leral.net | S'informer en temps réel

Oussouye : des élèves vont sensibiliser sur les dangers des mines

Oussouye, 23 juin (APS)- Les élèves du CEM Aline Sitoé Diatta d’Oussouye vont servir de relais au Réseau des radios communautaires de la Casamance dans la sensibilisation des populations des communautés rurales de Santhiab ManjaCk et d’Oukout sur les dangers des mines pendant les grandes vacances.


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Juin 2012 à 14:14 | | 0 commentaire(s)|

Oussouye : des élèves vont sensibiliser sur les dangers des mines
''A côté des émissions faites en studio ou sur le terrain et des spots de sensibilisation que nous faisons aujourd’hui, c’est au tour des focus-groupes. Il s’agit de venir dans une localité, de réunir des jeunes, enfants, élèves et discuter avec l’aide d’un spécialiste ou d’une personne qui a l’expertise dans ce domaine pour sensibiliser, échanger sur les dangers des mines. Et nous commençons la campagne au CEM d’Oussouye'', a déclaré Ibrahima Gassama, directeur général de la radio Zik Fm de Ziguinchor.

Le projet, a expliqué M. Gassama, entre dans le cadre d'un partenariat dans le domaine de l’éducation aux risques des mines en Casamance, financé par l’UNICEF et porté par le Réseau des radios communautaires et la radio Zik Fm de Ziguinchor, accompagnatrice du projet dont les prochaines étapes sont Goudompe et le département de Bignona.

Selon lui, les mines ont fait quelque 800 victimes en Casamance depuis le début du conflit lié à la rébellion du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), qui revendique l'indépendance de cette partie sud du Sénégal.

''Je suis de ceux qui pensent que la mine ne connaît pas d’accalmie ni d’accord. Donc, tant qu’on n’enlèvera pas la dernière mine de la Casamance, il faut tout le temps sensibiliser d’autant plus que le Sénégal a, conformément à la Convention d’OTAWA, jusqu’au 1er mars 2016 pour enlever toutes les mines de sa terre. On pense que le travail est énorme et on ne peut pas être en marge de ce combat'', a-t-il dit.

Pour atteindre son objectif, le Réseau des radios communautaires de la Casamance se fait accompagner par Mamady Gassama, victime des mines et membre de l’Association sénégalaise des victimes de mines, qui a participé à beaucoup de rencontres internationales sur les dangers des mines.

''Il est sur le terrain en tant qu’acteur de sensibilisation et nous pensons que personne n’est mieux outillée et mieux informée que lui en tant que victime pour parler de ces question. Il leur (les élèves) parle sur les types de mines, les comportements et les réflexes à adopter devant une mine'', a-t-il précisé.

''Je suis là pour porter le message aux élèves d’Oussouye qui vont le faire passer pendant les vacances dans leurs villages, car ils sont dans les milieux pollués par les mines comme la communauté rurale de Santhiaba Manjak et la communauté d’Oukout'', a déclaré Mamady Gassama, qui a sauté sur une mine le 23 mai 1998, veille des élections législatives au quartier Grand-Dakar de Ziguinchor.

Point focal de l’assistance aux victimes de la campagne internationale de lutte contre les mines au Sénégal et titulaire d’un master en gestion de projet, Mamady, âgé de 27 ans, ne considère pas la perte de sa jambe droite comme un handicap.

''On parle de handicap, moi, je parle de déficience et je me bats pour ma réinsertion. Ceci m’a permis de me recadrer. C’est pour moi une occasion de me sentir utile à la population et ça m’a poussé à me concentrer dans mes études'', a-t-il soutenu.

''C’est une bonne chose. A Oussouye, il n’y a pas de problème, mais comme on est à une semaine de la fermeture des classes, les élèves iront dans leurs villages, outillés et sécurisés, sur les mesures de sécurité et de prévention sur les mines. On est très satisfait de l’exposé de Mamady Gassama et on en a tiré beaucoup de leçons'', a déclaré Daniel Alassane Ndiaye, professeur au CEM Aline Sitoë Diatta d’Oussouye.




SOURCE:JMC/ASG






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image