Leral.net | S'informer en temps réel
Revue de presse

PRESSE-REVUE: Le rapport d'Amnesty International en exergue

Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Mai 2013 à 12:58 commentaire(s)| | Lu 442 fois

Le dernier rapport de l’ONG Amnesty International sur l’état des droits de l’homme, notamment au Sénégal, fait l’actualité dans les quotidiens parvenus vendredi à l’APS, dont certains s’intéressent également aux suites du dernier voyage du coordonnateur du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) en Mauritanie, en dépit de l’interdiction de sortie du territoire national dont il est l’objet. ‘’Flagrants délits’’, affiche ainsi Sud Quotidien.


PRESSE-REVUE: Le rapport d'Amnesty International en exergue
‘’Amnesty International Sénégal a rendu public hier jeudi 23 mai 2013, son rapport annuel. Dans ce document, l’ONG est revenue sur la situation des droits humains dans bon nombre de pays. Le rapport fait également état d’une poursuite de l’impunité au Sénégal. En guise de recommandations, Amnesty International appelle à une réforme du code de la justice militaire’’, résume ce quotidien. ''C'est un tableau sombre de la situation des droits humains dans le monde en général et au Sénégal en particulier que le rapport annuel 2012-2013 d'Amnesty International Sénégal Sénégal a dressé hier (jeudi). D'une dizaine de pages, ledit rapport décèle un statut quo au niveau international et national où on note des cas de décès en détention, de torture et d'usage excessif de la force par les services de sécurité sénégalais'', rapporte Enquête. ‘’Entre Wade et Macky, c’est bonnet blanc et blanc bonnet’’, souligne Walfadjri, au sujet de ce document rendu public la veille à Dakar par l’antenne sénégalaise de l’ONG Amnesty International, qui y fait cas notamment de tortures et d’exactions des forces de l’ordre au Sénégal. ‘’La rupture attendue après Wade n’a pas eu lieu‘’, estime Walfadjri. ‘’Le rapport mentionne l’existence, encore de cas de tortures, de décès en détention du fait d’usage excessif de la force par la police et la gendarmerie et d’enquêtes classées sans suite sans que leurs familles et leurs avocats ne soient informés. Mais également des interdictions illégales de manifestations et de rassemblements’’, écrit le même quotidien. ‘’Amnesty n’amnistie pas Macky (Sall)’’ et ‘’a décidé de dénoncer le Sénégal partout à travers le monde pour que les droits humains puissent être respectés, insiste Le Quotidien. '’La situation des droits de l’homme au Sénégal n’a pas connu d’amélioration au cours de l’année 2012 et au premier trimestre de l’année 2013, période couverte par le rapport'', ajoute-t-il, relayant l’argumentaire d’Amnesty. ‘’Amnesty sort les morts sous Macky (Sall)’’, relève à son tour La Tribune. Le Populaire et Grand place se passent une même formule, à peu de mots près. ‘’+Macky suit les pas de Wade+, selon Amnesty’’, souligne le premier quotidien cité. ‘’Macky Sall est sur les pas de Wade’’, rapporte le second. Le récent voyage en Mauritanie de Oumar Sarr, coordonnateur national du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), continue d’occuper les quotidiens, à travers notamment certaines mesures prises par les autorités publiques concernant le fonctionnement des forces de sécurité, en réaction à ce déplacement. Le coordonnateur national du PDS, Oumar Sarr, a bien mené son plan pour rallier la capitale mauritanienne, lundi dernier’’, rapporte le quotidien L’Observateur, titrant, ‘’Le film de +l’évasion+ de Oumar Sarr en Mauritanie’’. Selon le quotidien du groupe Futurs médias, M. Sarr ‘’a pris la route à bord de sa voiture jusqu’à Rosso avant de prendre le bac’’ pour traverser la frontière sénégalo-mauritanienne. La Police ‘’est arrivée à bien tracer le parcours du coordonnateur du Parti démocratique sénégalais (PDS), qui s’est rendu en Mauritanie en traversant le fleuve Sénégal. Tout ce qui s’est passé, est désormais dans le +disque dur+ du pouvoir’’, renchérit le quotidien Enquête. ‘’L’on sait que le maire de Dagana (Oumar Sarr) était accompagné d’une responsable libérale, très influente (dans cette commune du nord du Sénégal, fief de M. Sarr). Reste maintenant à savoir comment les autorités vont réagir, cette fois-ci à froid, puisqu’elles n’avaient pas été contentes, alors pas du tout, de la prouesse de Oumar Sarr qui est sorti du territoire national alors qu’il est frappé par une interdiction’’, ajoute-t-il. De sorte que les sanctions tombent, sur la base des défaillances notées dans le système de surveillance du territoire. ‘’Trois agents de l’aéroport sanctionnés’’, indique ainsi le quotidien L’As, avant d’annoncer la mise en place d’une commission d’enquête ‘’pour situer les responsabilités’’. ‘’Beaucoup d’autres têtes vont tomber’’, assure ce journal. Alors que le quotidien Le Soleil relaie les propos de l’ambassadeur américain Lewis Luckens, selon lesquels le président Barack Obama a choisi de visiter le Sénégal, en fin juin, ‘’pour sa stabilité et sa démocratie’’, Djibo Kâ de l’Union pour le renouveau démocratique (URD, opposition) assure : ‘’Ça ne bougera pas à cause de Benno Bokk Yaakaar’’, la coalition des partis membres de la majorité au pouvoir. ‘’+Il n’y a pas encore de rupture au Sénégal+. C’est en substance ce que disent Amnesty/Sénégal et Djibo Kâ, un leader politique respecté. C’est dire que Macky (Sall) n’a pas encore honoré son engagement principal : faire mieux que Wade’’, commente Direct dans son billet du jour. ‘’Et à ce rythme, si rien n’est fait, Macky risque d’avoir son Y’en a marre. Et les Y’en a marristes cette fois, ne seront pas que des rappeurs…’’, poursuit le journal. Rewmi quotidien enfonce le clou d’une certaine manière, en mettant le doigt sur la plaie que constitueraient les cumuls des mandats électifs. ‘’Les prébendes, le plus sérieux adversaire de Macky (Sall)’’, affiche ce quotidien dont la Une est illustrée par une photo grandeur nature du chef de l’Etat sénégalais.

BK/OID

TELEVISIONS & RADIO SENEGAL