leral.net | S'informer en temps réel

Pape Ndiaye Thiopett, artiste : « Moi, Pape Ndiaye fou ? »

ape Ndiaye Thiopett ne jouit plus de ses facultés mentales. Voila une expression qui avait fini par se coller sur toutes les langues. Une étiquette que l’intéressé à laisser croire la majorité des mélomanes. Mais sentant que sa carrière musicale risque d’y prendre un coup qui le réduirait aux oubliettes, Pape Ndiaye sort de son mutisme et utilise les moyens à sa disposition pour démontrer le contraire sans oublier de revenir sur les circonstances de sa rupture avec le chef d’état major des « ambianceurs », entendez Fallou Dieng. C’est face à Aissatou Diop Fall que le "roi du Tassou" originaire de Kaolack fait sa démonstration de force. Nous vous proposons un résumé de l’entrevue dont la suite est promise le dimanche prochain.


Rédigé par leral.net le Lundi 29 Juin 2009 à 04:40 | | 1 commentaire(s)|

Pape Ndiaye Thiopett, artiste : « Moi, Pape Ndiaye fou ? »
La folie de Pape Ndiaye Thiopett fou.

Peut être ma façon de m’habiller laisse à désirer. Je m’habille simple et je suis naturel. Je suis moi-même. Ça ne me fait pas mal d’entendre des rumeurs de ce genre car je sais qui je suis et dans quel état je me trouve.

La famille dans tout ça.

Ma mère m’avait sommé de ne faire l’émission. Mais j’ai des choses à dire et je dois éclairer la lanterne de mes admirateurs.

Victime d’attaques mystiques

J’assistais à des attaques mystiques que je fustigeais. Ça émanait de ces gens avec qui je partageais des scènes. J’ai grandi dans le milieu et je sais tout ce qui s’y passe. Je n’ai jamais aimé les déballages mais j’ai senti qu’il était temps de mettre fin aux agissements de ces personnes qui n’en ont que pour leur sale besogne.

Accointance avec les Wirds

Je n’ai pris aucun wird. Tu t’en es rendu compte. Tu m’as trouvé clean. On essaie de m’octroyer des tares. Je connais bien mes ennemis. Ils sont presque tous mes ennemis. Ils ont sacrifié Ndongo Lô. Et il n’est pas le dernier. Je suis venu avec un nouveau style et j’ai senti que je commençais à déranger. Je conduisais une belle voiture mais dès que j’ai vu que ça dérangeait quelques uns, je l’ai mis au garage.

Les médias.

La télévision est incontournable pour un musicien. Mais malheureusement, sous nos cieux, il faut passer par ce canal et avec la complicité des animateurs véreux pour ternir l’image des gens. Je ne suis pas quelqu’un qui passe son temps à trimballer dans les médias. J’ai d’autres chats à fouetter.

Présence de Pape Ndiaye Thiopett dans les médias.

Je ne me mêle pas des choses fortuites. Des coups préparés. Je ne suis pas partant pour des magouilles. Je m’habille bien et je donne des spectacles qui plaisent à tout le monde. Les jeunes filles m’aiment et ce quelque soit ma nature.

Rupture avec Fallou Dieng

Je ne veux pas ternir l’image de Fallou Dieng et je n’agirai jamais de la sorte. Mais je dois faire quelques précisions. Artistiquement parlant, je n’ai rien appris chez Fallou Dieng. Les grands doivent vouer un respect aux plus jeunes et vice-versa. Le milieu n’appartient à personne et les portes sont ouvertes à tout le monde. Les jeunes talents doivent être guidés et bien accueillis dans le show-biz.

Les circonstances de la rupture.

J’aimerai bien qu’il y ait un face-à-face avec lui. J’ai appelé Ndeye Marie Dieng (la sœur de Fallou Dieng chez qui Pape Ndiaye habitait) pour lui faire part de mon intention de quitter le Dlc (groupe de Fallou Dieng). Elle a dit niet. Je lui ai fait savoir que c’est une décision que j’ai mûrie. Ensemble on est allés voir Fallou. Arrivés, je dis la même chose à Fallou. Ce dernier me dit que je ne dois pas être lucide pour penser une chose pareille. Ndeye Marie a tenu à ce que j’évoque les raisons de mon choix. Elle insiste pour que j’avance les raisons de mon ras le bol. Ce que je fis. Je suis désolé, mais je ne pourrai pas le dire aux médias car il y va de l’image de marque de Fallou Dieng. L’essentiel c’est que j’ai survécu à toutes les tentations de me liquider mystiquement. Et j’utiliserai tous les moyens pour survivre. Même si je dois me munir d’un couteau, j’en chercherai un pour ne pas me laisser faire. J’en ai vu des vertes et des pas mûres, j’ai entendu dire que je prenais de l’alcool, que je fume. Je ne prends aucun de ces excitants. Je suis serein et je jouis de toutes mes facultés mentales.




1.Posté par ALI le 29/06/2009 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le manque d'instruction quand tu nous prends
l'obtention du brevet comme le diplome minimum doit etre instauré au senegal
et cette mesure doit etre un e devoir pour tout senegalais
il est temps de relever le niveau du debat dans ce pays , car on entend n'importe qui dire n'importe quoi

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image