leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Oumar Youm : « L'agitation médiatique de l'opposition est purement formelle, sinon elle aurait renoncé de siéger à l'Assemblée nationale »


Rédigé par leral.net le Vendredi 11 Août 2017 à 17:07 | | 0 commentaire(s)|

Le ministre directeur du cabinet du président de la République El Hadji Oumar Youm est d’avis que l’opposition est juste dans le cadre de la formalité, en criant à la fraude, alors que si c’était sincère dans le fond, elle aurait tout simplement renoncé à siéger à l'Assemblée nationale.

« L'agitation médiatique de l'opposition est purement formelle sinon elle aurait renoncé aux résultats qui lui sont attribués et, par voie de conséquence, refusé de siéger à l'Assemblée nationale », a expliqué Oumar Youm sur sa page Facebook

Selon toujours le ministre, "l'opposition devrait faire comme le dit l'adage "contre mauvaise fortune bon cœur“. Il faut savoir perdre et accepter le résultat des urnes avec élégance mais surtout, respecter les 3.300.000 Sénégalais qui ont exercé de manière transparente et libre leur droit de vote. Avec une participation record de 54% des inscrits sur le fichier électoral, le processus électoral a été bien encadré depuis l'enrôlement jusqu'à la distribution des cartes d'électeur".

Et « pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler qu'à la veille des élections présidentielles de 2007, une opération de refonte du fichier avait été engagée sur une période de 17 mois (septembre 2005 à février 2007).

Il y avait eu 20% de cartes non distribuées, exactement le même taux qu'en 2017 alors que pour cette année l'opération a porté sur environs une période de 8 mois dont 4 effectifs, la distribution des cartes n'ayant débuté réellement qu'en mars 2017
 ».

 « Il s'y est ajouté que l'élection s'est faite autour de 47 listes en compétition, une première au Sénégal, avec environ 329 millions de bulletins imprimés et 13 989 bureaux de vote. Sur plus de 13700 bureaux de vote, les opérations électorales se sont bien passées sans aucun incident majeur, à l'exception de quelques retards notés pour lesquels les solutions appropriées ont été apportées par l'administration.»

Ce qui conduit à affirmer que « le défi était d'organiser des élections transparentes qui garantissent la sincérité du scrutin. Ce défi a été largement relevé. Personne ne peut contester, valablement, le résultat des élections législatives à l'issue desquelles BBY a gagné et bien gagné.»