arrestation de l’ancien puissant ministre d’Etat n’est ni plus ni moins qu’un règlement de comptes politique.

Outre l’épineuse équation Karim Wade, Macky Sall et Abdoulaye Wade mènent un autre dialogue de sourds. Il s’agit de la volonté exprimée par l’actuel Chef de l’Etat et qui consiste à ce que le Parti démocratique sénégalais ne présente aucune candidature à la Présidentielle de 2017.

Macky Sall révèle à Me Wade l’identité des responsables libéraux qu’il veut dans son Gouvernement, en cas de cessez-le-feu

En d’autres termes, les libéraux renonceront au soleil électoral de 2017 et soutiendront sa candidature. Mais auparavant, le Pds va participer à la conduite des affaires du pays. Avec à la clé, l’entrée d’au moins cinq responsables libéraux et non des moindres dans son Gouvernement.

Et Macky Sall ne s’est pas arrêté là. Au motif que, selon toujours les sources de Actusen.com, il a indiqué à son prédécesseur Me Wade les noms des ténors du Pds qu’il veut dans son Gouvernement.

Parmi eux, figurent le Président du Groupe parlementaire des “Démocrates et Libéraux”, Modou Diagne Fada, du coordonnateur national du Parti démocratique sénégalais, Omar Sarr, de la Présidente de la Commission “Communication et Culture” de l’Assemblée nationale, Aïda Mbodj, entre autres.

Le profil double des responsables libéraux dont Macky Sall rêve dans son Gouvernement

Mais le moins que l’on puisse dire est que Macky Sall ne s’est pas trompé, alors pas du tout sur le profil de “ses” libéraux. Car il n’a pas porté son choix sur des manchots politiques. Omar Sarr contrôle Dagana ; Modou Diagne Fada règne au Conseil départemental de Kébémer ; Aïda Mbodj règne sans partage dans le département de Bambey.

A cela s’ajoute le fait que Macky Sall entretient de bonnes relations avec tout ce beau monde et ce, quelle que soit la tempête du moment. Fada, Aïda Mbodj et Oumar Sarr, pour ne citer que ceux-là gardent des relations privilégiées avec le Président Sall, confie un proche de ce dernier.

Sans compter le savoir-faire avéré, dans la conduite des affaires de la Cité, quand ce beau monde était dans les Gouvernements respectifs du défunt régime libéral.

Là aussi, certes Abdoulaye Wade n’a pas encore livré une réponse ferme, nette et tranchante, mais il se donne les moyens de garder intactes les chances d’un accord, face à cette requête de Macky Sall.

Pour une entrée du Pds dans le Gouvernement, Wade, pas du tout foncièrement opposé au croquis de Macky Sall

Commentaire d’un membre influent de l’Alliance pour la République (Apr) et proche parmi les proches de Macky Sall : le Président de la République n’a pas eu de contentieux personnel avec Karim Wade. Au contraire, ce sont les gens qui cherchent à les opposer”, dit-il.

Poursuivant, l’interlocuteur de Actusen.com renchérit : “si Karim Wade était blanchi par la Cour de répression de l’enrichissement illicite, rien ne devrait s’opposer à ce qu’il puisse rejoindre son frère Macky Sall et travailler à ses côtés pour l’intérêt supérieur du Sénégal”.

Wade aux siens : “ne vous en prenez plus à Macky Sall, c’est un membre de la famille libérale”

C’est d’ailleurs tout le sens qu’il faut donner au fait que le “Pape” du “Sopi” a instruit ses poulains “de ne plus s’en prendre à Macky Sall, surtout dans la presse ; c’est un membre de la famille libérale”.

Mieux, si son Gouvernement réalise de bonnes choses, qu’aucun responsable libéral ne cherche à jeter du sable dans le couscous de son successeur.

Alors, inutile de se torturer les méninges, pour comprendre pourquoi Me Abdoulaye Wade, en plus de rester aphone, depuis quelque temps, a dit au Premier ministre Mahammad Dione qu’il a la nostalgie de Macky Sall.

Actusen.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image