leral.net | S'informer en temps réel

Non, coach, ce n’est pas seulement la faute au manque de préparation !

L’équipe nationale du Sénégal a été éliminée de la phase finale du CHAN 2014 par la faute d’une belle équipe mauritanienne qui, après avoir su se mettre au niveau de l’événement dès la manche aller, a dominé et battu son adversaire lors de la manche retour (2-0).


Rédigé par leral.net le Dimanche 21 Juillet 2013 à 14:40 | | 0 commentaire(s)|

Non, coach, ce n’est pas seulement la faute au manque de préparation !
S’il est vrai que la Mauritanie a eu un an et demi de préparation, cette équipe du Sénégal n’a jamais su se mettre au niveau de ces éliminatoires du CHAN. Demba Ramata Ndiaye et son staff n’ont jamais réussi à trouver l’antidote pour contrer l’équipe mise en place par Patrice Neveu.

Plus que des défaillances individuelles, le Sénégal n’a jamais eu un projet de jeu cohérent au cours de ces deux rencontres. D’ailleurs, lors de la phase aller, il a fallu un exploit individuel, celui de Yannick Gomis, pour s’en sortir.

Et pour éliminer cette équipe mauritanienne, il aurait fallu peut-être procéder autrement par des raccourcis en mettant en jeu une sélection pouvant mettre en avant les qualités individuelles des joueurs.

Or, sur l’ensemble des deux parties, la mayonnaise n’a pas pris. Et la faute revient aux fédéraux qui n’ont pas respecté la feuille de route qui leur avait été soumise.

Mais pas seulement, puisque malgré cet impair, Demba Ramata Ndiaye était sûr de son fait, de sa science, pour éliminer cette équipe mauritanienne de la phase finale du CHAN.

Au vu de ce que son équipe a produit comme jeu lors des deux rencontres, il ne peut et ne doit pas mettre tout sur le dos de la Fédération sénégalaise de football (FSF), parce que sa responsabilité est engagée dans cette sortie de route.

Demba Ramata Ndiaye lui-même reconnait implicitement son échec en avançant comme argument à l’élimination que le match retour (0-2) a été le remake de la rencontre aller qu'il avait gagnée (1-0).

Justement son rôle et celui de son staff, c’était de préparer son équipe et ses joueurs pour ne pas répéter les erreurs commises lors de la manche aller à Dakar. Au cours de cette rencontre, tout le monde a vu que le Sénégal a profité d’un concours de circonstance pour s’en sortir.

Son équipe courait donc un risque énorme en jouant comme elle l’avait fait au match aller et en ne trouvant pas les mots ou le système de jeu pour procéder autrement. Le coach a grandement failli et n’a pas répondu aux attentes placées en lui avec un parcours de haut niveau réussi avec le Casa Sports, ces dernières années.

En lieu et place d’une analyse lucide, il avait fait dans le langage fleuri se réjouissant de la victoire, si courte fût-elle, qui ouvrait, selon lui, des perspectives intéressantes.

Demba Ramata Ndiaye avait laissé entendre qu’il avait expliqué et bien lu la partie et avait prévu une stratégie afin de contrer son adversaire.

D’ailleurs, l’horaire de la rencontre, disait-il, était du pain bénit et jouait en faveur de son équipe vainqueur de la première manche.

A l’analyse, sur l’ensemble de ces deux matchs, l’équipe du Sénégal n’a pas été à la hauteur de l’événement. Les joueurs, comme des âmes en peine ou des zombies sur le terrain, étaient dépassés par l’événement.

C’est dommage pour des joueurs et un football local sénégalais qui n’a jamais eu autant de matchs dans les jambes avec l’organisation du championnat en poule unique pour cette saison 2012-2013.

Avec cette élimination, ces joueurs manquent une occasion historique de prendre part à une 3-ème phase finale du CHAN. Pour Demba Ramata Ndiaye, après avoir été éliminé en club par une équipe gambienne, il a subi la loi d’une sélection voisine d’un football supposé plus faible.


SD/AD






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image