leral.net | S'informer en temps réel

POLEMIQUE - Comité foot, Courses hippiques, Mondiaux pétanque… : Bacar Dia sur la sellette

Bacar Dia par-ci, Bacar Dia par-là. Le ministre des Sports est sur la sellette depuis une semaine. Entre son différend avec le Cnf, au sujet des recettes du match Sénégal-Gambie, la colère des éleveurs qui l’accusent de diviser l’hippisme, et les soucis des organisateurs des Mondiaux de pétanque, qui attendent toujours leur subvention, la coupe est pleine du côté de la Zone B.

Par H. DIANDY


Rédigé par leral.net le Mardi 11 Novembre 2008 à 16:42 | | 0 commentaire(s)|

POLEMIQUE - Comité foot, Courses hippiques, Mondiaux pétanque… : Bacar Dia sur la sellette
«C’est Bacar Fitna !» C’est par ces mots que s’est exclamé un membre du Groupement des propriétaires et éleveurs de chevaux de courses du Sénégal (Gpec). Ces derniers, qui étaient en Assemblée générale ce samedi, ont fustigé la démarche du ministre des Sports qu’ils accusent de vouloir diviser les courses hippiques. «Nous n’avons pas été consultés par le ministre pour le renouvellement du Bureau. Pourtant, nous sommes bien le syndicat majoritaire des courses hippiques. Alors, nous ne approuvons pas cette attitude de la tutelle et principalement de M. Bacar Dia. Cette absence de concertation criarde du ministre peut porter préjudice au bon déroulement des futures compétitions hippiques. Nous allons réagir. Le ministre a pris ses responsabilités. Nous allons prendre les nôtres. Et nous apporterons la réponse adéquate.» C’est par ces mots «guerriers» que Dominique Abourizk, porte-parole de ce collectif, a dégainé.

PAPE LO : «BACAR DIA EST UN HOMME DE CONFLIT»
Il a été suivi par un de ses pairs, Pape Lô, qui a été un peu plus catégorique : «Bacar Dia, c’est un homme de conflit. Il s’est illustré au football, à la lutte, un peu partout. Mais, nous n’allons pas le laisser diviser les courses hippiques.»


ImageLe Gpec n’est pas le seul à déplorer la démarche du ministre des Sports. Les organisateurs des Mondiaux de pétanque ont aussi dénoncé la lenteur accusée par la tutelle, concernant le versement des 23 millions (Voir par ailleurs) qui ne sont pas toujours libérés, à 48 heures du début de la compétition. Même la Fédération de judo, par le canal de son Directeur technique national, est entrée, hier, dans la danse, en déplorant le fait que, depuis 2000, il n’y a pas eu de stage de formation. Du coup, les stagiaires sont obligés de cotiser chacun 20 000 francs pour organiser leur propre stage.


Enfin, il y a le feuilleton des recettes du match Sénégal-Gambie où le ne digère toujours pas la décision, somme toute légale, prise par le Cnf de reverser les 88 millions au Trésor public.
Avec toutes ces «affaires», on nous signale que le comportement de Bacar Dia «agace sérieusement en haut lieu». Déjà, renseigne certaines sources, «au Palais, on n’a pas apprécié quand il a déclaré après les incidents de Sénégal-Gambie, qu’il comprend les incendiaires. Ce qui est assez grave comme réaction». Mais, poursuit notre source, «ce qui irrite surtout les autorités, ce sont les contradictions notées dans la démarche du ministre». «L’autre jour, il a dit tout haut : « Cessez les attaques ! » Et dès le lendemain, il attaque le Cnf, avant de se planter concernant la loi sur les recettes à reverser au Trésor Public. Dans l’affaire Lamine Ndiaye, il se dit partant pour qu’on le limoge et après, il va dîner avec lui.»


En tout cas, le ministre des Sports, qui doit passer devant les députés aujourd’hui, a intérêt à bien surveiller ses arrières. Car avec le Président Wade, il faut y aller doucement, la surprise pouvant venir de partout. N’est-ce pas Macky ?

hdiandy@lequotidien.sn






Hebergeur d'image