leral.net | S'informer en temps réel

Ousmane Sonko persiste et signe : "Il y a eu bel et bien détournement de deniers publics à l'Assemblée nationale"


Rédigé par leral.net le Mercredi 25 Mai 2016 à 11:25 | | 19 commentaire(s)|

L'inspecteur des impôts, Ousmane Sonko, campe sur sa position à propos du non versement des impôts par l'Assemblée nationale. Vingt quatre heures après le démenti du Président de ladite institution, le président du "Pastef-Les Patriotes" est revenu à la charge, hier, au cours d'un point de presse. ''Si l'on suit le raisonnement du Président (Moustapha Niasse), l'Assemblée nationale doit reverser 120 millions d'impôts par année, soit 10 millions par mois. Ce qui est anachronique. Si l'on se rabat à la rubrique des dépenses du personnel de l’Assemblée nationale inscrites dans a loi de finances de 2016, les dépenses s'élèvent à 8 milliards 600 millions, c'est à dire plus de la moitié du budget de l'Assemblée nationale. Comment peut-on, avec des charges de personnels de 8 milliards 600 millions, n'avoir que des charges de 120 millions à reverser en guise d'impôt ? Dans sa déclaration, Niasse n'a pas tout dit. Il parle d’impôt à retenir sur les salaires de députés. Or, l'Assemblée nationale à un personnel pléthorique. Il y a des députés et il y a les travailleurs de l'Assemblée nationale. Et si vous cumulez, vous êtes évidement à beaucoup plus de 120 millions et je suis sûr que ça dépasse probablement les 500 millions de reversement par année, rien qu'au titre de la retenue à la source sur salaire", explique-t-il aux journalistes.

M. Sonko se dit convaincu qu'il y a 400 millions dans le vent ( ...) puisque Moustapha Niasse a reconnu qu'au jour d'aujourd'hui (hier, ndlr), il reste encore à devoir 140 millions. "Si on opère la retenue et qu'on ne la verse pas, il faut assimiler ça à un détournement de deniers publics. Et voila comment une banale affaire qui, au début, était un questionnement sur le reversement d'impôt, se transforme en détournement de deniers publics à l'Assemblée nationale", s'est-il exclamé."Dans son communiqué, Moustapha Niasse a reconnu que l'Assemblée nationale a subi un redressement fiscal. Et le fait qu'il avoue qu'il y a redressement fiscal atteste qu'il y a fraude fiscale. C'est pourquoi j'invite le Directeur des impôts et domaines à entreprendre les poursuites pénales prévues par le Code général dans ce cas d’espèce. parce que l'Assemblée nationale est aujourd’hui , une zone de non droit avec un budget de 16 milliards géré dans des conditions d'opacité. Et Moustapha Niasse en donne en veux-tu voilà à des présidents de groupes parlementaire, à des députés. On s'en sert comme fonds de campagne...", dénonce Ousmane Sonko dont les propos sont relayés par Le Témoin.






Hebergeur d'image