leral.net | S'informer en temps réel

Pape Massata Diack peut-il sortir de cette mélasse ?

Avec force arguments, Pape Massata Diack s’est déchargé de tous les accusations que la commission indépendante de l’Agence mondiale antidopage (AMA) l’a affublé dans l’affaire de dopage qui secoue l’athlétisme mondial. Mais sa plaidoirie risque de faire long feu si l’on sait que l’AMA et le parquet financier de Paris n’ont pas dit leur dernier mot. Une conférence de presse conjointe est prévue le 14 janvier prochain, annonce le site du Monde. Dans cette rencontre avec la presse, il sera question du rôle de Pape Massata Diack dans cette sombre affaire de corruption.


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Janvier 2016 à 17:29 | | 12 commentaire(s)|

Fils de l’homme qui a présidé aux destinées de la Fédération internationale de l’Athlétisme entre 1999 et 2015, Pape Massata Diack qui était consultant marketing pour cette puissante organisation est présenté comme celui par qui le scandale est parti. Entendu par le juge français Renaud Van Ruymbeke, Lamine Diack qui reconnait avoir touché des pots-de-vin pour soutenir l’opposition sénégalaise dans les campagnes de 2009 et de 2012, a renvoyé le magistrat à son fils qui selon lui, était la machine à distribuer à sous, avec l’ancien patron de l’athlétisme russe. Des déclarations à mettre sur le compte du poids de l’age, rectifie Diack fils. Dont le nom est sur toutes les langues à la commission indépendante de l’Agence antidopage.

Dans le dossier d’instruction consulté par lemonde.fr visité à buzz.sn, le fils de Lamine Diack interprète le rôle du brigand financier. L’ancien responsable de l’Antidopage à l’IAAF, Gabriel Dollé reconnait devant les enquêteurs que PMD lui a versé 50 000 euros en une seule fois au siège de l’IAAF à Monaco. Ce que Diack fils a formellement démenti lors de son entretien avec TFM.

Avant cette opération, le fils de Diack aurait dépensé entre le 16 et le 25 juillet 2013 une bagatelle de 131 400 euros pour acheter des montres de luxe et d’autres articles du même acabit. Dollé avoue devant les policiers avoir reçu une montre de luxe de la part de PMD. Selon lemonde.fr, les 131 400 euros intéressent les enquêteurs dans la mesure où une partie des factures a été remboursée par un virement de 85 000 euros émis par Black Tiding, une société basée à Singapour et appartenant à un ami de Pape Massata Diack.

La même société interviendra pour rembourser l’athlète russe Lilya Shobukhova qui aurait déboursé 450 000 euros pour participer aux JO de Londres 2012. Lorsqu’elle a constaté que l’argent versé ne pourra pas grand-chose contre sa suspension, l’athlète russe a menacé de balancer la bande à Pape Massata Diack. Elle reçut un virement de 300 000 euros d’un certain Ian Tan de la société Black Tidings.

Après Shobukhova, c’est au tour de la turque Asli Alptekin de faire l’objet de chantage, accuse la CI de l’AMA. Championne du 1500 mètres à Londres, l’athlète qui présentait des résultats anormaux au test était a reçu, selon un témoignage devant la commission indépendante de l’AMA, Pape Massata Diack à Istanbul. Ce dernier lui aurait réclamé 500 000 euros pour dissimuler ses résultats anormaux. Le chantage ne passera pas tout de même.

Selon lemonde.fr, ce ne sont pas les seuls faits qui accablent le fils de Lamine Diack. Un mail envoyé en juillet 2013 par ses soins à son père, à l’initiative du président d’alors de la fédération russe d’athlétisme, Valentin Valakhnichev pour calmer les membres de l’IAAF qui ne seraient pas d’accord avec ses agissements qui consistent à dissimuler des cas de fraude d’athlètes russes. Pourtant il devait uniquement s’occuper de marketing. Mais vraisemblablement, il avait les coudées franches pour se mêler de tout. Encore que sur le papier, c’est Essar Gabriel qui était le chef du département Marketing de l’IAAF. N’empêche, fait remarquer Martin Dubbey (le même que PMD accuse de racisme), le fils de Lamine Diack avait carte blanche pour faire tout ce que bon lui semblait sous prétexte qu’il avait l’aval de son père. C’est dans ce tempo qu’il aurait envoyé en 2014 à des Qataris un mail pour réclamer 5 millions de dollars pour intercéder en leur faveur. Candidate aux Mondiaux de 2017, Doha a du se consoler avec ceux de 2019.

Ancien de la société suisse de marketing sportif International Sport and Leisure (ISL), Pape Massata Diack qui se la coule douce au Sénégal en attendant l’arrivée du juge Ruymbeke dans nos murs risque une suspension à vie. La commission d’étique de l’IAAF a fait un réquisitoire dans ce sens le 07 janvier dernier. Ce, en attendant un éventuel audit sur des contrats, des accords de marketing et de sponsoring dont il était le démarcheur.

Buzz.sn






Hebergeur d'image