leral.net | S'informer en temps réel

Pape Sané : « Je ne suis pas un gourou »

Jusque-là, ce sont seulement ses accusateurs qui avaient droit à la parole. Lui était confiné entre quatre murs après son inculpation pour suspicion de dérives sectaires. Mais Pape Sané puisqu’il s’agit de lui a décidé de rompre le silence. Le Sénégalais accusé de manipuler psychologiquement une vingtaine de Réunionnaises a donné sa version des faits.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Novembre 2015 à 08:28 | | 4 commentaire(s)|

Pendant presque deux mois, Pape Amary Sané a été le point focal de l’actualité à Saint-Louis, en île de la Réunion. Il est accusé d’avoir retenu contre leur gré des femmes dans une maison se trouvant à quelques mètres de l’église Saint-Pierre. Arrêté par la police réunionnaise, il sera relâché avant d’être appréhendé à nouveau. Cette fois-ci, il sera mis en examen pour dérives sectaires présumés.

Placé sous contrôle judiciaire depuis mi-octobre en même temps que son épouse, Pape Sané a été séparé de ses « adeptes » et interdit de prendre contact avec elles par quelque moyen que ce soit. Ce que ces dernières n’ont pas entendu de cette oreille. Chaque jour, elles ont tenu des rassemblements pour réclamer le retour de leur « sauveur » qui, jusqu’ici, n’avait pas pu apporter des éclairages sur tout ce qui se disait sur lui. Nos confrères de Réunionpremiere lui ont donné l’occasion et il a sauté dessus. C’est pour se laver à grande eau.

Tout son tort, à l’en croire, c’est d’avoir transmis un savoir soufi qu’il a reçu de son maître. « C’est mon maître qui m’a donné l’autorisation de retransmettre le savoir qu’il m’a donné », fait savoir Pape Sané qui précise qu’en débarquant à la Réunion, il n’avait pas pour projet d’y enseigner quoi que ce soit. A l’en croire, c’est son épouse qu’il a rencontré chez son cheikh qui est l’instigatrice. « C’est mon épouse qui a parlé à ses copines, elles se sont parlées entre femmes. C’est pour ça que la plupart des adeptes sont des femmes (…) je n’ai jamais essayé de propager l’enseignement que j’ai eu (…) je ne me suis pas basé sur le fait qu’elles sont des femmes ; j’ai vu seulement leur désir de connaitre et leur sincérité d’aller vers Dieu. C’est pour ça que j’ai accepté de leur donner cette connaissance que j’ai acquise », clarifie-t-il. « Et justement, c’est ça le problème, c’est parce que c’est des femmes », insiste-t-il. « Si c’était des hommes, il n’y aurait pas eu tout ce trouble », croit-il savoir.

Pape Sané prend le contre-pied de l’information faisant de lui le propriétaire de la maison où il vivait avec ses adeptes. « C’était pas ma maison. J’ai été logé avec ma femme et ma fille », révèle-t-il non sans ajouter que les femmes qui suivaient son enseignement occupaient d’autres compartiments de la villa. Une façon pour le Sénégalais de balayer d’un revers de main l’histoire des danses nues rapportée par un marabout mouride. « Il n’y avait pas de danses nues comme certains l’ont dit. On ne se mélangeait pas n’importe comment », dément-il.

Par contre, il reconnait que les séances d’incantations étaient récurrentes. Mais toujours est-il que, pour Pape Amary Sané, c’était pour rapprocher ses disciples de Dieu. Car la branche de l’Islam qu’il a décidé de servir, c’est-à-dire le soufisme, prône « la perfection ou le perfectionnisme ». Aussi, a-t-il profité de l’occasion pour dire à qui veut l’écouter qu’il n’est pas un mystificateur. « Je ne suis pas un gourou, je ne suis pas un charlatan ni un sorcier… » réfute-t-il. Son avenir, Pape Sané ne le voit pas sombre. Une fois sorti de ces épreuves, le Sénégalais compte redéployer ses forces ailleurs. « Là où il y a plus de biens et là on pourra faire meilleur pour moi et pour les gens… c’est en cours de réflexion », projette-t-il. Si vous y tenez, sachez qu’il ne regrette rien.

buzz.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image