leral.net | S'informer en temps réel

Nouvelles inscriptions sur les listes: Guédiawaye perd 14 000 électeurs, alors que Dakar, Thiès et Mbacké se gonflent

Le Directeur de l’automatisation et du fichier (Daf) a annoncé, lors de sa récente sortie, qu’il y a 6 millions 500 mille Sénégalais qui se sont inscrits pour l’obtention de la carte d’identité biométrique Cedeao couplée avec la carte d’électeur. A ce jour, ni l’opposition ni la société civile ni la Commission nationale électorale autonome (Cena), ne sont encore en mesure de donner le nombre exact voire approximatif d’électeurs inscrits civils et militaires par localité (départements et régions).


Rédigé par leral.net le Jeudi 1 Juin 2017 à 13:34 | | 0 commentaire(s)|

Selon les informations du ministère de l’Intérieur, le nombre d’inscrits serait de 6 millions 500 mille électeurs. Si on fait la différence avec le dernier fichier de 2012 qui était de 5 080 295 électeurs civils et militaires, il y a par conséquent 1 419 705 nouveaux inscrits dans le nouveau fichier.

Aujourd’hui, tous les départements du Sénégal ont connu une hausse avec les nouvelles inscriptions, excepté celui de Guédiawaye où une source renseigne qu’il y a 14 000 électeurs de moins par rapport à 2014. Il faut noter que dans l’ancien fichier, Guédiawaye comptait 185 800 électeurs. La même source affirme que ce déficit est dû à un transfert d’électeurs vers les Parcelles assainies où milite le ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ.

Pourquoi a-t-on don délesté Guédiawaye d’une partie de son électorat pour renforcer les Parcelles assainies ? Des proches du maire le mettent sur le compte de certaines rivalités politiques. Certainement que le maire Aliou Sall, qui ne compte pas que des amis au sein de l’Alliance pour la République (APR), trouvera la réponse à ce transfert d’électeurs massif vers le nouveau fief d’Amadou Bâ.

A Dakar, il y a eu 200 mille inscrits supplémentaires, à Thiès 100 mille, à Mbacké qui englobe Touba, il y a plus de 100 mille. Mais à Pikine, il n'y a eu que 68 000 inscrits supplémentaires. Maintenant la question à mille équations : Ces nombreuses inscriptions dans les zones où le pouvoir perd d’habitude lors d’élections résulteraient-elles de transferts d’électeurs massifs comme le dénoncent depuis un certain temps, certains membres de l’opposition ? Ou d'un engouement des Sénégalais à vouloir disposer au plus tôt de la carte biométrique ?

En tout état de cause, ces nouvelles inscriptions que le pouvoir rechigne toujours à publier, comportent à l'évidene des zones d’ombre qui risquent de faire grand bruit une fois éclatées au grand jour.

directinfo








Hebergeur d'image