leral.net | S'informer en temps réel

Ousmane Tanor Dieng : « Des difficultés ont été enregistrées dans la mise en œuvre de l’Acte 3 de la décentralisation »

Le bureau politique du Parti Socialiste (Ps) s’est réuni, hier, en session thématique pour réfléchir sur la mise en œuvre de l’Acte III de la Décentralisation. Le Témoin renseigne qu’au cours de cette réunion, il s’est agi de diagnostiquer les failles de l’Acte III tout en apportant des propositions pour une amélioration du processus.


Rédigé par leral.net le Lundi 7 Septembre 2015 à 12:06 | | 2 commentaire(s)|

Près de deux ans après le vote de la loi portant Acte III de la Décentralisation, le Parti Socialiste (Ps) décide de procéder à une analyse « sans complaisance » de ce processus enclenché en décembre 2013 avec le vote de la loi n° 2013-10 du 28 décembre 2013 portant Code général des Collectivités locales. Il s’est agi à travers un séminaire organisé, hier, de faire « l’évaluation de l’Acte III de la Décentralisation » en menant une réflexion approfondie sur certaines questions comme « le financement du développement local et, des fonds de Décentralisation, la question de la fonction publique locale, le statut de l’élu… ».

Présidant la rencontre devant un parterre de maires, de présidents de département, mais aussi d’élus socialistes des différentes collectivités locales, Ousmane Tanor Dieng, le secrétaire général du Ps, a expliqué : « comme toute réforme, l’Acte 3 de la Décentralisation a engendré des difficultés dans sa mise en œuvre ». Le bureau politique du parti de Senghor a fait ainsi appel aux acteurs locaux pour permettre d’identifier les acquis de cette réforme. « Bien entendu, il ne s’agit pas de rouvrir de vieilles polémiques encore moins de verser dans les querelles byzantines », a précisé le secrétaire général du Ps à l’entame des travaux.

Pour lui, cet exercice ne signifie pas une remise en cause de l’acte 3 du moins dans ses principes et objectifs. Mais plutôt, a précisé le patron des « verts » de Colobane, d’analyser les textes à l’aune de la pratique. « Après une réflexion collective argumentée et au besoin chiffrée, il y aura des propositions utiles qui pourraient, le cas échéant, inspirer le Gouvernement dans la préparation de la deuxième phase de l’Acte 3 de la Décentralisation », a confié Ousmane Tanor Dieng.

Les socialistes ont rappelé, par ailleurs, leur attachement profond à la décentralisation, d’où l’organisation même de ce séminaire avec la participation d’experts. « C’est une option irréversible de notre parti que les gouvernements socialistes ont transformée en un puissant levier pour réformer l’Etat », a indiqué le secrétaire général du Ps à l’ouverture des travaux. Selon Ousmane Tanor Dieng, le Ps a mis en œuvre une politique de décentralisation marquée par des avancées remarquables en 1972 d’abord, puis 1996. Pour les socialistes, l’Acte 3 de la décentralisation n’est rien qu’une continuité des réformes antérieures avec comme objectif de les améliorer en corrigeant les faiblesses constatées dans leur mise en œuvre.






Hebergeur d'image