leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Omar Faye : "Jusqu’à l’extinction du soleil, l’appartenance de Tigo à Wari restera irréversible"


Rédigé par leral.net le Samedi 19 Août 2017 à 11:42 | | 0 commentaire(s)|

Il n’a pas perdu du temps. En effet, à peine le Président du Collège de l’Autorité de régulation des télécommunications et postes (Artp) est-il monté au créneau sur l’affaire Millicom-Wari-Tellium que le chef de file de «Leeral Askanwi» a fait irruption sur le ring, pour le catapulter dans les cordes.

«Abou Abel Thiam doit se taire. Il est en train de désavouer le Président de la République, en remettant en cause son décret qu’il a, récemment, signé et qui confirme que Wari est désormais bel et bien le propriétaire de Tigo», estime Omar Faye.

Convaincu que “rien ni personne ne peut faire, aujourd’hui, en sorte que le Chef de l’Etat remette en cause sa signature», le patron de «Leeral Askan Wi» de fusiller Abou Abel Thiam en ces termes : «en tant que Président du Collège de l’Artp, il n’a pas le droit de s’immiscer là-dessus. Il devait, au contraire, faire montre de réserve, compte tenu de sa position».

Après avoir tiré à bout portant sur le Pca de l’Artp, Omar Faye vide le restant de ses munitions sur ceux qu’il qualifie de lobbies. «Maintenant, s’il y a des lobbies tapis dans l’ombre qui veulent tout mettre en œuvre, en gesticulant à droite et à gauche, pour que Tigo tombe entre les mains de Yérim Sow, qu’ils se détrompent».

Car, ajoute-t-il : «jusqu’à l’extinction du soleil, l’appartenance de Tigo à Wari restera irréversible, malgré le tintamarre et les charivaris faits ça-et-là, pour tirer la couverture du côté de Yérim Sow».

Et à la question de savoir pourquoi défend-il Kabirou Mbodj et Wari au détriment du Consortium Tellium ? La réponse d’Omar Faye tombe, sèche : «nous nous sommes toujours battus pour la préférence nationale. Or, dans cette affaire, Yérim Sow n’a jamais été intéressé par Tigo. Mais plutôt l’entreprise Free», balance-t-il à la figure de plus d’un.

A l’origine de la grosse colère du leader de «Leeral Askan Wi» : la sortie, ce vendredi, du Président du Collège de l’Artp dans les colonnes de Vox Populi. Et à travers laquelle, Abou Abel Thiam a déclaré que, d’après la Loi, la licence n’est pas la priorité de celui à qui elle est attribuée.

Autrement dit, malgré cette signature de décret validant l’accord entre Millicom et Wari, l’Etat peut aussi signer un autre décret, s’il ne porte pas atteinte aux intérêts du pays.

Poursuivant son argumentaire, le boss du Collège de l’Artp de marteler : «nous sommes dans un Etat de droit, c’est-à-dire un Etat qui applique la loi, et qui s’applique la loi.
L’Etat ne peut contraindre personne à vendre quoi que ce soit, encore moins à vendre à qui que ce soit. La licence appartient à Millicom pendant cette durée et Millicom vent à qui il veut
».

actusen.com










Hebergeur d'image