leral.net | S'informer en temps réel

Opinion: Le retour de la peine de mort ou l'éloge de l'absurdité inhumaine

Cela fait froid au dos d’entendre un représentant du peuple réclamer le rétablissement de la peine de mort au Sénégal. Un projet de loi funeste pour remettre sur la place publique l’échafaud, dans un pays qui se targue d’être tolérant et civilisé. Il faut vraiment se demander si nous avons encore toute notre tête pour laisser ce type d’entreprise macabre prospérer.


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Mai 2013 à 08:48 | | 3 commentaire(s)|

Opinion: Le retour de la peine de mort ou l'éloge de l'absurdité inhumaine
Comment peut-on dormir tranquille avec l’idée d’encourager la mort d’autrui fut-ce pour tenter de réparer un préjudice ? Comment peut-on faire la promotion d’une pratique qui n’honorerait pas le pays? Pour qu’on se remette à couper des têtes, il faut qu’il se soit passé dans nos cœurs quelque chose de bien monstrueux.

« L’objectif de cette loi est de diminuer la criminalité au Sénégal», essaie de justifier l’auteur de cette perfidie. Quelles Foutaises! Toutes les études sérieuses sur le sujet ont déjà démontré depuis longtemps qu’il n’y avait aucun effet dissuasif sur les crimes violents dans les endroits du monde ou la peine capitale est encore appliquée. Bien au contraire, le taux d’homicide est même plus bas dans les États où cette ignoble punition n’est pas pratiquée si nous prenons l’exemple des États-Unis. Ainsi, comme le soutient Amnesty International : « En 2004, le taux d’homicides moyen était de 5,71 pour 100 000 habitants pour les États recourant à la peine de mort, et de 4,02 pour 100 000 pour les États n’appliquant pas ce châtiment…Loin de rendre la société plus sûre, la peine de mort y exerce une influence violente.»

Pour faire baisser la criminalité, comme semble le vouloir ce député qui n’a apparemment d’autres priorités que le retour de la guillotine, il faut d’ abord s’intéresser à la racine du mal.

Imaginons deux probables scénarios qui pourraient amener l’individu à commettre l’irréparable. La folie? Dans ce cas, la peine capitale n’est pas la solution. Le coupable a beaucoup plus besoin d’être compris, soigné et soutenu. La maladie mentale n’étant pas par ailleurs nécessairement reliée au port de haillons et à l’errance dans les rues.

Ils sont nombreux nos compatriotes qui vous parlent clairement et vous paraissent sains d’esprit alors qu’ils traînent depuis longtemps une déprime profonde que le miroir stigmatisant de la société empêche de voir et d’accepter. Le fil est parfois mince entre l’explosion de la vase débordante des nombreuses angoisses imperceptibles et le passage à l’acte tragique. On n’aura rien vu venir…hélas!

La pauvreté et le besoin de survie? La responsabilité incombe alors aux gouvernants qui sont censés faire régner la justice sociale afin que tous les citoyens- surtout les plus pauvres- puissent vivre convenablement dans un minimum de dignité humaine.

Qui est d’ailleurs le plus criminel entre le pauvre qui est prêt à tout pour du pain et la minorité de dirigeants voleurs qui s’est accaparée de toutes les richesses d’un pays où la grande majorité de la population vivote avec moins d’un dollar par jour?

Elles sont si nombreuses les sempiternelles frustrations vécues par de jeunes désoeuvrés dans les quartiers défavorisés de la capitale qui ne voient qu’un horizon bouché depuis leur naissance. Comme pour les narguer, on leur montre tous les soirs, dans le petit écran, le luxe insolent d’insignifiants arrivistes qui étalent avec désinvolture tous leurs avoirs. Quelle humanité!

Et les arguments des souteneurs de la peine de mort? D’abord, qu’il est nécessaire de soustraire de la société une personne qui lui a fait du tort et qui continuera possiblement de la nuire. Alors, pourquoi n’enfermera-t-on pas seulement à perpétuité le coupable ? Cela l’isolera à vie du fonctionnement de la société Ainsi, on montrera que l’objectif est de corriger pour améliorer ; non de répondre une cruauté par une autre cruauté.

Mais pour beaucoup, cela ne suffit pas. Il faut que la société se venge. Victor Hugo aimait rappeler que « Se venger est de l’homme; punir est de Dieu». La société doit donc se trouver entre les deux. Le châtiment au-dessus d’elle, la vengeance au-dessous.

Pensez à la tourmente et au supplice du condamné dans les couloirs de la mort, attendant son heure d’exécution. Pensez au tort que vous causerez à tous ses proches. Pensez aux nombreux innocents qui pourraient être tués injustement. Repensez alors aux propos de Todd Willingham au moment d’être mis à mort le 17 février 2004. «Je suis un homme innocent condamné, pour un crime que je n’ai pas commis. J’ai été persécuté pendant 12 ans pour une chose que je n’ai pas faite.»

Ils sont également nombreux ceux qui se cachent derrière la législation religieuse pour tenter de légitimer un si ignoble projet. Se croient-ils déjà suffisamment inondés de la miséricorde divine pour décider de ceux qui méritent de vivre ou de mourir?

C’est effrayant de voir notre déchaînement et le déferlement de la violence verbale qui s’abat très souvent sur ceux d’entre nous qui ont eu la malchance de commettre un impair dans leur vie. Comme si nous n’étions que raison et que ceux qui appellent de tout leur cœur à l’application littéralistes des règles religieuses ont, depuis leur naissance, été délivrés de tout péché. Une manie bien sinistre de toujours pointer du doigt les faiblesses et les manquements des autres en oubliant la grosse poutre qui nous aveugle la vue.

Puisqu’on y est et qu’on interpelle la religion pour punir les meurtriers, ne devrait-on pas alors pousser la logique jusqu’au bout. Que fera-t-on des fornicateurs et des apostats?

La roue, la guillotine, la pendaison, le bûcher, le gibet, l’échafaud, l’écartèlement…

N’oublions jamais que la raison est pour nous, le sentiment est pour nous, l’expérience est aussi pour nous.



Lamine Niang, Montréal
nianlamine@hotmail.com





1.Posté par talibé le 23/05/2013 11:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

salam
je suis un républicain convaincu pour commencer et un loyaliste.
pourquoi on applique la peine de mort aux usa et dans d'autres démocratie et on le refuse au Sénégal.
la vie des criminels vaut elle mieux que celle de la victime qui toujours est meilleur que ces imbéciles de criminels et de leur défenseurs.
celui qui tue doit être tué comme DIEU le veut et cela réduirait la criminalité.
faut être juste et ne pas être hypocrite dans la vie

2.Posté par mouslim le 23/05/2013 15:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si on un individu avait froidement viole et tue ta femme ou ta fille ect ... QUEL SERA TA REACTION? seul un lache ; aurai un sentiment de pitié enver un tel criminel! DIEU EST JUSTE!

3.Posté par BOUNKATAB le 23/05/2013 19:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur Niang, pourquoi on serait d'accord avec vous et non avec le depute ? Libre a vous de penser qu'un loubard peut agresser une personne ou une famille entiere et les massacrer sauvagement sans etre condamner a mort. C'est parceque vous etes civilise et que vous pouvez pardonner tout.Mais il faut laisser a un autre le soin de choisir la vengeance ou de laisser la justice condamner le criminel a la hauteur de l'offense.Moi je pense qu'il faut avoir l'esprit tordu pour reclamer l'abolition de la peine de mort.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image