leral.net | S'informer en temps réel

Outré d'avoir été planté le jour de la Korité: Malick Sène lacère le visage de sa copine avec un tesson de verre, la frappe deux fois avec un pilon avant de brandir un pistolet pour la flinguer

Le commerçant Malick Sène va devoir s’absenter durant 4 mois de son commerce. Car il a été condamné hier à 4 mois ferme pour coups et blessures volontaires. Le prévenu a voulu tuer sa copine Maguette Tine d’une balle parce que cette dernière l’avait planté le jour de la Korité. Pour sauver sa peau, cette dernière avait sauté du haut de la terrasse, se fracturant la jambe.


Rédigé par leral.net le Mercredi 9 Août 2017 à 08:49 | | 0 commentaire(s)|

Le prévenu Malick Sène, teint clair, chétif et très froissé lors de sa première comparution devant le juge des flagrants délits, a pris du poids à ce 4e face à face avec les juges, hier. Il ne semblait pas avoir ressenti les rudes conditions dont se plaignent les prisonniers à Rebeuss.

Attrait pour les infractions de coups et blessures volontaires entraînant une interruption temporaire de travail de 60 jours au préjudice de sa copine Ndèye Maguette Tine, il a été déclaré coupable et condamné à 4 mois de prison ferme et 3 millions de F Cfa qu’il doit allouer à cette dernière.

Malick Sène et Ndèye Maguette Tine sortaient ensemble depuis 3 mois et avaient un projet de mariage. Pour les préparatifs de la dernière fête de Korité, Malick Sène, en gentleman amoureux, a acheté une perruque de cheveux naturels à sa bien-aimée, un tissu, remis les frais de couture et tout.

Il revenait à Ndèye Maguette Tine de se faire belle le jour J pour qu’ils sortent après un mois de jeûne, comme le font les couples.

Mais Ndèye Maguette Tine avait autre chose derrière la tête. Avec tout ce que son copain Malick Sène a fait pour elle, Ndèye Maguette Tine lui a posé un lapin. Ce dernier qui voulait voir sa dulcinée le jour de la Korité, l’a appelée au téléphone à plusieurs reprises, en vain.

Ce n’est que le lendemain que la demoiselle est allée chez Malick Sène à Ouest Foire.
Arrivée dans l’appartement, il exigea des explications, car il se sentait blessé dans son honneur. Mais une dispute a éclaté entre le couple.

Malick Sène, sous le coup de la colère, casse le verre qu’il détenait et lacère Ndèye Maguette Tine sur ses deux joues.

Il ne s’en est pas limité à cela. Malick s’est emparé du pilon qui se trouvait dans la cuisine de l’appartement pour la frapper, mais la fille a paré le coup de sa main. Toujours dans la logique de la bagarre, il a saisi un couteau pour la poignarder.
Pour riposter Maguette en a pris un aussi, mais elle n’en a pas usé car il a réussi à le lui reprendre pour garder les deux couteaux dans un endroit sûr.

Ayant tout essayé, il a pris un pistolet chargé pour descendre la fille. Prise de panique, Maguette a pris la fuite, mais il l’a poursuivie jusqu’à la terrasse.
Là, n’ayant pas d’issue parce qu’il avait pris le soin de fermer toutes les portes, elle a sauté dans le vide pour échapper à la mort.

Sur le coup, l’agresseur a appelé les services de secours qui ont conduit la victime à l’hôpital de Grand-Yoff. Le certificat médical délivré par le médecin atteste une fracture ouverte au niveau de sa jambe avec une itt de 60 jours.

Se rendant compte de la gravité des faits, Malick s’est empressé de déposer plainte à la brigade de la Foire contre sa copine Maguette. Pour les besoins de l’enquête, les agents se sont déplacés pour arrêter la fille, mais grande sera leur surprise en la trouvant clouée sur un lit d’hôpital. Et c’est Malick qui a été interpellé. Dès qu’elle s’est un peu rétablie, Ndèye Maguette Tine portera plainte à son tour.

Inculpé pour coups et blessures volontaires sur une personne de sexe féminin, il est placé sous mandat de dépôt. Marchand en boitillant difficilement à l’aide de béquilles, elle se retrouve au prétoire. Elle s’affale sur l’un des sièges réservés aux avocats pour répondre aux interrogations du juge.

Ndèye Maguette Tine : «J’ai sauté parce qu’ill m’a lacéré le visage avec un tesson du verre, m’a frappée deux fois avec un pilon avant de brandir un pistolet chargé pour me tirer dessus»

Habillée en boubou traditionnel de couleur bleue, de taille moyenne, une dépigmentation bien réussie, la très belle fille dit : «Je me suis rendue chez lui vers les coups de 21, à sa demande. Après avoir réchauffé le dîner, il a poussé d’un revers de main le verre d’eau que je lui ai servi. Ensuite il a commencé à insulter. Je lui ai dit que j’avais un dahira le jour de la Korité, c’est pour cela que je ne l’ai pas rejoint. Il m’a lacéré le visage avec le tesson du verre qu’il venait de casser.

Quant au pilon, il m’a frappée avec deux fois. J’ai fini par le récupérer. C’est par la suite qu’il a brandi un pistolet chargé pour me tirer dessus. Je me suis enfuie sur la terrasse, n’empêche qu’il m’a poursuivie là-bas. J’étais obligée de sauter pour échapper au révolver, mais je ne l’ai pas fait volontairement. Je suis tombée du haut de la terrasse pour échapper au pistolet.

Un jour, il avait sorti l’arme lors d’une dispute avec d’autres filles. Je ne l’aime plus à cause de ce qu’il vient de me faire
», a-t-elle soutenu.

Malick Sène, toute honte bue : «Malgré tout ce qu’elle m’a fait, je la veux toujours, car je l’aime»

Malick Sène, marié et père de plusieurs enfants, nie. «C’est elle qui m’a blessé avec le pilon. Je suis alors entré dans les toilettes pour constater l'étendue de la blessure à travers le miroir. C’est à ma sortie que j’ai vu qu’elle s’était déjà retrouvée par terre. Je n’ai pas sorti un pistolet. C’est moi qui ai aidé à la transporter. Malgré tout ce qu’elle m’a fait, je la veux toujours, car je l’aime», a-t-il dit en faisant rire toute la salle d’audience.

La partie civile réclame 6 millions, le Procureur requiert 2 ans dont 1 an ferme

L’avocat de la partie civile, Me Brice Sylva a chargé Malick et réclamé 6 millions de francs Cfa pour la plaignante en raison de la thérapie qu’elle suit jusqu’à présent à cause des séquelles qu’elle traîne.

Du même avis que la partie civile, le procureur a dit que les dénégations du prévenu ne sauraient prospérer devant la constance des faits matérialisés par le certificat médical. A cela, il s’ajoute la circonstance aggravante que la victime est de sexe féminin. Il a sollicité que Malick soit déclaré coupable et condamné à 2 ans dont 1 an ferme.


Me Aboubacry Barro, avocat de Malick Sène : «il n’y a ni témoin, ni arme et mon client aime toujours la demoiselle»

Ce réquisitoire n’a pas convaincu Me Aboubacry Barro, qui demande une extrême clémence du tribunal pour son client. De son avis, on ne peut pas parler d’analyse objective, vu qu’aucun témoin n’a assisté aux faits. Et de visu, aucune blessure causée par un objet contondant n’apparaît sur la peau de la plaignante.

Concluant, il argue que Malick aime toujours la demoiselle. «Mon client n’a pas voulu signer le PV car les enquêteurs font état d’une arme à feu, alors que la perquisition de sa demeure n’a pas permis d’en trouver. Il mérite d’être relaxé au bénéfice du doute. Je souhaite que les intérêts civils soient minorés», a plaidé Me Iba Mar Diop.


Fatou Diouf Dione (Stagiaire) jotay








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image