leral.net | S'informer en temps réel

Ousmane Ngom réplique :« Ce n’est aujourd’hui que je vais révéler des secrets d’Etat alors que…»

A la suite du tollé crée par la sortie de Maître Ousmane NGOM lors d’une cérémonie privée où il a rappelé l’importance de la foi en DIEU d’où l’acceptation du Décret Divin ce qui lui a permis de convaincre le Président Abdoulaye WADE d’appeler le Président Macky SALL le plutôt possible pour éviter que le pays ne bascule dans le chaos le soir du 25 Mars 2012, la Cellule de Communication LCK a voulu en avoir le cœur net en interpellant directement l’intéressé.


Rédigé par leral.net le Mardi 4 Octobre 2016 à 10:06 | | 0 commentaire(s)|

Ousmane Ngom réplique :« Ce n’est aujourd’hui que je vais révéler des secrets d’Etat alors que…»

Le Président Ousmane NGOM a tenu avant à rassurer les membres de la Cellule de Communication ces termes : ‘’Ce n’est aujourd’hui que je vais révéler des secrets d’Etat alors que j’ai fait un septennat au Ministère de l’Intérieur et donc je suis détenteur de milliers de secrets d’Etat et de secrets tout court’’.

‘’Le Président Abdou DIOUF a été le premier à dire, il y a vingt cinq ans déjà que ‘’Ousmane NGOM est une tombe’’.

Maître NGOM ajoutera : ‘’si j’avais divulgué un centième des secrets que je détiens, c’est tout l’édifice de notre Etat voire du pays qui allait être ébranlé’’.

Revenant sur la journée du 25 Mars surtout à la suite de la sortie de Samuel SARR, il dira avec le sourire : «Je crois, que Samuel comme Maître Babou font une confusion mentale.

S’agissant du 25 Mars, lorsque Samuel affirme que je n’ai pas mis les pieds au Palais dans l’après-midi, c’est totalement faux et cela est vérifiable dans le registre de la guérite des gendarmes qui mentionne toutes les entrées et sorties de cette Résidence du Chef de l’Etat. On y verra facilement qu’à la date du 25 mars 2012, j’y suis venu deux fois dans l’après-midi entre 18 heures et 20 heures (avant le crépuscule) pour y revenir plus tard dans la nuit afin de soutenir le Président WADE dans cette épreuve au moment où beaucoup avaient déjà disparu.

Quand je suis venu dans l’après-midi et que j’ai informé le Président WADE sur l’irréversibilité des tendances, je l’ai vu seul. J’ai croisé Samuel et Karim dans les couloirs qui m’ont demandé ce qu’il en était. Je leur ai demandé de s’adresser au Président s’ils voulaient être informés. Toute la soirée je n’ai parlé au Palais qu’au Président et au Président seul, sauf quand j’ai donné au standardiste le téléphone de Macky SALL qui m’a été communiqué par Maître Alioune Badara CISSE.

‘’Pour le reste des déclarations de Samuel, ce n’est pas parce que j’ai séjourné longtemps au Ministère de l’Intérieur que je vais me transformer en barbouze sinon Samuel et ses semblables seraient les premiers à en souffrir’’.

Interpellé aussi sur la sortie de Maître Abdoulaye BABOU concernant son rôle et sa position lors des Evènements du 23 Juin, le Président NGOM semble encore plus surpris par cette déclaration totalement mensongère selon lui. Voilà ce qu’il répond :
«Je prends à témoin le Premier Ministre Souleymane Ndéné NDIAYE pour ce qui est de ma position lors des évènements du 23 Juin. On ne peut pas le soupçonner de complaisance à mon égard et il a eu, à mon insu, à témoigner à la télévision, sur ma position lors de ces évènements. On peut remettre l’émission.

«Je suis, en effet, l’un des rares collaborateurs d’Abdoulaye WADE, à l’époque, à avoir osé aller lui dire, dans le blanc des yeux, devant témoin (Souleymane Ndéné NDIAYE) que j’étais contre la Réforme du 23 Juin notamment dans ses deux principales dispositions : la double nationalité et la suppression du quart bloquant ».

« J’ai exprimé cette position avant même que le Projet n’aille à l’Assemblée ou ne soit adopté en Conseil des Ministres. Ce jour là, j’ai refusé de prendre la parole au Conseil des Ministres puisque j’avais déjà exprimé ma position au Président qui ne m’avait pas suvi».

«Vous me direz, pourquoi j’ai pas démissionné ? Si je l’avais fait, j’aurais fragilisé le Président et on m’aurait accusé de l’abandonner au milieu du gué et surtout le pays aurait pu basculer dans le chaos».

«Le jour J (le 23) au moment où le débat battait son plein en plénière à l’Assemblée Nationale et que certains députés (dont Babou certainement) craignaient que les manifestants n’envahissent l’hémicycle, le Président WADE m’a effectivement appelé pour me demander si j’étais toujours en mesure d’assurer la sécurité des personnes et des biens y compris celle des députés. J’ai répondu OUI, et je l’ai fait. Comme je l’ai fait également au lendemain des élections de 2007 et 2012. Telle est la Vérité Historique».

Après avoir enregistré ces explications limpides et datées avec des témoins qui sont là et qu’on peut interpeller, la Cellule de Communication de LCK s’est vivement félicitée du courage, du patriotisme, de la foi en DIEU et de l’attachement aux vertus républicaines du Président Ousmane NGOM.
S’honore d’avoir comme leader un homme d’une telle envergure capable de prendre ses responsabilités en ces moments historiques.

La Cellule de Communication considère également qu’il n’y a aucun déshonneur pour le Président Abdoulaye WADE, après un reflexe de survie tout a fait humainement compréhensible, d’accepter de surmonter ses états d’âme, les pressions de toutes sortes qu’il subissait pour appeler Macky SALL et le féliciter. Un tel comportement relève d’une grande dignité et d’une acceptation de la Volonté Divine.

Si tous les Présidents d’Afrique avaient des collaborateurs de la trempe d’Ousmane NGOM qui, dans des moments graves, osent venir respectueusement les mettre devant leurs responsabilités historiques notre Continent aurait évité des drames comme le GABON, la Côte d’Ivoire, le Congo ou le Mali avec à la clé des centaines voire des milliers de morts et une guerre civile qui retarde le pays pendant des décennies.


Pour la Cellule de Communication
Député Lamine DIA
Administrateur de LCK
Professeur Ndiamé DIOP, Responsable des Cadres LCK
Moustapha BITEYE, Responsable des Jeunes LCK






Hebergeur d'image