leral.net | S'informer en temps réel

Non respect des engagements du gouvernement : Les inspecteurs et contrôleurs du travail et de la sécurité sociale crient leur ras-le-bol


Rédigé par leral.net le Vendredi 15 Avril 2016 à 15:03 | | 0 commentaire(s)|

A quelques semaines de la célébration de la Journée internationale du travail, le Syndicat des inspecteurs et contrôleurs du travail et de la sécurité sociale (Sictrass) rappelle au gouvernement ses engagements faits lors de la 39éme session du Cradat (Conseil d'administration du Centre régional africain d'administration du Travail Ndrl). Cela concerne l’amélioration des conditions de vie et de travail des inspecteurs « pour coller aux dispositions de la convention N°81 de l’organisation internationale du travail ». « Après la signature du pacte national de stabilité sociale et d’émergence économique, aujourd’hui, le 15 avril, deux ans, jour pour jour ; par rapport à tous ces engagements, en ce qui concerne l’administration du travail, nous n’avons noté aucune avancée significative », a dénoncé le secrétaire général du syndicat, Mamadou Camara Fall.

Pour ce qui est des conclusions du Forum international sur l’administration, tenu le weekend dernier à Dakar, M. Fall et ses camarades disent être en phase. « Nous disons oui aux autorités, nous sommes partants pour chercher avec elle tous les voies et moyens pour parfaire le service public, parce qu’en réalité, nous sommes mus par la satisfaction de l’intérêt général au niveau des différents services où nous évoluons », a-t-il fait savoir. Mais, pour que la performance attendue soit atteinte, M. Fall précisera qu’il faudrait satisfaire un certain nombre de points au préalable. « De ce point de vue, nous sommes toujours en train d’attendre la concrétisation des promesses du gouvernement, notamment du président de la République et de son Premier ministre », indique-t-il. Et

Il soutiendra, à l'endroit du ministre du Travail qui devait être en charge de la mise en œuvre de ces engagements : « Il a déçu son monde » puisque, « en réalité, nous n’avons rien noté de significatif. Tous les engagements contenus dans le pacte, aujourd’hui, sont pratiquement en phase embryonnaire ». « En réalité, il n’y a même pas un début d’exécution », martèle-t-il. Ils demandent, dans la foulée, que le dialogue social soit de mise dans leur département, que les postes de responsabilité devant échoir aux inspecteurs leur soient confiés pour que leur département connaisse une meilleure gouvernance.

Mariama Kobar Saleh






Hebergeur d'image