Leral.net | S'informer en temps réel



Obama rend hommage aux victimes de Fort Hood lors d'une émouvante cérémonie

Rédigé par Alio Informatique le 11 Novembre 2009 à 11:28 | Lu 588 fois

Le président américain Barack Obama a rendu hommage mardi sur la base militaire de Fort Hood, au Texas, aux 13 victimes de la fusillade de jeudi, soulignant qu'aucune religion ne pouvait justifier ces actes "meurtriers et lâches".


Obama rend hommage aux victimes de Fort Hood lors d'une émouvante cérémonie
Barack Obama a rendu mardi un hommage solennel aux 13 victimes de la fusillade de la base militaire de Fort Hood, au Texas, soulignant qu'aucune religion ne pouvait justifier des actes "meurtriers et lâches".

Le président américain, accompagné de son épouse Michelle en robe noire, est arrivé sur fond de cornemuses pour écouter l'hymne américain joué par un orchestre militaire. Un immense drapeau américain tendu derrière lui, Barack Obama s'est adressé aux familles des victimes, à des soldats blessés lors de la fusillade et à 15.000 personnes présentes, selon l'armée américaine.

Au pied de la tribune, chaque victime était représentée par une paire de bottes, un fusil M-4 fiché dedans, un casque sur la crosse et une photo, dans la grande tradition militaire américaine.

Dans son discours, M. Obama a exalté les grandes valeurs américaines et dit l'incompréhension devant la tuerie de jeudi attribuée au commandant Nidal Hasan, un psychiatre militaire d'origine palestinienne.

"Il peut être difficile de comprendre la logique pervertie qui a conduit à cette tragédie. Mais nous savons la chose suivante: aucune croyance religieuse ne justifie ces actes meurtriers et lâches. Aucun Dieu juste et aimant ne peut les approuver", a dit M. Obama.

"Et pour ce qu'il a fait, nous savons que le meurtrier sera jugé, dans ce monde et dans le suivant", a déclaré M. Obama qui a rendu un hommage personnel à chacun des 13 tués.

Selon des proches du tueur présumé, qui a survécu à la fusillade, Nidal Hasan est un musulman très croyant qui redoutait un prochain départ pour l'Afghanistan.

"Nous sommes en temps de guerre. Pourtant ces Américains ne sont pas morts sur un champ de bataille étranger. Ils ont été tués ici, (...) au coeur même de cette grande communauté américaine. C'est ce qui rend cette tragédie encore plus douloureuse et encore plus incompréhensible", a dit le président.

Alors que sa réforme de la couverture santé semble avoir coupé le pays en deux et que ses partisans comme ses adversaires attendent sa décision sur d'éventuels renforts en Afghanistan, Barack Obama a revêtu les habits de père de la nation venu panser les plaies d'une Amérique en mal d'unité.

Un cérémonial particulièrement poignant a conclut l'hommage: l'appel final aux soldats morts jeudi. Un sergent major a appelé par leur nom aussi bien des soldats présents que les victimes de la fusillade. Après l'appel de chaque soldat mort, un long silence marquait la disparition du militaire.

Familles et proches se sont ensuite recueillis devant les portraits des victimes. Certains, en larmes, touchaient du doigt la photo de l'être cher, réconfortés par d'autre soldats.

"On dirait qu'au moins la moitié des effectifs de la base est là", estimait le soldat Peter Kniskern, venu assister à l'hommage à ses "frères et soeurs" tués jeudi.

Parmi les victimes, figuraient une soldate de 21 ans enceinte, des militaires qui allaient être déployés en Afghanistan, dont une femme de 29 ans et un père de famille de 23 ans ainsi qu'un commandant de 52 ans, immigré mexicain devenu docteur en psychologie.

Selon les premières conclusions de l'enquête, le suspect semble avoir agi seul à Fort Hood, mais il a été en contact avec une personne faisant l'objet d'une enquête antiterroriste et la police n'exclut pas la possibilité qu'il ait voulu perpétrer un attentat suicide.
© 2009 AFP


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage