Leral.net | S'informer en temps réel
Revue de presse

PRESSE-REVUE :La suspension de salaires de plus de 2.000 agents traitée en priorité

Rédigé par leral.net le Mardi 16 Juillet 2013 à 11:10 commentaire(s)| | Lu 1354 fois

PRESSE-REVUE :La suspension de salaires de plus de 2.000 agents traitée en priorité
L’annonce de la suspension de salaires des 2.378 agents fictifs de l’administration dans le cadre de l’audit de la fonction publique occupe une bonne place dans le menu des quotidiens, à côté des questions sécuritaires.Le gouvernement va suspendre les salaires de 2.378 agents dont les cas sont reversés dans le chapitre des contentieux confirmés et validés dans le cadre de l’audit physique et biométrique des agents de la Fonction publique, a déclaré lundi le ministre de la Fonction publique, du Travail et des Relations avec les institutions, Mansour Sy. ‘’Pour ces contentieux confirmés, non seulement nous allons demander la suspension des salaires, mais il faut engager des procédures pour faire des ordres de recettes et recouvrer les salaires indus’’, a notamment dit M. Sy, en marge d’une réunion ministérielle sur l’audit physique des agents de la fonction publique. Cette rencontre présidée par le Premier ministre Abdoul Mbaye a réuni, outre Mansour Sy, d'autres ministres, dont Amadou Kane (Economie et Finances), Aminata Touré (Justice) et Abdoulaye Daouda Diallo (Budget). Walfadjri indique que ‘’2. 378 agents (sont) dans le viseur de l’Etat’’, ajoutant que le gouvernement ‘’compte suspendre les salaires’’ de ces agents. Pour Walfadjri, ‘’l’audit des agents de la fonction publique permet la résolution des questions centrales liées notamment à la gestion des personnels de l’administration, à la maîtrise des effectifs et à l’amélioration de la gestion des finances publiques’’. Le Soleil aussi annonce que l’Etat va ‘’suspendre les salaires’’ de 2.378 agents. Le journal qui fait état de ‘ ‘des salaires pour des morts et des assistants ayant quitté le Sénégal’’ souligne que ‘’le gouvernement ne compte pas s’en limiter à déceler les irrégularités, il entend poursuivre les faussaires’’. Pour le journal L’As, ‘’l’Etat brandit le cross’’ contre ces agents ‘’payés à ne rien faire’’. Il annonce que ‘’des mesures seront prises pour savoir qui percevaient ces salaires indus et des procédures seront enclenchées après une vérification à la direction des soldes et même dans les banques’’. C’est la ‘’traque aux +pilleurs de l’administration+’’, souligne Le Populaire tandis que Sud Quotidien affiche à sa Une : ‘’La traque des salaires indus’’. A propos des 2.378 agents fictifs, le journal relève que ‘’le gouvernement va non seulement procéder à la suspension de leurs salaires mais aussi engager une poursuite pénale’’. Dans sa livraison, L’Observateur signale que Sénégal ‘’renforce ses frontières’’ pour faire face à la menace terroriste. Ainsi, ‘’d’importants mouvements de la police et de la gendarmerie (sont notés) vers Tambacounda et Saint-Louis’’. Le journal qui fait état ‘’de bruits de bottes aux frontières contre les jihadistes’’ souligne également que ‘’des moyens sont la disposition de l’Etat par la France et les Etats-Unis’’. Sur le plan de la sécuritaire toujours, le quotidien Enquête signale des arrestations, des démantèlements de réseaux et des filatures en titrant : ‘’La DIC et la SU (Sûreté urbaine) cassent à tout va’’. Le journal note aussi que ‘’c’est un réseau organisé de grands délinquants qui a été démantelé par la gendarmerie entre Louga et Dagana’’. Enquête souligne qu’il a fallu ‘’une action combinée entre la Compagnie de Louga, la Brigade de recherches de la Gendarmerie venue en renfort pour neutraliser une partie de la bande qui avait fini d’installer la peur dans cette zone’’. Le Quotidien s'exclame à sa Une: ‘’Stupéfiant!’’ à propos d'un rapport sur le trafic de drogues. Selon le journal du Groupe Avenir communication, ‘’le rapport de l’ex-patron de l’ORCTIS (Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants sur son prédécesseur envoyé au ministre de l’Intérieur, détaille les relations entre par Abdoulaye Niang et les milieux narcotrafiquants’’. ''Le commissaire (Cheikhna Cheikh Saadbou) Keïta traite l’actuel directeur général de la police de vulgaire trafiquant de drogue’’, ajoute Le Quotidien.


OID/AD


TELEVISIONS & RADIO SENEGAL