leral.net | S'informer en temps réel

Note à l’attention du président de l’Amicale des administrateurs civils du Sénégal


Rédigé par leral.net le Lundi 26 Janvier 2015 à 08:55 | | 2 commentaire(s)|

Note à l’attention du président de l’Amicale des administrateurs civils du Sénégal
OBJET : Loi sur les universités publiques du Sénégal

La loi sur les universités publiques du Sénégal, récemment votée par l’Assemblée nationale, abroge plusieurs dispositions des textes antérieurs, notamment le décret n°67 -1228 du 15 novembre 1967 relatif aux emplois administratifs supérieurs et au personnel administratif, technique et de service de l’Université de Dakar. Par ce biais, elle modifie sensiblement les conditions de nomination ainsi que les attributions du secrétaire général d’université.

Selon le décret n°67 -1228 du 15 novembre 1967, si le poste de Chef de services administratifs peut être pourvu par des administrateurs civils ou d’autres fonctionnaires de la hiérarchie A (cf., article 1er), celui de Secrétaire général, par contre, était exclusivement réservé au corps des Administrateurs civils. En effet l’article 3 stipule clairement que le Secrétaire général est recruté par voie de détachement parmi les Administrateurs civils de première classe ou les administrateurs de classe principale.

Il en est autrement avec la nouvelle loi qui indique que le secrétaire général est nommé par décret parmi les agents de la hiérarchie A ou assimilé. Ce qui veut dire que n’importe quel agent de l’Etat, y compris les enseignants du supérieur, peut désormais occuper ce poste.

Avec cette disposition le poste va très probablement échapper au corps des administrateurs civils au profit des enseignants qui ne cessent de s’accaparer des postes de l’administration universitaire et de ceux de l’Etat. Il s’y ajoute que la loi risque d’avoir un impact négatif sur l’administration universitaire.

Le poste de secrétaire général d’université et celui de chef de services administratifs est, par excellence, un poste de direction et de coordination. Ils relèvent, de ce fait, de l’Administration générale. Or le seul fonctionnaire et agent de l’Etat ayant reçu la formation appropriée est l’Administrateur civil, agent polyvalent.

Outre les conditions de nomination, la nouvelle loi atténue fortement les attributions ou compétences du Secrétaire général. Celui-ci n’assure plus, comme dans du décret n°67 -1228, la gestion et de l’administration de l’Université. Il ne dirige plus mais coordonne simplement l’action des services et bureaux du Rectorat. Enfin, il ne siège plus au Conseil d’administration avec voix délibérative, contrairement aux textes antérieurs qui faisaient de lui un membre de droit. Son rôle est réduit aux tâches de secrétaire de séance.

Au regard de ce qui précède, cette nouvelle loi porte fortement atteinte aux intérêts du corps des administrateurs civils dont les privilèges sont déjà fortement réduits. En dehors de la fonction de Préfet, le poste de secrétaire général d’université était encore un des rares postes encore dédié au corps.

Tels sont quels aspects de la nouvelle loi. Ils donnent l’impression que les administrateurs civils gênent dans les
universités, sans doute, à cause de leur attachement aux principes et règles qui régissent le fonctionnement de toute administration publique. C’est pourquoi, une note dans ce sens devrait être envoyée au Président de la République et au Premier ministre pour attirer leur attention sur les dérives et abus que pourront nous coûter cette nouvelle orientation.

Amadou Fall






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image