leral.net | S'informer en temps réel

PCCI, nouveau commissariat pour les travailleurs rebelles

Stanislas Omar Sané, employé de PCCI( Premier contact center international) n' oubliera pas sitôt ce qui est lui arrivé. "Séquestré et violenté" par les responsables de la boîte pour avoir écrit sur facebook " Merci Awa Ndiaye, on ne lâchera pas l'affaire et personnellement je ferai pire" , ce conseiller commercial de (Cc600) "torturé" envisage de porter plainte .


Rédigé par leral.net le Samedi 3 Décembre 2011 à 09:08 | | 0 commentaire(s)|

PCCI, nouveau commissariat pour les travailleurs rebelles
S'il y'a un homme traumatisé c 'est bien Stanislas Omar Sané, conseiller commercial au PCCI, il a été soumis à un interrogatoire "musclé" par les responsables de sa boîte. La cause est que l' employé a osé lâcher dans Facebook un écrit dans lequel il dit " Merci Awa Ndiaye, on ne lâchera pas l'affaire et personnellement je ferai pire". Des propos qui ont poussé à la réaction trois personnes dans la boîte. Parmi ces personnes, on peut citer, Lawery directeur de production, Ousmane Ndiaye ressources humaines, Cheikh Lèye chef sécurité, et le secrétaire général Ndaw. Ces derniers après l' avoir invité dans le bureau du directeur des ressources humaines, ils ont essayé d'arracher de sa bouche le sens qu'il donne aux quatre derniers mots ( je ferai le pire). Refusant de s'exprimer et demandant la présence d'un avocat ou de la gendarmerie, alors il sera "séquestre torturé " à l' aide de matraque électrique, de menottes etc. par le vigile. Malgré le démenti apporté par Ousmane Ndiaye le chargé des ressources humaines, Stanislas envisage de porter l'affaire devant les tribunaux.

source Walf Grand Place- Léral






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image