leral.net | S'informer en temps réel

Ourossogui-L’ancien maire fustige la gestion de Moussa Bocar Thiam : "On peut être un héros sans ravager la terre"

Un an après sa défaite lors des élections municipales de juin 2014, Samba Ciré Dia sort de son silence. L’ancien maire d’Ourossogui juge la première année de son successeur à la tête de la commune. Samba Nabel, comme l’appellent affectueusement ses proches, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. De l’affrontement entre les jeunes de la ville et l’actuel maire qui s’est terminé par l’arrestation de onze d’entre eux, au licenciement de huit agents municipaux, il dit tout sans détour, et sans langue de bois.


Rédigé par leral.net le Jeudi 11 Juin 2015 à 15:25 | | 1 commentaire(s)|

Ourossogui-L’ancien maire fustige la gestion de Moussa Bocar Thiam :  "On peut être un héros sans ravager la terre"
Son silence était devenu presque assourdissant. Certains de ses militants commençaient à s’inquiéter, d’autre ont même cru, un instant, que leur mentor prendrait sa retraite politique. Que nenni. « J’avais besoin d’un peu de recul après ma défaite. J’ai pris le temps de discuter avec mes proches, j’ai observé ce qui se passait autour de moi. Mais j’avais quand même donné une interview où j’avais analysé ma défaite, et défendu mon bilan ».
Et pour sa deuxième sortie dans les médias, Samba Ciré Dia s’est attaqué frontalement au maire Moussa Bocar Thiam, fustigeant sa gestion. « Depuis son installation à la tête de la commune d’Ourossogui, il n’arrête pas de multiplier bravades et menaces avec un relent d’autosatisfaction exagérée. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a un mode de communication « envahissant », mais qui malheureusement manque de pertinence et d’efficacité, parce que fondée sur des contrevérités et de simple déclaration d’intention ».
Selon Mr Dia, la première année du maire à la tête de la commune, est une succession de mauvais souvenirs « Ce que je retiens de cette de son début de magistère, c’est l’arrestation et l’emprisonnement de onze (11) jeunes qui avaient eu le courage de s’opposer à sa décision de transformer la salle des fêtes en bureaux et autres chambres de passage, martèle-t-il. Ceci après avoir trompé et abusé de la bonne foi d’un éminent chef religieux et de toutes les populations d’Ourossogui en déclarant dans une radio de la place qu’il arrête tout et que l’affaire est terminée », rappelle-t-il
Le maire sortant rappelle également ce qu’il appelle « le licenciement abusive de huit (8) jeunes détenteurs tous de décisions de recrutement. Au moment où l’Etat du Sénégal déploie de gros efforts pour la promotion de l’emploi des jeunes et la réduction de la pauvreté, ceci est paradoxal, s’étonne-t-il. Toujours en parlant de licenciement, faut-il rappeler le renvoi des huit agents de nettoiement parce que ces derniers n’étaient pas venu lui prêter main forte lors d’une opération de nettoiement qu’il avait organisé un jour férié ». Le maire sortant rappelle également le dernier épisode en date qui a opposé Moussa Bocar Thiam au président de l’Asufor. « Figurez-vous, que le maire, en toute méconnaissance des textes, a décidé de désigner lui-même les délégués dans les quartiers pour avoir un bureau de l’Asufor acquis à sa cause. Le maire n’a aucune considération vis-à-vis du conseil municipal, le code des collectivités locales, n’en parlons pas. Je voudrai dire à ce maire de se rappeler cette citation de Balzac « On peut être un héros, sans ravager la terre ». En emprisonnant, en licenciant, en menaçant, en étant suffisant, et en maquant d’humilité, vous élargissez de jour en jour le fossé qui vous sépare des populations d’Ourossogui »
Samba Ciré Dia est également revenu sur la déclaration de Moussa Bocar Thiam, qui affirmait il y’a quelques jours que la ville d’Ourossogui était entièrement socialiste. « Comment peut-il affirmer de façon péremptoire que son parti est majoritaire à Ourossogui. Je m’inscris en faux contre cette déclaration. Lors des élections municipales, le parti socialiste a obtenu 1296 voix, moi j’ai obtenu 1295 et la tête de liste de l’Apr 1257. Il oubli que les deux dernière liste que j’ai énumérée, sont de l’Apr, sans oublier celle dirigée par Djiby Nalla Sy qui a obtenu plus de 400 voix. Le parti socialiste est loin d’être majoritaire dans cette ville, n’eut été les divergences entre les leaders de l’Apr, il n’aurait jamais gagné. L’Apr reste très largement majoritaire dans cette ville», rappelle-t-il
Le maire sortant termine en « lançant un appel à tous mes frère et sœurs républicains de la commune d’Ourossogui pour des retrouvailles larges et sincères. C’est la seule voie de salut pour nous et le seul moyen de garantir au candidat Macky Sall une victoire au premier tour à la présidentielle de 2017 »
En attendant la réaction du maire Moussa Bocar Thiam, le moins que l’on puisse dire est que les hostilités sont lancées.

Source: lefoutanke.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image